Le latex bientôt marqué à la culotte : les fétichistes allergiques vont pouvoir respirer.

mercredi 22 septembre 2004 par Dr Stéphane Guez2177 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > Le latex bientôt marqué à la culotte : les fétichistes allergiques vont pouvoir (...)

Le latex bientôt marqué à la culotte : les fétichistes allergiques vont pouvoir respirer.

Le latex bientôt marqué à la culotte : les fétichistes allergiques vont pouvoir respirer.

mercredi 22 septembre 2004, par Dr Stéphane Guez

L’allergie au latex représente environ 12% des accidents peranesthésiques d’origine allergique. La quantité d’allergènes contenus dans les gants en latex est très variable selon les lots. Est-il possible de disposer d’un test biologique fiable permettant de prédire la capacité allergique de tel ou tel gant commercial en latex ?

Hev b 5 et Hev b 13 sont des marqueurs allergéniques prédictifs du potentiel allergique de gants en latex. : Hoong-Yeet Yeang, PhD a *
Siti Arija M. Arif, PhD a
Monika Raulf-Heimsoth, PhD b
Yin-Ho Loke a
Ingrid Sander, PhD b
Siti Hawa Sulong, MS a
Chee-Heng Lau, PhD a
Robert G. Hamilton, PhD c

From athe Rubber Research Institute of Malaysia, Malaysian Rubber Board ; bthe Research Institute for Occupational Medicine (Berufsgenossenschaftliches Forschungsinstitut für Arbeitsmedizin), Ruhr-University, Bochum ; and cJohns Hopkins Asthma and Allergy Center, Johns Hopkins University School of Medicine, Baltimore USA

dans JACI September 2004 • Volume 114 • Number 3

- Introduction :

  • La sensibilisation au latex naturel a été reliée à des protéines provenant des gants médicaux en latex.
  • De nombreux tests essayant d’estimer la quantité de résidus protéiques allergéniques pouvant être extraite des gants pour évaluer le risque d’accident allergique ont des défauts inhérents.

- Objectif de l’étude :

  • Ce travail a cherché à développer des tests immuno-enzymatiques localisant et identifiant des marqueurs protéiques afin d’évaluer le potentiel allergique de gants en latex.

- Méthodologie :

  • La présence de 6 allergènes du latex (Hev b 1,2,3,5, 6 et 13) a été mesurée sur une coupe de gants médicaux commerciaux en latex en utilisant un test immuno-enzymatique monoclonal et polyclonal basé sur une réaction anticorps contre les sites allergéniques.
  • La capacité allergique totale potentielle des gants a été évaluée par un test d’inhibition IgE.
  • De multiples analyses en régression logistique ont été réalisées pour identifier les marqueurs allergéniques pouvant expliquer les variations d’allergénicité selon les gants en latex.

- Résultats :

  • Les 6 allergènes du latex ont été détectés dans certains gants.
  • Hev b 5 et Hev b 13 ont été reconnus comme les marqueurs allergéniques qui expliquent le mieux les variations d’allergénicité selon les gants.
  • Les corrélations multiples significatives entre ces 2 marqueurs et le potentiel allergique des gants, permettent de former les bases d’un nouveau test permettant de juger la capacité allergique des gants en latex.

- Conclusion :

  • Le potentiel allergique global des gants en latex peut être apprécié par l’utilisation des indicateurs allergéniques Hev b 5 et 13.
  • La corrélation entre la capacité allergique des gants et le taux de ces allergènes est maintenue même pour des gants contenant très peu de protéines (<200 microg/g).
  • Cette estimation de l’allergie des gants est supérieure à celle obtenue en utilisant la mesure des protéines totales.

Les auteurs ont identifié dans ce travail 2 allergènes dont la mise en évidence permet de prédire la capacité allergisante de gants en latex. Ils proposent donc un nouveau test immuno-enzymatique basé sur la recherche de ces 2 allergènes sur des coupes de gants pour évaluer le risque allergique de ces gants.

Ce travail biologique est très intéressant car sur le plan méthodologique et sur le plan pratique.

Sur le plan méthodologique, la mise en évidence finalement de 2 allergènes majeurs permettant de prédire le risque allergique des gants est très intéressante. Elle pourrait être appliquée à d’autres allergènes ayant de nombreux épitopes en proposant la recherche de celui qui est lié à coup sûr à un potentiel allergique.

Sur le plan pratique, les auteurs proposent un test immuno-enzymatique très simple, rapide et fiable pour identifier la présence de ces 2 allergènes au niveau d’une coupe de gant. Il est donc possible rapidement d’évaluer le caractère potentiellement allergisant de nombreux gants de marques différentes. On peut penser aussi que les constructeurs pourront améliorer le contrôle de qualité des gants.

Les organismes de contrôle auront également un outil fiable pour vérifier par exemple réellement le caractère hypoallergique de certains gants en latex.

Reste à attendre le développement commercial de ce test pour disposer enfin d’un outil fiable permettant d’évaluer le risque opératoire de certaines marques de gants chez des patients allergiques au latex.