Patch d’allergie au lait : quelle place lui faire ?

jeudi 3 juin 2004 par la rédaction

Accueil du site > Allergènes > Patch d’allergie au lait : quelle place lui faire ?

Patch d’allergie au lait : quelle place lui faire ?

Patch d’allergie au lait : quelle place lui faire ?

jeudi 3 juin 2004

Très belle campagne de médiatisation que celle lancée par la société DBV Technologies qui a lancé le patch permettant le diagnostic d’allergie au lait (c’est en tous cas comme ça qu’il est présenté).

Il est partout sur les ondes (France Info en a fait un flash, il a également été entendu sur Europe 1 et RTL), tout le monde en parle : le patch pour diagnostiquer l’allergie au lait est sorti.

Mais de quoi s’agit il vraiment ? Le diagnostic d’allergie au lait de vache est un diagnostic essentiellement clinique : manifestations d’allergie immédiate et/ou retardée lors de l’introduction des protéines du lait de vache et disparition des symptômes à l’arrêt de celui-ci.

Dans le cadre de mécanismes immédiats les Prick tests sont fiables quand ils sont réalisés par des professionnels compétents (nb : des allergologues qualifiés), dans le cadre de mécanismes retardés le problème des dermites aux protéines rend l’interprétation des Patchs Tests au lait de vache plus difficile. Les Rasts (ou IgE spécifiques dosés dans le sang) ne permettent d’aider qu’au diagnostic d’allergie immédiate, ils en permettent aussi parfois le suivi.

La nouveauté mise au point par la sus-dite société et en collaboration avec la prestigieuse équipe des Prs Dupont et De Boissieu est donc d’un intérêt certain car elle permet enfin de disposer d’un diagnostic d’allergie retardée fiable pour les protéines du lait de vache. Mais il n’est certainement pas suffisant puisqu’il ne dépiste nullement les allergies immédiates : il doit être précédé d’une consultation allergologique.

Ce produit ne remplace donc pas les produits existants : il vient les compléter et permettre ainsi à l’allergologue d’améliorer encore la fiabilité de ses actes.

Il est cependant inquiétant de lire dans le communiqué "Qualifié de "véritable révolution" par la pédiatre Edwige Antier, le nouveau patch-test "fiable et indolore" que les parents peuvent poser eux-mêmes et retirer 48 heures plus tard, permettra le diagnostic par le médecin traitant 72 heures après la pose.". En effet, la lecture d’un patch-test est délicate pour faire la part entre allergie et irritation.

Loin de nous l’idée de suspecter un "médecin traitant" de ne pas être compétent, mais nous craignons que l’absence de formation à la lecture de ce type de test ne conduise à des erreurs graves sur le plan diagnostic.

Le nom du produit ? Diallertest, en vente en pharmacie non remboursé à 21 euros. (ce qui me semble un peu excessif comme prix quand on sait que la batterie standard Européenne des allergènes de contact, soit plus de vingt allergènes, est vendue en Pharmacie par True Test au prix habituel de 3O euros).


Voir en ligne : Le communiqué AFP relayé par terre-net

Portfolio