Le lymphocyte T convoqué en cour martiale pour avoir mal répondu à son Adjuvant !!

lundi 19 mai 2014 par Dr Stéphane Guez253 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Le lymphocyte T convoqué en cour martiale pour avoir mal répondu à son (...)

Le lymphocyte T convoqué en cour martiale pour avoir mal répondu à son Adjuvant !!

Le lymphocyte T convoqué en cour martiale pour avoir mal répondu à son Adjuvant !!

lundi 19 mai 2014, par Dr Stéphane Guez

Effets adjuvants des allergènes adsorbés sur hydroxyde d’aluminium et des allergoïdes : différences in vitro et in vivo. : Heydenreich, B., Bellinghausen, I., Lund, L., Henmar, H., Lund, G., Adler Würtzen, P. and Saloga, J. (2014), Adjuvant effects of aluminium hydroxide-adsorbed allergens and allergoids – differences in vivo and in vitro.

dans Clinical & Experimental Immunology, 176 : 310–319. doi : 10.1111/cei.12294

- Introduction :

  • L’immunothérapie est un traitement cliniquement efficace pour les maladies allergiques médiées par les IgE.
  • Pour réduire les risques liés aux effets indésirables médiés par les IgE, des allergoïdes modifiés chimiquement ont été proposés.
  • En outre, des allergènes adsorbés sur hydroxyde d’aluminium (alum) sont largement utilisés pour augmenter la réponse immunitaire.
  • Le mécanisme de l’effet adjuvant de l’alum n’est pas encore complétement compris.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’analyser les effets :
    • des allergènes adsorbés sur alum
    • et des allergoïdes,
  • au regard de leur immunogénicité in vitro et in vivo, ainsi que leur capacité à activer des basophiles de donneurs allergiques.

- Matériel et Méthode :

  • Des cellules dendritiques dérivées de monocytes humains (DC) ont été incubées avec :
    • Phleum pratense native ou des extraits d’allergènes de Betula verrucosa
    • ou des allergoïdes modifiés par formaldéhyde ou glutaldéhyde,
    • adsorbés ou non sur alum.
  • Après maturation, les DC ont été co-cultivés avec des LT CD4+.
    • L’allergénicité a été testée sur la libération d’histamine et de leucotriènes par des basophiles humains
  • Enfin, l’immunogénicité in vivo a été analysée par la production d’IgG par des souris immunisées.

- Résultats :

  • La prolifération cellulaire T aussi bien que les productions d’IL4, IL13 et IFN γ sont très diminués par les allergoïdes modifiés par le glutaldéhyde, mais sans différence entre les allergènes ou les allergoïdes adsorbés sur alum, ni avec les préparations non adsorbées.
  • Les modifications par le glutaldéhyde conduisent également :
    • à une diminution de la libération d’histamine et de leucotriènes par rapport aux allergènes natifs,
    • étant en outre diminué par une adsorption sur alum.
  • In vivo, l’immunogénicité est réduite pour les allergoïdes, et pourrait être partiellement restaurée par adsorption sur alum.

- Conclusion :

  • Ces résultats suggèrent que l’adsorption des allergènes natifs ou des allergoïdes sur alum n’a pas d’effet adjuvant significatif mais conduit à une réduction de l’allergénicité in vitro, alors qu’il est observé un effet adjuvant sur la production d’IgG in vivo.

Les auteurs ont étudié les effets immunologiques des allergènes modifiés, que ce soit chimiquement (allergoïdes) ou par adsorption sur de l’alum.

Il n’est pas démontré d’effet adjuvant sur la réponse lymphocytaire mais il y a bien une diminution de l’allergénicité et une augmentation de la réponse IgG par adsorption sur l’alum.

Cette étude est intéressante pour les allergologues qui utilisent quotidiennement des extraits allergéniques adsorbés sur alum pour la réalisation de l’immunothérapie spécifique. Cependant, les résultats sont un peu surprenants.

En effet, il n’y a pas de « boostage » de la réponse lymphocytaire T donc aucune modification par l’alum de la réponse cytokines par les allergènes adsorbés. Il y a par contre une meilleure tolérance car ils sont moins immunogènes.

Il semble que la production des IgG soit augmentée : reste à savoir sa spécificité par rapport à l’extrait allergénique et surtout par rapport au site immunogène ciblé par l’immunothérapie.

La conclusion de cette étude voudrait dire au final que l’immunothérapie avec des allergènes adsorbés sur alum ne modifie pas la réponse TH2 vers TH1 et n’agirait que par la production d’IgG.