WAO ! Une enquête mondiale sur les asthmatiques !

mardi 6 décembre 2005 par la rédaction

Accueil du site > Maladies > WAO ! Une enquête mondiale sur les asthmatiques !

WAO ! Une enquête mondiale sur les asthmatiques !

WAO ! Une enquête mondiale sur les asthmatiques !

mardi 6 décembre 2005

Eh oui ! Le WAO, Worl allergy Organisation, publie larga manu une enquête réalisée chez les asthmatiques. En résumé, les médecins et les malades ne se comprennent pas et ne ressentent pas vraiment les mêmes choses...

Plus de détails ? D’accord, voici le texte du communiqué.

La première enquête mondiale jamais menée sur les besoins non pris en charge des asthmatiques révèle des problèmes qui peuvent affecter les résultats des patients

- Les écarts d’évaluation des effets secondaires des médicaments et de la communication médecin-patient impactent l’observance du traitement par les patients

Révélés aujourd’hui à Londres, les résultats de la toute première enquête quantitative mondiale sur les besoins non pris en charge des traitements de l’asthme, démontrent des écarts significatifs entre les évaluations par les médecins et les patients des traitements de l’asthme. Ces écarts concernent des problèmes qui pourraient affecter les résultats sur la santé, notamment les effets secondaires des médicaments, l’éducation des patients et la communication entre médecin et patient. L’étude mondiale sur l’attitude des médecins et des patients face à l’asthme (GAPP pour Global Asthma Physician and Patient), une recherche portant sur 16 pays, a été menée pour mettre en évidence l’impact mondial de l’asthme, une maladie dont la prévalence augmente d’environ 50 pour cent par décennie.

<< Une communication ininterrompue entre médecin et patient est essentielle pour traiter des conditions chroniques comme l’asthme et l’enquête GAPP révèle qu’à de nombreux points de vue ce dialogue peut être amélioré dans chacun des pays sondés >>, affirme G. Walter Canonica, MD, de l’Université de Gênes en Italie et porte-parole de la World Allergy Organization.

Il existe un écart entre la perception réelle des effets secondaires par les patients et l’évaluation par les médecins de cette perception des effets secondaires par les patients. Les résultats suggèrent qu’un tiers (31 %) des patients disent << ne pas percevoir >> les effets secondaires à long terme possibles des traitements anti asthmatiques à base de corticostéroïdes et de stéroïdes inhalés (ICS) alors que les médecins croient que cette perception est beaucoup plus généralisée chez les patients. Trois pour cent seulement des médecins croient que les patients "ne perçoivent pas >> les effets secondaires à court terme possibles. Pour les effets à long terme, l’indicateur est de sept pour cent.

L’évaluation des effets secondaires impacte l’observance du traitement

Trente-quatre pour cent des patients qui ont pris des médicaments croient avoir détecté des effets secondaires à court terme, y compris candidose buccale, pharyngite ou enrouement dû aux médicaments et 19 % croient avoir détecté des effets secondaires à long terme.

Les patients qui ont détecté des effets secondaires mentionnent souvent que ceux-ci sont la cause de leur non-observance du traitement. Seulement 26 % des patients indiquent qu’ils observent le traitement au moins la moitié du temps. Les patients qui n’ont pas observé leur traitement signalent un impact plus important sur leur santé et qualité de vie, y compris des symptômes accrus (69 %) et des attaques d’asthme plus fréquentes ou des exacerbations (41 %). Les médecins ont considérablement surestimé combien leurs patients observent les traitements.

<< Ces données révèlent clairement des besoins non pris en charge dans la catégorie des traitements anti asthmatiques >>, constate le Dr Carlos E. Baena-Cagnani, de l’Université catholique de Cordoba à Cordoba en Argentina, porte-parole de la World Allergy Organization. << Les patients qui n’ont pas pris leurs médicaments anti asthmatiques comme prescrit signalent que l’asthme a un plus grand impact sur leur santé et la qualité de leur vie. Une meilleure éducation des patients et de nouveaux traitements peuvent pallier à certains des problèmes soulevés par cette enquête et, éventuellement, améliorer les résultats des patients. >>

Inconsistance concernant le temps passé à éduquer les patients

Dans chaque pays sondé, patients et médecins rapportent des évaluations radicalement différentes de l’espace de temps consacré à l’éducation pendant les visites médicales : mondialement, 23 % des patients estiment que, lors des visites médicales, on ne consacre pas de temps à expliquer les techniques de gestion de l’asthme qui ont réussi ; pourtant, 87 % des médecins estiment qu’ils consacrent à ce sujet jusqu’à une moitié de la durée de leurs visites avec des patients asthmatiques.

