L’hyper-réactivité bronchique : phénomène fréquent chez les enfants nés avant terme.

mercredi 19 juin 2002 par Dr Alain Thillay6200 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > L’hyper-réactivité bronchique : phénomène fréquent chez les enfants nés avant (...)

L’hyper-réactivité bronchique : phénomène fréquent chez les enfants nés avant terme.

L’hyper-réactivité bronchique : phénomène fréquent chez les enfants nés avant terme.

mercredi 19 juin 2002, par Dr Alain Thillay

Cette étude finlandaise évalue la fréquence de l’hyper-réactivité bronchique chez l’enfant né avant le terme normal et étudie les différents tests de provocation bronchique.

Tests de provocation à la méthacholine, à l’air froid et à l’exercice dans le diagnostic de la réactivité bronchique chez des enfants d’âge scolaire : étude de suivi de la naissance à l’âge scolaire. : Kari Nikolajev,1Matti Korppi,1Heikki Koskela,2Kyllikki Remes,1Veikko Jokela,3Esko Länsimies4 and Kirsti Heinonen dans Allergology International Volume 51 Issue 2 Page 131 - June 2002

CONTEXTE. Le but de cette étude était de comparer trois tests de provocation bronchique afin d’évaluer l’hyper-réactivité bronchique (HRB) chez des paires de jumeaux suivies de la naissance à l’âge scolaire.
METHODES. Nous avons étudié trois tests de provocation bronchique différents (méthacholine, air froid et bronchodilatation par l’exercice physique) chez 29 enfants d’âge scolaire nés avant ou à 38 semaines de gestation (moyenne 35 semaines) issus de grossesses multiples. Les enfants ont été suivis dès la naissance et étaient examinés entre 7 et 15 ans (moyenne 10 ans).
RESULTATS. L’hyper-réactivité bronchique a été retrouvée respectivement chez 28 et chez 34 % des enfants lorsque ces tests étaient analysés séparément. Huit enfants (28 %) répondaient à l’exercice, dont deux d’entre eux et trois autres répondaient à la bronchodilatation. Ainsi, 11 enfants (38 %) présentaient un résultat pathologique au test de bronchodilatation à l’exercice. Dix enfants (34 %) réagissaient à l’air froid et neuf enfants (31 %) réagissaient à l’inhalation de méthacholine. Au moins un des tests était pathologique chez 18 enfants (62 %), mais seulement deux enfants (7 %) répondaient aux trois tests de provocation. Un résultat positif au test de bronchodilatation à l’exercice était associé avec une réactivité à l’air froid, mais pas à une réactivité à la méthacholine. Le test à l’exercice et à l’air froid détectaient essentiellement les mêmes enfants. Aucune différence n’a été mise en évidence dans les résultats des tests de provocation bronchique entre les enfants qui, à la naissance, avaient les critères d’une croissance normale et ceux qui présentaient un retard de croissance intra-utérine.
CONCLUSIONS. L’hyper-réactivité bronchique était fréquente, dans plus de 62 % des cas, chez des enfants d’âge scolaire nés un peu avant terme. Le test de bronchodilatation par l’exercice pratiqué en extérieur est retrouvé dans 61% des cas d’HRB. L’hyperréactivité bronchique n’était pas associée en fonction de la croissance intra-utérine. Le test le plus sensible était le test de provocation à l’air froid et il existait une bonne concordance entre ce test et le test de provocation par l’exercice en extérieur.


A priori, d’après cette étude, les enfants nés peu avant terme présentent très souvent une hyper-réactivité bronchique. Une raison de plus pour rechercher un asthme chez tout enfant atteint d’une maladie allergique respiratoire.