Kaline Kakaline Kalicrèine : l’angioedème héréditaire se met à la mode russe !!

lundi 12 janvier 2015 par Dr Stéphane Guez1031 visites

Accueil du site > Maladies > Urticaire > Kaline Kakaline Kalicrèine : l’angioedème héréditaire se met à la mode russe (...)

Kaline Kakaline Kalicrèine : l’angioedème héréditaire se met à la mode russe !!

Kaline Kakaline Kalicrèine : l’angioedème héréditaire se met à la mode russe !!

lundi 12 janvier 2015, par Dr Stéphane Guez

Corrélation entre le clivage du kininogène de haut poids moléculaire et la situation clinique dans l’angioedème héréditaire par déficit en inhibiteur de la C1 estérase. : C. Suffritti, A. Zanichelli, L. Maggioni, E. Bonanni, M. Cugno and M. Cicardi,

dans Clinical & Experimental Allergy, 2014 (44) 1503–1514.

Le clivage de haut poids moléculaire du kininogène est corrélé au stade de la maladie dans l’angioedème héréditaire lié à un déficit en inhibiteur de la C1 estérase.

- Introduction :

  • Le déficit héréditaire en C1 inhibiteur (C1-INH), qui peut être quantitatif (type I) ou qualitatif (type II) est caractérisé par des attaques récurrentes d’angioedème, et appelé angioedème héréditaire par déficit en C1-INH (HAE-C1-INH).
  • La fréquence des symptômes varie largement selon les patients et chez un même patient durant sa vie.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’identifier des marqueurs biologiques de sévérité de la maladie chez des patients HAE-C1-INH.

- Matériel et Méthode :

  • Les auteurs ont étudié :
    • 162 patients ayant des déficits héréditaires en C1-INH de différentes sévérités pendant les rémissions,
    • 31 patients HAE-CA-INH lors d’une crise
    • et 80 patients normaux,
  • en évaluant les fractions du complément, l’activité kallicréine spontanée du plasma, la capacité du plasma à inhiber une activité kallicréine exogène et le clivage du kininogène de haut poids moléculaire.

- Résultats :

  • Comme attendu, les taux plasmatiques de C1-INH et l’activité du C4 sont bas chez les patients HAE-C1-INH.
  • L’activité spontanée kallicréine du plasma chez les patients en rémission :
    • est plus importante que chez les sujets témoins (p = 0.001),
    • et augmente lors des crises (p = 0.01),
  • alors que la capacité d’inhibition de l’activité de la kallicréine est plus basse chez les patients en rémission que chez les patients témoins (p = 0.001) et réduit plus lors des crises (p = 0.001).
  • Les patients HAE-C1-INH en rémission ont des taux plus élevés de clivage du kininogène de haut poids moléculaire que les sujets témoins (p = 0.001) et ces clivages sont plus importants lors des crises aigues d’angioedème (p = 0.001).
  • Les taux de kininogène clivés sont plus élevés chez les patients HAE-C1-INH très symptomatique par rapport aux patients ayant moins souvent des crises d’angioedèmes (p = 0.001).
  • 35 mutations différentes du gène du C1-INH sont distribuées de façon identique chez les patients dont la fréquence des crises est différente.

- Conclusions :

  • La mesure de l’activité plasmatique de clivage du kininogène de haut poids moléculaire pourrait être un moyen, avec une bonne sensibilité, d’évaluer la sévérité de la maladie chez les patients HAE-CA-INH.

Les auteurs ont cherché un test biologique qui pourrait permettre de distinguer les patients ayant des formes graves sur le plan clinique d’une maladie rare, l’angioedème héréditaire par déficit en inhibiteur de la C1 estérase (pondéral ou fonctionnel). Des marqueurs ayant une bonne sensibilité ont été identifiés.

Il s’agit d’un travail de recherche fait par l’équipe qui a identifié et décrit cette affection rare qui donne des angioedèmes très sévères qui résistent aux traitements classiques antiallergiques et nécessite soit des injections de concentrés d’inhibiteurs de la C1estérase, soit des traitements diminuant la production de bradykinine ou qui antagonisent l’action de ce médiateur sur ses récepteurs.

Les tests, évaluant d’une part la fonctionnalité de la kallicréine et d’autre part le taux de clivage du kininogène, semblent 2 marqueurs très intéressants car ayant une bonne sensibilité et pourraient à l’avenir permettre d’évaluer la gravité de la maladie chez un patient donné.

Cependant ces tests ne sont pas accessibles en routine, nécessitant un travail complexe réalisé seulement dans des centres hyperspécialisés.