L’anti-IgE pour tous : sauf pour les allergologues

mercredi 6 décembre 2006 par la rédaction

Accueil du site > Maladies > L’anti-IgE pour tous : sauf pour les allergologues

L’anti-IgE pour tous : sauf pour les allergologues

L’anti-IgE pour tous : sauf pour les allergologues

mercredi 6 décembre 2006

Le Vidal annonce aujourd’hui dans sa lettre d’information la commercialisation en ville du Xolair° (Omalizumab) : produit dont nous avons suivi le développement mois après mois sur ce site depuis l’année 2002.

C’est désormais officiel : les médecins allergologues n’ont pas le droit de prescrire l’anti-IgE.

Rappelons que les IgE, anticorps de l’allergie, sont responsables de la mise en place des allergies immédiates et que cette décision équivaut à interdire de prescrire un anti-cancéreux à un cancérologue.

C’est honteux de la part de l’agence du médicament et des experts qui l’ont validé ! C’est honteux de la part du laboratoire qui commercialise ce produit !

Chaque médecin est libre de réagir et est maître de ses prescriptions : soyez responsables.

Je vous rappelle les coordonnées de l’afssaps où faire remonter votre colère :

http://agmed.sante.gouv.fr/htm/2/20...

Et le site de Novartis :

http://www.novartis.fr/pied_de_page...

Le texte du communiqué du Vidal :

XOLAIR, un anticorps monoclonal indiqué dans l’asthme

Omalizumab : anticorps monoclonal humanisé

L’omalizumab est un anticorps monoclonal humanisé se fixant sur les IgE sériques.

La spécialité XOLAIR est dosée à 150 mg d’omalizumab. Elle se présente en poudre et solvant pour solution injectable.

XOLAIR est indiqué, en traitement additionnel, pour améliorer le contrôle de l’asthme chez les adultes et les adolescents (à partir de 12 ans) atteints d’asthme allergique persistant sévère, ayant un test cutané positif ou une réactivité in vitro à un pneumallergène perannuel et qui, malgré un traitement quotidien par un corticoïde inhalé à forte dose et un bêta 2-agoniste inhalé à longue durée d’action, présentent une réduction de la fonction pulmonaire (VEMS < 80 % de la valeur théorique), des symptômes diurnes ou des réveils nocturnes fréquents et des exacerbations sévères, multiples et documentées de l’asthme.

Le traitement par cette spécialité ne doit être envisagé que chez les patients présentant un asthme dont la dépendance aux IgE a été établie sur des critères probants.

Seuls les patients ayant un taux d’IgE sériques totales compris entre 30 et 700 UI/ml et ayant un poids pour lequel la posologie a été établie pourront être mis sous traitement par omalizumab.

En pratique :

La dose et la fréquence d’administration sont déterminées en fonction du taux initial d’IgE (UI/ml), mesuré avant le début du traitement, et du poids corporel (kg).

La dose maximale recommandée est de 375 mg d’omalizumab toutes les 2 semaines.

XOLAIR est administré par voie sous-cutanée, après reconstitution de la solution injectable.

Identité administrative :

Flacon de poudre + une ampoule de 2 ml de solvant, CIP 370 225.7

Liste I - Médicament soumis à prescription initiale hospitalière annuelle.

Prescription initiale et renouvellement réservés aux spécialistes en pneumologie ou en pédiatrie.

La prescription doit être effectuée sur une ordonnance de médicament d’exception.

La spécialité XOLAIR est remboursable à 65 % par la Sécurité sociale selon la procédure des médicaments d’exception : prescription en conformité avec la fiche d’information thérapeutique publiée au Journal officiel du 28 novembre 2006 (arrêté du 14 novembre 2006).

Agréé aux collectivités

Laboratoires Novartis Pharma


Voir en ligne : Le Vidal annonce la commercialisation en ville du Xolair°

Portfolio