Viens petite fille dans mon comic strip, viens faire des wip ! Des clip ! crap ! COV,NOX,CO,HCHO et wiZZZ,chebam8

jeudi 23 septembre 2004 par Dr Christian Debavelaere4611 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > Viens petite fille dans mon comic strip, viens faire des wip ! Des clip ! (...)

Viens petite fille dans mon comic strip, viens faire des wip !  Des clip ! crap ! COV,NOX,CO,HCHO et wiZZZ,chebam8

Viens petite fille dans mon comic strip, viens faire des wip ! Des clip ! crap ! COV,NOX,CO,HCHO et wiZZZ,chebam8

jeudi 23 septembre 2004, par Dr Christian Debavelaere

La découverte dans l’habitat domestique de polluants par dizaines représente probablement un facteur de risque important pour les allergies respiratoires en dehors des classiques facteurs d’humidité, tabagisme, moisissures, prolifération d’acariens. Ces polluants intérieurs chimiques sont étudiés ici avec les COV, dont le redoutable benzène, mais on pensera aussi aux NOX, aldéhyde, CO...

Association entre l’exposition domestique aux composés organiques volatils et l’asthme chez le jeune enfant : K Rumchev1, J Spickett1, M Bulsara2, M Phillips1 and S Stick3

1 School of Public Health, Curtin University of Technology, Perth, WA 6845, Australia
2 University of WA, School of Population Health, Faculty of Medicine and Dentistry, Crawley, WA 6009, Australia
3 Princess Margaret Hospital for Children, Department of Respiratory Medicine, GPO Box D184, Perth, WA 6001, Australia

dans Thorax 2004 ;59:746-751

- But :

  • Explorer l’association entre l’exposition domestique aux composés organiques volatils (COV) et l’asthme chez le jeune enfant.

- Méthode

  • Une étude de population de cas comparés avec des cas témoin était menée à Perth, en Australie de l’ouest chez des enfants entre 6 mois et 3 ans d’âge.
  • Les cas (n = 88) étaient des enfants recrutés au service des urgences de l’hôpital Princesse Margaret sortant avec un diagnostic d’asthme.
  • 104 cas-contrôle consistant en enfants du même âge sans diagnostic d’asthme identifié par le service de santé d’Australie de l’ouest.
  • L’information concernant l’état de santé des enfants étudiés et les caractéristiques des domiciles étaient recueillie par un questionnaire standardisé.
  • Les expositions aux COV, la température moyenne et l’humidité relative étaient mesurées en été et en hiver dans la salle de séjour de chacun des participants.

- Résultats

  • les patients étaient exposés à des niveaux de COV (en mcg/m3) significativement supérieurs à ceux des témoins (p<0,01), chez la plupart des individus,
  • les COV semblaient être un facteur de risque significatif pour l’asthme avec des odd- ratios les plus élevés pour le benzène suivi par l’éthyle benzène et le toluène.
  • Pour chaque élévation de 10 unités dans la concentration du benzène et du toluène (en mcg/m3), le risque d’avoir de l’asthme augmentait de presque 2 ou 3 fois respectivement.

- Conclusions

  • L’exposition domestique aux COV à des niveaux inférieurs aux recommandations courantes peut accroître le risque d’asthme infantile.
  • La mesure globale des COV peut sous estimer le risque associé comparé à un dosage individuel de chaque composant.

Les objectifs de l’étude sont

  • Démontrer le lien entre exposition aux composés organiques volatils et l’asthme dans l’enfance
  • Classer les COV en fonction de leur impact sur l’asthme.
  • Établir une relation entre taux de COV et risque d’asthme
  • il s’agit d’une étude rétrospective par questionnaire

Cette étude reprend à nouveau l’impact des composés organiques volatils sur des pathologies comme l’asthme.

Elle insiste sur 3 d’entre eux, le benzène, l’éthyle benzène et le toluène, en ordre décroissant de toxicité, suggérant des différences de facteur de risque en fonction du composant étudié et évoquant un risque individuel à chaque composant proposant ainsi une mesure individuelle plutôt que globale des COV.

Plusieurs centaines de composants toxiques sont identifiés à l’intérieur des habitations, ils sont libérés par les peintures, plastiques, produits d’entretien, matériau de construction, mousse isolante, bois agglomérés, produits de bricolage, peinture solvants, colles, vernis produits de protection du bois....

On ne mentionne pas dans cette étude de mesure d’autres polluants domestiques, les NOX, le formaldéhyde, le CO, ou du tabagisme, certes ne faisant pas partie des COV mais souvent étudiés dans la pollution domestique.

Ces polluants ont un effet irritant sur les voies respiratoires. Le benzène est cancérogène, le formaldéhyde probablement.

On pourra se reporter pour plus de détail sur l’article du Dr Marchand dans ce site.