Rôle important des acariens dans la dermatite atopique de l’adulte.

vendredi 5 juillet 2002 par Dr Alain Thillay7734 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Rôle important des acariens dans la dermatite atopique de l’adulte.

Rôle important des acariens dans la dermatite atopique de l’adulte.

Rôle important des acariens dans la dermatite atopique de l’adulte.

vendredi 5 juillet 2002, par Dr Alain Thillay

Tentative de mise au point du rôle des acariens domestiques dans la pathogénicité de la dermatite atopique de l’adulte.

Identification pertinente de la pathogénicité de l’hypersensibilité aux acariens domestiques chez des adultes atteints de dermatite atopique : une approche nouvelle ? : Shah D, Hales J, Cooper D, Camp R. dans J Allergy Clin Immunol 2002 Jun ;109(6 Pt 1):1012-8

- CONTEXTE. L’importance pathogénique de l’acarien domestique Dermatophagoïdes Pteronyssinus (DP) dans la dermatite atopique n’est pas claire.
- OBJECTIF. Le but de cette étude était de mettre en évidence la pertinence de l’hypersensibilité à DP chez des adultes atteints de dermatite atopique par un test cutané et un test in vitro de mesure de la réactivité des cellules T.
- METHODES. Les solutions allergéniques (DP) et contrôle, utilisées pour les tests cutanés classiques, étaient appliquées au niveau de la partie supérieure de l’avant-bras chez 20 patients 2 fois par jour pendant 4 jours. La sévérité de la dermatose et du prurit était évaluée avant et après les tests au niveau de la zone cutanée d’application. Les mêmes solutions étaient utilisées dans un test de prolifération cellulaire sur sang périphérique.
- RESULTATS. Bien que chez la plupart des patients nous ayons noté une élévation marquée du taux des IgE sériques spécifiques de DP, seuls 6 des 20 patients ont montré une aggravation des lésions cutanées et du prurit au niveau de la partie supérieure de l’avant-bras, plus nettement au niveau des sites d’applications de la solution de DP qu’au niveau des sites de contrôle. De plus, la réponse de la prolifération sur cultures de cellules de sang périphérique, en présence de sérum autologue, était significativement plus importante chez les patients ayant un test de provocation in vivo positif. Un sous-groupe de patients (7/20) montrait une réaction transitoire nette d’urticaire de contact sur le site d’application de la solution de DP.
- CONCLUSION. Ces constatations suggèrent que l’hypersensibilité à DP peut jouer un rôle pertinent dans approximativement un tiers des adultes atteints de dermatite atopique dans la population étudiée. Ces constatations permettent aussi de désigner les patients qui sont susceptibles de bénéficier utilement de l’éviction des acariens.


Si autant la dermatite atopique du nourrisson ou de jeune enfant ne pose pas trop de problème diagnostique à l’Allergologue -le plus souvent elle est due à une allergie alimentaire-, celle du sujet adulte est plus délicate. Dans mon expérience, l’allergie alimentaire n’est pas aussi fréquente. Cette étude tend donc à montrer que les acariens seraient souvent responsables. La méthodologie du test cutané est simple. Pour véritablement démontrer le rôle des acariens, il reste à faire une autre étude qui consisterait à sélectionner un nombre important de patients ayant des tests acariens in vitro et in vivo positifs et de les soumettre à une éviction sérieuse des acariens.