Comment prédire que votre désensibilisation sera efficace.

mardi 21 octobre 2014 par 263 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Comment prédire que votre désensibilisation sera efficace.

Comment prédire que votre désensibilisation sera efficace.

Comment prédire que votre désensibilisation sera efficace.

mardi 21 octobre 2014

Facteurs prédictifs de la réponse clinique à l’immunothérapie allergénique chez les enfants souffrant d’asthme et de rhinite. : Li Q. · Li M. · Yue W. · Zhou J. · Li R. · Lin J. · Li Y.
Center for Asthma and Allergy Immunotherapy, The Second Affiliated Hospital & Yuying Children’s Hospital of Wenzhou Medical University, Wenzhou, P.R. China

dans Int Arch Allergy Immunol 2014 ;164:210-217

- Prérequis :

  • A ce jour, aucune méthode de prévision pour la réponse clinique à une immunothérapie allergénique n’est disponible.
  • Les auteurs ont cherché à évaluer les paramètres de prétraitement utilisés dans le diagnostic de l’asthme et/ou de la rhinite allergique y compris les réponses aux prick-tests, les taux sériques d’IgE spécifiques et d’IgE totales et l’éosinophilie puis de déterminer si ceux-ci peuvent être utilisés pour prédire l’efficacité clinique chez les enfants traités par immunothérapie.

- Méthodes :

  • Cette étude a porté sur 185 enfants qui avaient subis 3 ans d’immunothérapie sous cutanée avec des extraits standardisés d’acariens.
  • Les caractéristiques cliniques et les paramètres biologiques on été analysés.
  • Les probabilités prédites et les zones de prévision sous la courbe ont été calculées.

- Résultats :

  • La réponse clinique à l’immunothérapie allergénique a été efficace pour 129 des 185 patients (69,7%).
  • Quatre variables ont été associées à la réponse clinique par l’analyse multivariée :
    • l’exposition à la fumée de tabac (odds ratio 2.84 et 95% d’intervalle de confiance de 1.147 à 7.054, p=0,024),
    • une histoire familiale d’atopie (OR 2.882 et IC à 95% de 1.240 à 6.692, p=0,014),
    • un taux d’IgE totales ≥ 965kU/l (OR 5,917 et IC à 95% de 2.320 à 15.089, p=0.000),
    • un rapport IgE spécifiques/IgE totales ≥ 6% (OR 0,336 et IC à 95% de 0.124 à 0.911, p=0.032.
  • La sensibilité et la spécificité de l’aire sous la courbe pour le taux d’IgE totales était supérieures à celle du rapport IgE spé/IgE tot ou IgE spé seules.

- Conclusion :

  • L’exposition à la fumée de tabac, les ATCD familiaux d’atopie, les taux d’IgE totales et le rapport IgE spé/IgE tot étaient en corrélation significative avec la réponse clinique à l’immunothérapie allergénique chez les enfants et peuvent donc être utiles à la sélection des patients avant immunothérapie.
  • Les IgE totales sont supérieures à la fois aux taux d’IgE spécifiques et au rapport IgE spé/IgE tout seuls pour la prédiction d’une efficacité clinique.

Cette nouvelle étude chinoise a cherché à mettre en évidence des facteurs prédictifs d’efficacité d’une immunothérapie allergique chez des enfants souffrant d’asthme et/ou de rhinite allergique aux acariens. Sur les 185 patients inclus, 69.7% avaient une bonne réponse clinique à la désensibilisation. Ce pourcentage correspond à ce qui est connu et à ce que nous observons habituellement dans notre pratique quotidienne. Ces enfants étaient traités avec des extraits standardisés d’acariens par voie sous cutanée mais la dose utilisée n’est pas connue.

Sur les paramètres étudiés, les auteurs en ont retenu 4 qui étaient associés à une efficacité de l’immunothérapie :

  • l’exposition tabagique,
  • les antécédents allergiques familiaux,
  • des IgE totales ≥ 965kU/l et
  • un rapport IgE spécifiques/IgE totales ≥ 6%.

Les 2 premiers sont facilement repérables par contre le rapport IgE/IgE totales est moins pratique. Avec un odd ratio de 5.9, le taux d’IgE totales paraît un bon indicateur d’efficacité d’une désensibilisation et de plus facilement réalisable. Par contre ce dosage est passé en désuétude et n’est quasiment plus utilisé de nos jours pour le diagnostic d’une allergie contrairement aux IgE spécifiques avec tous les recombinants disponibles. Précisons également que la prescription associée d’IgE spécifiques et d’IgE totales n’est pas admise ni remboursable par la sécurité sociale.

Ce marqueur bien connu de l’atopie n’a pas de signification clinique clairement établie pour évaluer les maladies allergiques. Mais, déjà en 2004, Stéphane GUEZ nous rapportait une étude qui montrait une corrélation entre le taux d’IgE totales et les marqueurs systémiques d’inflammation tels que l’éosinophilie et le NO exhalé chez des asthmatiques.

Allons nous assister au retour des IgE totales ? Elles pourraient trouver leur place avec les recombinants pour mieux sélectionner nos patients et leur immunothérapie.