L’allergie sera-t-elle sacrifiée ?

jeudi 4 mars 2004 par la rédaction

Accueil du site > Editorial > L’allergie sera-t-elle sacrifiée ?

L’allergie sera-t-elle sacrifiée ?

L’allergie sera-t-elle sacrifiée ?

jeudi 4 mars 2004

Le système de santé français est en voie de remaniement. Après avoir été le meilleur du monde, il est devenu le plus cher. Dans cette période de vaches maigres que nous traversons, sa refonte devient indispensable.

Nos gouvernants ont promis de régler ce problème dans l’année. Mais comment réussir, avec moins de moyens, à conserver ce qui faisait que la sécurité sociale française était unique par l’opportunité qu’elle offrait à tous les français d’être soignés de parfaite manière ?

Les allergiques ont déjà été prévenus en 2003 de l’opinion des instances gouvernementales sur l’allergie. La diminution du remboursement de la famille des antihistaminiques a montré que cette maladie était considérée comme n’étant pas primordiale.

Avec 20% de la population touchée, une constante évolution, des décès par asthme ou par choc allergique, on pourrait penser que l’allergie devrait faire partie des priorités de santé publique. Il n’en est rien.

Mais, au moment des choix politiques, si un français sur cinq bloque les dépôts pétroliers, paralyse le trafic ferroviaire ou aérien ou retient en otage son député, peut-être que nos dirigeants comprendront qu’être allergique est une souffrance qu’il convient de ne pas négliger.

Faudra-t-il en arriver là ?


Voir en ligne : Dr Hervé MASSON

Portfolio