Les biologistes vont être contents : un nouveau dosage d’ECP à l’oeil !!

lundi 3 mars 2003 par Dr Stéphane Guez3134 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Les biologistes vont être contents : un nouveau dosage d’ECP à l’oeil (...)

Les biologistes vont être contents : un nouveau dosage d’ECP à l’oeil !!

Les biologistes vont être contents : un nouveau dosage d’ECP à l’oeil !!

lundi 3 mars 2003, par Dr Stéphane Guez

Le diagnostic de conjonctivite allergique est parfois difficile lorsqu’il n’y a pas d’autres symptômes allergiques associés. La mesure du taux de l’ECP au niveau des larmes peut-elle aider ce diagnostic, et cette méthode est-elle fiable ?

Efficacité d’une méthode de mesure du taux d’ECP des larmes utilisant un filtre de papier dans le diagnostic des affections conjonctivales allergiques. : Shoji J, Kitazawa M, Inada N, Sawa M, Ono T, Kawamura M, Kato H. Department of Ophthalmology, Nihon University School of Medicine, Tokyo, Japan dans Jpn J Ophthalmol 2003 Jan ;47(1):64-68

Les auteurs ont étudié l’efficacité d’une méthode de dosage des larmes utilisant un filtre en papier pour mesurer le taux d’éosinophile cationique protéine (ECP) chez les patients ayant une affection allergique.

- Méthodes :

  • Les patients qui étaient dans le groupe allergique avaient une conjonctivite allergique, une conjonctivite vernale ou une kérato-conjonctivite allergique,
  • Un 2ème groupe comprenait des patients avec un syndrome de Sjögren secondaire,
  • enfin un 3° groupe de contrôle était constitué de volontaires sains.
  • Les larmes ont étaient prélevées selon la méthode de Shirmer et les échantillons ont été élué sur un filtre papier dans une solution tampon avec du sérum physiologique.
  • La concentration d’ECP dans l’échantillon élué a été mesurée par méthode ELISA.

- Résultats :

  • Le taux d’ECP des larmes dans le groupe allergique est significativement plus élevé que dans les 2 autres groupes (p<O.O1 pour le Sd de Sjögren et p<0.001 pour le groupe contrôle).
  • Par ailleurs, le taux d’ECP des larmes dans chacun des sous-groupes d’affections allergiques est significativement plus élevé que dans le groupe contrôle.

- Conclusions : Cette méthode d’évaluation de la concentration de l’ECP des larmes est utile non seulement pour faire le diagnostic de maladie conjonctivale allergique, mais aussi pour évaluer leurs stades cliniques.


Dans cette étude les auteurs démontrent que l’ECP peut être dosée dans les larmes par une technique simple de recueillement avec un dosage de type ELISA. L’ECP est augmentée dans les affections allergiques par rapport aux groupes contrôles.

L’ophtalmologie est souvent d’un abord difficile pour l’allergologue qui n’a pas les moyens techniques de faire un examen ophtalmologique complet.

Actuellement beaucoup de patients se plaignent de conjonctivite avec souvent des discordances lors de l’examen allergologique.

Le dosage des IgE spécifiques dans les larmes a été décevant et n’est pas d’un grand intérêt.

Cette nouvelle méthode basée sur le dosage de l’ECP semble plus intéressante, encore qu’il faudrait réellement vérifié sur de grandes séries de patients qu’il n’y a pas d’élévation de l’ECP dans d’autres affections inflammatoires.

Si la spécificité de cette inflammation à éosinophile est confirmée, le dosage de ce médiateur témoignant de l’activation des éosinophiles est donc intéressante car donnant non seulement un argument positif pour porter le diagnostic d’allergie mais également donnant un renseignement dynamique sur l’importance de la réaction allergique en cours.

Certains auteurs font un parallèle entre l’œil et les bronches en utilisant la même terminologie : hyperréactivité conjonctivale etc., cet article confirme le bien fondé de cette approche.