L’asthme de l’enfant persiste chez l’adolescent, même asymptomatique.

jeudi 3 avril 2003 par Dr Arnaud Scherpereel3265 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > L’asthme de l’enfant persiste chez l’adolescent, même asymptomatique.

L’asthme de l’enfant persiste chez l’adolescent, même asymptomatique.

L’asthme de l’enfant persiste chez l’adolescent, même asymptomatique.

jeudi 3 avril 2003, par Dr Arnaud Scherpereel

Question fréquente de l’adolescent asthmatique ou de parents pour leur jeune enfant asthmatique : « vais-je/ ou notre enfant va-t-il être malade à vie ? ». Avant de répondre de manière définitive à cette question, il est intéressant de prendre connaissance des données de l’étude présentée ici.

Hyperréactivité bronchique et inflammation des voies aériennes chez des adolescents présentant un asthme asymptomatique dans l’enfance. : Y. Obase, T. Shimoda, T. Kawano, S. Saeki, S. Tomari, K. Izaki, C. Fukushima, H. Matsuse, S. KohnoSecond Department of Internal Medicine, Nagasaki University School of Medicine, Nagasaki, Japan dans Allergy 58 (3), 213-220

- Introduction : environ 70% des enfants asthmatiques deviennent asymptomatiques sur le plan de l’asthme pendant l’adolescence. Il existe peu de données sur l’hyperréactivité bronchique (HRB) et l’inflammation des voies aériennes chez ces jeunes adultes ayant présenté un asthme dans l’enfance, non évolutif lors de la croissance.

- Méthodes :
* nous avons étudié 61 étudiants en médecine non-fumeurs (18 asthmatiques intermittents modérés, 23 étudiants ayant présenté un asthme dans l’enfance, asymptomatiques depuis 10 ans, et 20 sujets sains).
* L’HRB et la fonction pulmonaire ont été évaluées, et sur l’expectoration induite des sujets ont été analysés le nombre d’éosinophiles et les taux d’eosinophilic cationic protein (ECP), de granulocyte-macrophage colony stimulating factor (GM-CSF) et de tumor necrosis factor (TNF).

- Résultats :
* l’HRB était toujours présente chez la plupart des asthmatiques asymptomatiques, mais atténuée.
* Seuls 3 sujets ayant présenté un asthme n’avaient ni HRB ni signes d’inflammation des voies aériennes.
* Les pourcentages d’éosinophiles et les concentrations, d’ECP, de TNF et de GM-CSF dans l’expectoration induite dans les groupes asthmes intermittents modérés et asthmes asymptomatiques étaient plus élevés que dans le groupe sujets sains.
* Chez les patients asthmatiques asymptomatiques, la durée d’évolution de l’asthme, le pourcentage d’éosinophiles et le taux de TNF dans l’expectoration induite étaient significativement correlés avec l’HRB.

- Conclusions : Seuls quelques sujets présentant un asthme longtemps asymptomatique peuvent être considérés comme guéris ; la plupart des asthmatiques asymptomatiques continuent à présenter une HRB et des signes d’inflammation des voies aériennes. Le devenir de l’asthme de l’enfant et de l’HRB était associé au degré d’inflammation des voies aériennes et à la durée d’évolution de l’asthme dans l’enfance.


Pour répondre à la question initiale du jeune patient ou des parents de l’enfant asthmatique, cette étude apporte un début de réponse claire à défaut d’être satisfaisante à entendre.

En effet, elle conclue à une disparition rare à l’adolescence des mécanismes principaux de l’asthme que sont l’HRB et l’inflammation des voies aériennes même chez les sujets asthmatiques asymptomatiques.

Les auteurs tempèrent cette donnée en précisant que le devenir de l’asthme de l’enfant et de l’HRB était associé au degré d’inflammation des voies aériennes et à la durée d’évolution de l’asthme dans l’enfance.

Sur le plan méthodologique, l’utilisation de dosages dans l’expectoration induite est intéressante mais limite probablement fortement le nombres de sujets inclus dans chaque groupe. Ceci est un facteur limitant, la recommandation dans ce type d’études étant de constituer de larges cohortes de patients à comparer sur une longue latence (Allergy 2002 ;57 Suppl 74:58-74).

De plus, l’étude du polymorphisme phénotypique et génotypique des sujets, tous stades d’asthme inclus, semble indispensable pour progresser dans l’appréhension des facteurs pronostiques de l’asthme de l’enfant chez l’adulte.

Dans la littérature, on retrouve bien cette notion de décroissance des symptômes de l’asthme pendant l’adolescence qui semble ainsi guéri. Cependant, la réalité montre que plus de 50% des asthmes de l’enfant persistent à l’age adulte.

Le rôle du traitement est encore incertain, car beaucoup d’études antérieures ont été réalisées avant l’avènement de beaucoup de thérapeutiques actuellement utilisées, corticoïdes inhalés inclus (cf. ci-dessous). Récemment, l’étude de biopsies bronchiques chez des sujets en rémission de leur asthme pendant plus de 3 ans suggérait également que l’asthme persistait à vie (Paediatr Respir Rev 2002 Sep ;3(3):184-92).

Une autre étude récente (BMJ 2003 Feb 22 ;326(7386):422-3), sur un large panel (n=483) de sujets asthmatiques ou siffleurs dans l’enfance suivis jusque l’age de 42 ans, a montré que le devenir de l’asthme apparaissant dans l’enfance dépend de son type. La plupart des enfants avec un asthme persistant continuent à présenter une symptomatologie chez l’adulte et une altération de la fonction respiratoire. Cependant que les enfants avec des symptômes intermittents associés avec des infections des voies respiratoires avaient généralement une complète résolution des symptômes dans leur vie adulte. Les quelques patients qui avaient toujours des symptômes modérés intermittents à 42 ans avaient une fonction respiratoire normale. Ce bon pronostic était obtenu bien qu’ils n’avaient pas bénéficié pour la plupart de traitements anti-inflammatoires pendant l’enfance.

Ainsi beaucoup d’éléments sont encore à découvrir : y a-t-il différents phénotypes identifiables d’asthme de l’enfant, en fonction de leur étiologie, leur réponse au traitement, leurs génotypes et leur histoire naturelle ? Est-ce que un traitement précoce par les anti-inflammatoires peut prévenir l’évolution de l’asthme (atteinte de la fonction respiratoire…) ? Un algorithme peut-il être développé pour prédire la probabilité de la persistance de l’asthme dès son diagnostic ? Nous sommes tous impatients, médecins, patients et familles, d’en savoir plus !