Le BCG : un vaccin contre l’asthme ?

dimanche 18 juillet 2004 par Dr Stéphane Guez4530 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Le BCG : un vaccin contre l’asthme ?

Le BCG : un vaccin contre l’asthme ?

Le BCG : un vaccin contre l’asthme ?

dimanche 18 juillet 2004, par Dr Stéphane Guez

Les vaccinations sont souvent considérées comme agressives et parfois inutiles. Cependant des données immunologiques laissent penser que des vaccinations, comme le BCG, pourraient au contraire être bénéfiques non seulement pour protéger de la tuberculose mais également pour prévenir l’allergie. Qu’en est-il réellement ?

Faible prévalence de l’asthme chez des adolescents ayant une rhinite symptomatique et ayant été vacciné par le BCG. : S. S. da Cunha1,2, A. A. Cruz3, I. Dourado2, M. L. Barreto2, L. D. A. Ferreira4, L. C. Rodrigues1

1London School of Hygiene and Tropical Medicine, London, UK ; 2Instituto de Saúde Coletiva da Universidade Federal da Bahia ; 3Centro de Enfermidades Respiratórias e Serviço de Imunologia, Departamento de Medicina, Faculdade de Medicina da Universidade Federal da Bahia ; 4Departamento de Estatística da Universidade Federal da Bahia, Brazil

dans Allergy 59 (8), 857-862

- Introduction :

  • Le BCG est un vaccin utilisé pour lutter contre la tuberculose et la lèpre, et c’est un immunostimulant qui active les lymphocytes TH1 avec production de cytokines qui antagonisent l’atopie aussi bien dans les modèles animaux que chez l’homme.
  • Considérant que l’atopie est le facteur de risque principal de développer un asthme, on peut émettre l’hypothèse qu’un vaccin qui induirait une réponse TH1 comme le BCG, pourrait protéger de l’asthme.

- Objectif de l’étude :

  • Évaluer l’association entre le fait d’avoir été vacciné par le BCG en période néonatale et la prévalence de l’asthme chez des adolescents.

- Méthodologie :

  • Il s’agit d’une étude transversale portant sur des enfants scolarisés de 12 à 16 ans.
  • La présence d’une scarification comparable à celle produite par le BCG a été considérée comme la preuve d’une vaccination par le BCG.
  • Un questionnaire auto complété a été préparé en reprenant des items d’une étude internationale : l’Internationale Study of Asthma and Allergies in Childhood.
  • La prévalence de l’asthme a été évalué en tenant compte des épisodes de sifflements, d’asthme, d’asthme chez les enfants rapportant une allergie et parmi ceux ayant allergie et éternuements.

- Résultats :

  • La vaccination néonatale n’est pas associée à une augmentation de la prévalence de sifflements bronchiques ou d’asthme.
  • Cependant, dans un sous groupe rapportant des manifestations allergiques actuelles et des éternuements, la vaccination néonatale par le BCG est associée à une réduction de 37% de la prévalence de l’asthme au cours de la vie.

- Conclusions :

  • Dans une population, la présence d’une cicatrice du BCG est associée à une réduction du risque d’asthme seulement chez les enfants ayant des antécédents évocateurs d’une rhinite allergique.

Dans ce travail, les auteurs mettent en évidence un effet protecteur de la vaccination néonatale par le BCG sur le risque de faire de l’asthme à l’adolescence chez les enfants ayant une rhinite allergique. Par contre il n’y a pas d’effet protecteur sur l’asthme isolé.

Ce travail reprend une idée physiopathologique très exploitée concernant la balance entre lymphocytes TH1 et TH2.

L’hypothèse actuelle est que l’allergie est liée à une dérégulation immunologique avec prédominance de lymphocytes TH2 chez l’atopique. D’ou l’idée qu’un traitement qui pourrait augmenter le nombre des lymphocytes TH1 pourrait protéger de l’allergie.

La seconde hypothèse de l’étude est que l’allergie entraîne un asthme et représente le facteur de risque principale de la maladie asthmatique : Il y a donc en réalité 2 hypothèses qui sont testées dans ce travail : l’une s’avère vérifiée et l’autre non.

Effectivement, la vaccination par le BCG semble protéger l’enfant allergique qui a une rhinite, du risque d’apparition d’un asthme. Il s’agit vraisemblablement du risque d’asthme sur rhinite allergique. Il y a bien implication des TH2 dans cette physiopathologie, et on comprend le rôle protecteur du BCG qui stimule les lymphocytes antagonistes TH1.

Par contre il n’y a pas de lien entre vaccination par le BCG et asthme : la maladie asthmatique n’est donc pas directement liée à l’allergie et à la balance TH2/TH1.

Il s’agit donc de 2 affections distinctes même si elles sont très souvent associées.

Les limites cependant de ce travail sont l’absence réelle de vérification d’une vaccination efficace par le BCG et d’autre part l’absence de diagnostic précis d’asthme puisque celui-ci, de même que la notion de rhinite allergique, ne repose que sur les données d’un questionnaire rempli pas les adolescents.

Il faut donc d’autres études pour confirmer réellement ces résultats.

Enfin, dans nos pays ou la vaccination par le BCG est très répandue on observe malgré tout un fort développement à la fois des maladies allergiques et de l’asthme. Il n’y a donc vraisemblablement pas de lien très fort entre BCG et asthme d’origine allergique ou non.