Autre donnée remarquable, jusqu’à une moitié des patients rapporte ne jamais aborder avec leurs médecins la question des effets secondaires à court ou long terme ; pourtant, un nombre impressionnant de médecins signale qu’ils parlent des effets secondaires avec leurs patients.

L’enquête GAPP, non seulement définit clairement un besoin non pris en charge dans le traitement de l’asthme, mais révèle aussi qu’il ya a relation directe entre la communication médecin-patient et l’observance du traitement. Les patients, qui rapportent avoir plus d’échanges avec leurs médecins concernant les techniques de traitements de l’asthme qui ont réussi, rapportent aussi une plus grande observance de la posologie du traitement.

Patients et médecins reconnaissent le besoin d’une meilleure médication pour les asthmatiques

Bien que patients et médecins évaluent différemment la gestion de la condition asthmatique, ils reconnaissent unanimement que les traitements anti asthmatiques actuellement disponibles laissent à désirer. Alors que la grosse majorité (95 %) des médecins croit que les ICS sont << l’étalon or >> des traitements anti asthmatiques, ils rapportent être moins satisfaits des << effets secondaires >> des ICS actuellement disponibles.

Les médecins prescriraient probablement (à 85 %) un nouvel ICS si celui-ci disposait d’un meilleur profil d’efficacité et de tolérabilité. En particulier, un nouvel ICS, qui avec une efficacité comparable, disposerait d’un meilleur profil de tolérabilité, serait largement supporté par une variété de sous-groupes de patients pour lesquels l’asthme a eu sur leur vie un effet franchement grave.

Concernant le Conseil consultatif de l’enquête GAPP

Font partie du Conseil consultatif de l’enquête GAPP les organisations professionnelles et les groupes représentant les patients suivants :

- World Allergy Organization

La World Allergy Organization (WAO) est une organisation internationale d’encadrement dont les membres consistent en 80 sociétés régionales et nationales d’allergologie, d’asthme et d’imunologie clinique du monde entier. En collaboartion avec les sociétés membres, la WAO propose des programmes pédagogiques d’animation extérieure directe, des colloques et des conférences destinés aux membres dans 92 pays. Fondée en 1951, l’organisation a planifié avec succès 18 congrès importants.

- American College of Allergy, Asthma & Immunology

L’American College of Allergy, Asthma & Immunology (ACAAI), une association professionnelle américaine de 4 900 allergistes/immunologistes a été établie en 1942. L’organisation ACAAI se consacre à améliorer la qualité des soins prodigués aux patients en promouvant la recherche, la prise en charge et l’éducation publique et professionnelle.

- Allergy Asthma Network/Mothers of Asthmatics

L’organisation Allergy Asthma Network/Mothers of Asthmatics (AANMA) a été fondée en 1985. L’AANMA est un réseau à but non lucratif de familles qui cherchent à vaincre, et non simplement supporter, les allergies et l’asthme.

Le groupe de travail de l’enquête GAPP
- Michael S. Blaiss, Centre des sciences de la santé de l’Université du
- Tennessee, Memphis, TN, USA, pour l’American College of Allergy, Asthma
& Immunology
- Carlos E. Baena-Cagnani, Université catholique de Cordoba, Cordoba,
Argentine, pour la World Allergy Organization
- G. Walter Canonica, DIMI de l’Université de Gênes, Gênes, Italie, pour
la World Allergy Organization
- Ronald Dahl, Hôpital universitaire Aarhus, Département des maladies
respiratoires, Aarhus, Danemark, pour la World Allergy Organization
- Michael A. Kaliner, Institute for Asthma & Allergy, Chevy Chase, MD,
USA, pour la World Allergy Organization
- Nancy Sander, The Allergy and Asthma Network Mothers of Asthmatics,
Fairfax, VA, USA
- Erkka J. Valovirta, Centre des allergies de Turku, Turku, Finlande,
pour la World Allergy Organization
Conception/méthodologie de l’étude

