Exploration de l’allergie aux antibiotiques : l’hôpital sinon rien, merci !

mardi 10 février 2015 par Dr Stéphane Guez928 visites

Accueil du site > Allergènes > Médicaments > Exploration de l’allergie aux antibiotiques : l’hôpital sinon rien, merci (...)

Exploration de l’allergie aux antibiotiques : l’hôpital sinon rien, merci !

Exploration de l’allergie aux antibiotiques : l’hôpital sinon rien, merci !

mardi 10 février 2015, par Dr Stéphane Guez

Caractéristiques cliniques et diagnostiques de l’hypersensibilité à la cefuroxime. : I S Christiansen*, M Krøigaard, H Mosbech, P S Skov, L K Poulsen andL H Garvey

dans Vol. 45 Issue 2
Clinical & Experimental Allergy

- Introduction :

  • Le Centre Danois d’Allergie Anesthésique (DAAC) a étudié 89 adultes avec une suspicion de réaction d’hypersensibilité péri opérative associée à la cefuroxime entre 2004 et 2013.
  • Les buts ont été de déterminer :
    • si le temps d’apparition après l’exposition à la cefuroxime pourrait être utile pour impliquer la cefuroxime comme étant la cause de la réaction
    • et explorer les différentes modalités des tests dans le diagnostic d’hypersensibilité à la cefuroxime.

- Matériel et Méthode :

  • Les tests cutanés, les tests in vitro, des tests de provocation ont été utilisés pour déterminer l’hypersensibilité à la cefuroxime.
  • Les patients ont été dits positifs à la cefuroxime sur la base d’au moins 2 tests positifs et/ou un TPO positif.

- Résultats :

  • 1 test ou plus positifs à la cefuroxime sont observés chez 24 patients sur 89 (27%).
  • Un seul a été positif seulement pour les IgE spécifiques et a été déclaré négatif à la cefuroxime.
  • 23 (25.8%) ont été déclarés positifs à la cefuroxime.
  • Il y avait 4 IgE spécifiques positives, 4 tests positifs de libération d’histamine, 13 tests cutanés positifs et 14 patients avec un TPO positif.
  • Il y avait 8 patients (34.8%) qui ont eu seulement un TPO positif.
  • Les données concernant le temps de réaction après l’exposition au cefuroxime a été disponible pour 80 patients (22 dans le test positif et 58 dans le groupe négatif) : -**22/22 (100%) des patients positifs ont réagit en moins de 15 minutes,
    • versus seulement 38/58 (65.5%) chez les patients négatifs.

- Conclusion :

  • Tous les patients avec une hypersensibilité confirmée au cefuroxime réagissent dans les 15 minutes après l’administration, mais aussi 65.5% des patients négatifs, ce qui fait que le temps de survenue ne peut pas être un facteur prédictif d’un diagnostic d’hypersensibilité à la cefuroxime lors de la survenue d’une réaction post-opératoire.
  • Les tests de provocation sont toujours positifs lorsque les tests cutanés réalisés sont positifs, cependant 8 patients ont eu seulement des TPO positifs, mettant en lumière l’importance du TPO chez les patients ayant des tests cutanés négatifs.

Les auteurs ont évalué l’exploration de l’allergie à la cefuroxime survenant en peropératoire. Le temps de survenue par rapport à l’injection ne permet pas de faire le diagnostic d’hypersensibilité qui repose surtout sur les tests cutanés et sur le test de réintroduction en milieu protégé.

Ce travail est intéressant car il y a peu de données concernant l’exploration de l’allergie aux céphalosporines.

Les résultats de l’exploration allergologique de ces patients confirment l’importance des tests cutanés, qui lorsqu’ils sont positifs affirment une réaction précoce dans les 15 minutes ou moins après l’injection. Cette rapidité rend très probable une allergie vraie liée à la structure de la molécule de cefuroxime et non a un de ses métabolites.

Par contre il existe des faux négatifs, et de façon non négligeable soit 35% des patients ce qui est beaucoup. Cela tient peut-être à la technique des tests cutanés et/ou aux concentrations utilisées pour la réalisation de ces tests.

Cette étude confirme que l’allergie aux médicaments nécessite une exploration hospitalière qui permet à la fois la pratique de tests longs avec des molécules parfois disponible seulement dans les pharmacies hospitalières, et la réalisation en suivant d’un TPO en milieu protégé.