Faut-il mélanger des antileucotriènes aux peintures de carrosserie automobile ?

jeudi 16 décembre 2004 par Dr Stéphane Guez1408 visites

Accueil du site > Pratique > Travail > Faut-il mélanger des antileucotriènes aux peintures de carrosserie automobile (...)

Faut-il mélanger des antileucotriènes aux peintures de carrosserie automobile ?

Faut-il mélanger des antileucotriènes aux peintures de carrosserie automobile ?

jeudi 16 décembre 2004, par Dr Stéphane Guez

Les leucotriènes sont une nouvelle voie de l’inflammation accessible à un traitement spécifique par les antileucotriènes. Certains asthmes sont résistants ou répondent mal aux traitements classiques en particulier par les corticoïdes inhalés. Est-ce que l’asthme aux isocyanates est concerné par cette nouvelle voie de l’inflammation ?

Leucotriènes et asthme induit par les isocyanates : une étude pilote. : Lemiere C, Pelissier S, Tremblay C, Chaboillez S, Thivierge M, Stankova J, Rola-Pleszczynski M.

Department of Chest Medicine, Hopital du Sacre-Coeur, Montreal, University of Montreal, QC, Canada. lemierec@crhsc.umontreal.ca

dans Clin Exp Allergy. 2004 Nov ;34(11):1684-9

- Introduction :

  • Le rôle des leucotriènes dans la physiopathologie de l’asthme aux isocyanates n’est pas bien connu.

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont cherché :
    • à caractériser le type d’inflammation induit par une exposition aux isocyanates
    • à savoir si une exposition aux isocyanates induit une augmentation des récepteurs lymphocytaire aux leucotriènes cystéinées (de type 1 et 2) et aux leucotriènes B4
    • s’il y a une augmentation de la libération, par les lymphocytes T, des leucotriènes C4, B4 et d’IL8
  • chez des asthmatiques ayant un asthme induit par les isocyanates et chez des témoins sains.

- Méthodologie :

  • Les auteurs ont étudié 8 patients ayant un asthme aux isocyanates et 8 témoins sains.
  • Les 2 groupes de patients ont eu un test de provocation aux isocyanates dans le laboratoire.
  • Une expectoration induite a été recueillie avant et après l’exposition aux isocyanates.
  • L’expression des récepteurs aux leucotriènes : C1, C2 et B4 a été explorée par cytométrie de flux, alors que les productions de LTC4, LTB4 et IL8 ont été mesurées dans le surnageant de l’expectoration par méthode ELISA.

- Résultats : :

  • L’exposition aux isocyanates entraîne une augmentation, dans l’expectoration, des neutrophiles seulement chez les patients ayant un asthme professionnel.
  • Il y a également une augmentation significative :
    • de l’expression des récepteurs aux leucotriènes cystéinées C1 et B
    • ainsi que de la production de LTB4 et IL8 après l’exposition aux isocyanates
      par rapport au taux de base seulement chez les patients ayant un asthme aux isocyanates.
  • Alors qu’il n’y a pas d’augmentation des LTC4.
  • L’exposition aux isocyanates n’induit pas de modification au niveau de l’expression des récepteurs aux leucotriènes de même que au niveau de la production de LTC4, LTB4 et IL8 chez le sujet sain.

- Conclusion :

  • La neutrophilie observée après exposition aux isocyanates est probablement liée à la libération de LTB4, probablement par augmentation de l’expression du récepteur au LTB4 sur les neutrophiles aussi bien que par une augmentation de la production d’IL8.
  • La signification de l’augmentation de récepteurs cystéinés aux leucotriènes sur les neutrophiles n’est pas connu et nécessite des investigations complémentaires.

Dans ce travail, les auteurs démontrent que la voie des leucotriènes est impliquée dans l’asthme aux isocyanates, avec à la fois une augmentation de l’expression des récepteurs mais aussi de la production de certaines leucotriènes par les neutrophiles des patients asthmatiques aux isocyanates.

Ce travail est intéressant car il peut ouvrir des perspectives non seulement physiopathologique mais également thérapeutiques dans la prise en charge de l’asthme aux isocyanates.

Il s’agit d’une pathologie professionnelle fréquente et surtout sévère.

Il y a à la fois augmentation de l’expression de récepteurs à certaines leucotriènes cystéinées mais également augmentation de la production de leucotriènes chez les patients asthmatiques par rapport aux témoins.

Sont plus spécifiquement impliqués les récepteurs aux leucotriènes C1 et B4 ainsi que la production de LTB4 et IL8.

Les conséquences sont une augmentation du taux des neutrophiles dans l’expectoration induite des patients asthmatiques aux isocyanates.

La question est maintenant de savoir si les antileucotriènes actuellement disponibles sont actifs et pourraient entraîner une diminution significative de l’activité des antileucotriènes chez ces patients ?

Les résultats de ce travail semble en tout cas montrer qu’il est intéressant de poursuivre des recherches sur l’implication des leucotriènes dans cette forme d’asthme professionnel.