Il nous fait de la peine l’ANAPEN…

samedi 8 décembre 2012 par la rédaction

Accueil du site > Editorial > Il nous fait de la peine l’ANAPEN…

Il nous fait de la peine l’ANAPEN…

Il nous fait de la peine l’ANAPEN…

samedi 8 décembre 2012

En mai dernier, oui cela fait plus de six mois, un coup de tonnerre venait briser notre quiétude allergologique : le traitement d’urgence, le seul, de l’anaphylaxie n’était plus fiable.

La polémique venait de la perfide Albion au travers de l’agence du médicament locale. Notre ANSM, agence nationale, s’est emparée alors du dossier pour déterminer si oui, ou non, le système est fiable. Il y a six mois donc.

Noël approche, et l’ANSM nous fait un cadeau qu’elle a annoncé à l’AFPRAL : comme, au bout de six mois, cette agence n’est pas capable de nous assurer que le produit fonctionne bien, elle conseille plutôt la prescription du kit de deux stylos. Oui Madame, non pas un, non pas un stylo injectable d’urgence mais deux stylos, je dis bien stylos pour le prix de… deux, ne rêvez pas.

C’est ridicule, je vous l’accorde mais en plus c’est d’une stupidité rare : déjà ne pas pouvoir dire six mois après si nous pouvons nous fier ou pas au produit, c’est indigne. Ensuite, si nous ne pouvons pas nous fier au produit, l’avoir par lot de deux produits non fiables : est-ce mieux ? Enfin, si le doute persiste, je signale à notre chère agence du gouvernement et à Marisol Touraine qu’il existe un produit alternatif, l’epipen, qui est actuellement distribué dans les hôpitaux en cas de rupture de stock d’Anapen à la demande de l’ANSM.

S’il vous plaît, agence nationale du médicament : faites votre travail ! Le produit est fiable ? Autorisez le et maintenez le kit UN stylo, le produit n’est pas fiable ? Arrêtez de traîner en longueur : remplacez le !

Merci à l’Afpral, bien sûr, de nous avoir fait suivre l’information.


Voir en ligne : Epipen, directive

Portfolio