Rechercher une cause auto-immune dans l’urticaire chronique chez l’enfant ?

mercredi 27 octobre 2004 par Dr Isabelle Bossé7484 visites

Accueil du site > Maladies > Urticaire > Rechercher une cause auto-immune dans l’urticaire chronique chez l’enfant (...)

Rechercher une cause auto-immune dans l’urticaire chronique chez l’enfant ?

Rechercher une cause auto-immune dans l’urticaire chronique chez l’enfant ?

mercredi 27 octobre 2004, par Dr Isabelle Bossé

L’urticaire chronique même chez l’adulte reste souvent d’origine inconnue. Une fois les causes principales éliminées, on se retrouve souvent sans diagnostic, et la recherche d’une étiologie auto immune n’est en général réalisée que si certains signes d’appel existent. A fortiori ces causes sont très certainement rarement explorées chez les enfants. Ces auteurs, par l’intermédiaire de deux tests ( cutané et biologique) ont ainsi étiqueté la moitié des urticaires idiopathiques chez des enfants.

Prévalence élevée d’urticaire auto-immune chez des enfants porteurs d’urticaire chronique. : Luigia Brunetti, MD a *
Ruggiero Francavilla, MD, PhD a
Vito L. Miniello, MD a
Michael H. Platzer, MSc b
Domenica Rizzi, MD a
Maria Letizia Lospalluti, MD a
Lars K. Poulsen, PhD b
Lucio Armenio, MD, PhD a
Per Stahl Skov, MD, PhD b

aFrom the Department of Biomedicina dell’Età Evolutiva, University of Bari ; and
bthe National University Hospital, Laboratory of Medical Allergology, Copenhagen.
Supported by the University of Bari.

dans JACI October 2004 • Volume 114 • Number 4

- Sujet

  • l’étiologie de l’urticaire chronique (UC) dans l’enfance reste souvent inconnue.
  • Récemment, chez les adultes il a été démontré qu’approximativement 40 % des patients urticariens avaient une urticaire auto immune (AU) ; aucune donnée n’est disponible chez les enfants.

-  Objectifs

  • déterminer la prévalence et les facteurs de risque d’urticaire auto immune chez des enfants porteurs d’urticaire chronique.

- Méthodes

  • 93 enfants ( 52 garçons, âge moyen 7.8 ans) avec de l’urticaire chronique ont été évalués à la recherche d’une cause auto-immune par tests cutanés au sérum autologue ( ASST)chez tous les enfants et un test d’histamino libération des basophiles induit par le sérum ( HR -urticaria test) chez 52 enfants.
  • toutes les autres causes connues d’urticaire chronique ont été exclues.

Résultats

  • une cause a été identifiée chez 44 enfants ( 47 %) , et 49 (53 %) étaient idiopathiques.
  • les tests ( ASTT et HR- urticaria test) ont donné un résultat positif chez 22 enfants sur les 49 , et 16 sur 31 ( 52 %) sont restés idiopathiques, comparativement à 1 sur 44 ( 2 %) et 5 sur 21 ( 24 %) qui avaient une urticaire de cause connue, respectivement (p <0.00001 ; p = 0.09) .
  • la sensibilité, la spécificité et les valeurs négatives prédictives du test ASST pour le diagnostic d’une urticaire auto immune étaient de 78 %, 85 % , 74 % et 88 %.
  • la prévalence de l’urticaire auto immune chez les enfants est de 31 % ( 15/52 ; 95 % IC, 24 %-51 %).
  • aucune des variables étudiées n’était prédictive du développement d’une urticaire auto immune.

- Conclusions

  • ces résultats montrent pour la première fois que les enfants ont les mêmes capacités que les adultes à produire des auto anticorps fonctionnels dirigés vers les Ig E ou les récepteurs à Ig E , et que ces urticaires auto immunes existent chez les enfants dans 30 % des cas.
  • l’ajout d’un bilan à la recherche d’urticaire auto immune diminue le taux d’urticaire idiopathique de 52 à 20 %.

Pour la première fois cette étude met en évidence la possibilité de pathologies auto immunes chez des enfants.

Ces explorations ( test cutané avec sérum autologue et test d’histamino libération), même s’ils restent de pratique et d’interprétation difficiles en consultation courante, sont relativement simples, et pourraient donc être réalisés chez ces enfants.

Il paraît logique de penser que toutes les pathologies classées idiopathiques auront un jour une étiologie avec les progrès diagnostiques que l’on peut espérer.

Heureusement les urticaires chroniques de l’enfant sont peu fréquentes, par conséquent le nombre de maladies auto immunes retrouvées devrait rester faible.