De l’importance des facteurs de risque dans l’asthme.

jeudi 20 novembre 2014 par 710 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > De l’importance des facteurs de risque dans l’asthme.

De l’importance des facteurs de risque dans l’asthme.

De l’importance des facteurs de risque dans l’asthme.

jeudi 20 novembre 2014

Diminution de l’importance des facteurs de risque environnementaux pour l’asthme de l’enfant de 1996 à 2006. : Anders Bjerg1,2,*, Linnea Hedman2, Matthew Perzanowski3, Göran Wennergren1,4, Bo Lundbäck1 andEva Rönmark2
DOI : 10.1111/cea.12439

dans Vol. 44 Issue 11
Clinical & Experimental Allergy

- Prérequis :

  • La forte augmentation de la prévalence de l’asthme se poursuit mais pas dans tous les domaines.
  • Bien des facteurs de risque individuels ont été identifiés, les tendances observées dans la prévalence de l’asthme restent en grande partie inconnues.

- Objectifs :

  • Cette étude vise à caractériser les tendances des facteurs de risque dans la prévalence de l’asthme.

- Méthodes :

  • Deux cohortes d’enfants de 7-8 ans de mêmes zones d’étude suédoise ont été examinées par questionnaires ISAAC élargis comparés à 10 années d’intervalle.
  • En 1996, 3430 questionnaires (participation de 97%) et 2585 questionnaires en 2006 (participation de 96%) ont été remplis.
  • Un sous-ensemble de 2148 enfants en 1996 (participation de 88%) et de 1700 enfants en 2006 (participation de 90%) ont bénéficié de prick-tests.
  • La fraction étiologique du risque ajusté a été calculée en utilisant la prévalence et les odds ratios multivariés de chaque facteur de risque.

- Résultats :

  • La prévalence de l’asthme et des épisodes de sifflements était similaire en 1996 et 2006.
  • La sensibilisation allergénique a progressé de 21 à 30%.
  • La prévalence de l’asthme parental a elle aussi augmenté de 17 à 24% alors que les infections respiratoires et le tabagisme maternel à diminué (de 60 à 29 et de 32 à 16% respectivement).
  • Les fractions étiologiques du risque ajusté des facteurs de risque non environnementaux pour l’asthme ont augmenté de 1996 à 2006 : la sensibilisation allergénique de 35 à 41%, l’asthme parental de 27 à 45% et le sexe masculin de 20 à 25%.
  • A l’inverse, les fractions étiologiques du risque ajusté des facteurs de risque environnementaux ont régressé : les infections respiratoires de 36 à 32%, l’humidité du domicile et le tabagisme maternel de 14% et 19% respectivement à près de zéro en 2006.

- Conclusion :

  • De 1996 à 2006, les facteurs de risque non environnementaux pour l’asthme des enfants de 7-8 ans (asthme parental, sensibilisation allergénique et sexe masculin) ont progressé.
  • L’importance des facteurs de risque environnementaux a quant à elle diminué (maison humide, infections respiratoires et tabagisme maternel).
  • Ce contre-équilibrage pourrait donc expliquer la prévalence actuelle de l’asthme.

Ce travail suédois a étudié l’importance des facteurs de risque pour l’asthme chez les enfants de 7-8 ans et les a comparé à 10 ans d’intervalle de 1996 à 2006.

Les facteurs de risque environnementaux (habitat humide, infections respiratoires et tabagisme maternel) et non–environnementaux (asthme parental, sensibilisation allergénique et sexe masculin) ont été étudiés.

Il en ressort que les facteurs de risque environnementaux ont régressé alors que les facteurs de risque non-environnementaux ont progressé alors que la prévalence de l’asthme est restée identique.

Les actions qui ont été entreprises sur l’environnement ont donc permis de maintenir la même prévalence de l’asthme sinon celle-ci aurait augmentée en raison l’augmentation de la prévalence des allergies, en particulier.

Puisqu’il est encore impossible d’agir sur le sexe des individus et sur leur terrain génétique en général, la diminution de la prévalence de l’asthme passera donc par les actions sur l’environnement des individus (sur la population générale et chez les particuliers) et sur la prise en charge de l’allergie (immunothérapie allergénique).

La prévention primaire et secondaire a donc encore de beaux jours devant elle.