Harris Interactive(R) a mené l’enquête au nom du Conseil consultatif de l’enquête GAPP en organisant des interviews en ligne, par téléphone et face à face entre les 18 mai et 24 août 2005. En tout, 3 459 interviews ont été organisés (1 726 adultes âgés de 18 ans et plus diagnostiqués comme asthmatiques et 1 733 médecins généralistes ou spécialistes traitant des adultes) dans 16 pays : Australie, Belgique, Brésil, Canada, France, Allemagne, Irlande, Italie, Japon, Pays-Bas, Pologne, Afrique du Sud, Espagne, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis. Pour chaque pays, des échantillons de 100 patients et de 100 physiciens ont été retenus, sauf pour les États-Unis où les échantillons comptaient environ 200 participants de chaque groupe. Les médecins devaient correspondre aux critères suivants : compte de 3 à 30 années de pratique de la médecine et voit au moins trois patients asthmatiques par semaine, prescrit au moins un médicament anti asthmatique par semaine. Parmi les généralistes figuraient : médecine familiale, omnipraticiens, médecine interne et parmi les spécialistes : allergistes, spécialistes des voies respiratoires et pneumologues

Seules les données américaines ont été évaluées. Les données concernant les médecins ont été évaluées par spécialité médicale, genre et années de pratiques pour prendre en compte les caractéristiques des médecins enregistrées dans la base de connées des médecins de l’American Medical Association. Les données relatives aux patients ont été évaluées par genre, éducation, âge, situation familiale, revenu et région pour prendre en compte les caractéristiques des patients adultes asthmatiques de l’enquête nationale sur la santé par interview (National Health Interview Survey). Les données des autres pays n’ont pas été évaluées.

L’enquête GAAP était financée par une subvention d’ALTANA Pharmaceuticals.

Concernant l’asthme

L’asthme, une maladie chronique des poumons causée par une inflammation des voies respiratoires, provoque une obstruction des voies respiratoires en réaction à certains stimuli. L’allergie est la cause de plus de 50 pour cent des cas d’asthme chez les adultes. Les individus atopiques - ceux qui ont une tendance personnelle ou familiale à devenir sensibles et qui produisent des anticorps IgE contre les allergènes - développent souvent plus d’une maladie allergique, si bien que rhinite allergique, conjonctivite allergique et eczéma atopique coexistent souvent avec l’asthme. Une variété de symptômes caractérist ce dernier, notamment cornage, toux et un rétrécissement des voies respiratoires qui provoque un souffle court et peut être mortel. Selon l’initiative mondiale pour l’asthme (GINA pour Global Initiative for Asthma), plus de 300 millions de personnes de par le monde sont asthmatiques. Au niveau mondial, l’asthme tue chaque année plus de 180 000 personnes.

À propos de Harris Interactive(R)

Harris Interactive Inc. (http://www.harrisinteractive.com), établie à Rochester dans l’Etat de New York, est la 13e plus importante firme d’étude de marché dans le monde et celle qui connaît la croissance la plus rapide. Elle est surtout connue pour le sondage d’opinion << The Harris Poll(R) >>. Depuis longtemps, ses clients apprécient les avis qu’elle émet, car ceux-ci leur permettent de prendre des décisions commerciales éclairées. La firme sait allier la science des méthodes de recherche innovatrices et l’art des services-conseils stratégiques. La connaissance qu’elle transmet permet d’aboutir à des résultats mesurables et durables Harris Interactive dessert sa clientèle du monde entier par le biais de ses bureaux américains, européens (www.harrisinteractive.com/europe) et asiatiques ainsi qu’à partir de sa filiale à part entière Novatris de Paris en France (http://www.novatris.com) et d’un réseau mondial indépendant de sociétés d’étude de marché affiliées.

Source : World Allergy Organization

Rachel Pell pour la World Allergy Organization, +1-646-935-4137, rachel.pell@ketchum.com


Voir en ligne : WAO ! l’asthmatique sifflera trois fois

Portfolio