Dis moi où tu vis ? À quoi tu es allergique ? Et je te dirai ce que tu deviendras !

dimanche 26 décembre 2004 par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU2678 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > Dis moi où tu vis ? À quoi tu es allergique ? Et je te dirai ce que tu (...)

Dis moi où tu vis ? À quoi tu es allergique ? Et je te dirai ce que tu deviendras !

Dis moi où tu vis ? À quoi tu es allergique ? Et je te dirai ce que tu deviendras !

dimanche 26 décembre 2004, par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU

Les allergènes émergents ou nouveaux allergènes ont un rôle croissant dans la pratique allergologique d’aujourd’hui.

Analyse de nouvelles allergies respiratoires chez des patients monosensibilisés à des allergènes aéroportés dans la région du Nord de Milan. : Asero R.

Ambulatorio di Allergologia, Clinica San Carlo, Paderno Dugnano (MI), Italy. r.asero@libero.it

dans J Investig Allergol Clin Immunol. 2004 ;14(3):208-13

- Introduction :

  • Une étude récente rapportée du Nord de Milan, une région qui a été récemment colonisée à la fois par du bouleau et du pollen d’ambroisie, a montré que les sujets développant des allergies à ces « nouveaux »allergènes étaient plus âgés que ceux qui commençaient à être allergiques aux allergènes « traditionnels » ,ce qui laisserait supposer qu’une prédisposition à développer des allergies respiratoires est probablement spécifique de l’allergène ,qu’elle persiste tout au long de la vie et qu’elle n’apparaît que lorsque le sujet rencontre l’allergène approprié pendant une période suffisamment longue.

- Objectifs :

  • L’étude présente a visé à tester cette hypothèse en suivant une large cohorte de patients monosensibilisés à des allergènes aéroportés.

- Méthodes :

  • La prévalence et les caractéristiques des nouvelles sensibilisations aux allergènes aéroportés après 2 années de suivi ont été étudiées chez 726 patients monosensibilisés aux Herbacées, Pariétaire, Acariens, Bouleau, Ambroisie, Alternaria, Armoise commune ou au Plantain, et vivant dans le Nord de Milan.

- Résultats :

  • La prévalence globale des nouvelles sensibilisations était de 35% (256/726) avec des différences marquées entre les sous-groupes s’étendant de 11% pour les sujets allergiques à Alternaria , à 46% pour les sujets allergiques aux Herbacées.
  • Les patients allergiques aux Herbacées ,Bouleau, ou au Pariétaire ont montré une plus grande propension à se sensibiliser à un second allergène aéroporté que les sujets allergiques à l’ Ambroisie ,Alternaria et aux Acariens.
  • Globalement, les « nouveaux » allergènes , (bouleau et ambroisie) sont responsables de 89%(228/256) de nouvelles sensibilisations chez le groupe entier de l’étude.
  • Le pollen d’ambroisie induit 90% (38/40) de nouvelles sensibilisations chez des sujets allergiques au bouleau et le pollen de bouleau a induit 80%(8/10)de nouvelles sensibilisations chez des sujets allergiques au pollen d’ambroisie.
  • Il n’a pas été observé de différence d’âge à la première visite ni dans la durée du suivi entre les patients développant ou non de nouvelles allergies respiratoires.

- Conclusion :

  • Cette étude montre que :
    • La prédisposition à développer des allergies respiratoires est spécifique d’un allergène et persiste toute la vie.
    • La propension à devenir allergique à certains allergènes aéroportés doit être associée à une sensibilisation primitive à certains allergènes aéroportés.
    • Chez des patients adultes et monosensibilisés, la sensibilisation à un autre allergène aéroporté qui a toujours été présent dans cette zone géographique donnée est peu probable.

Selon une expression imagée, mais qui reflète bien la réalité, les allergiques aux pollens de graminées sont « pré-sensibilisés » par les pollens d’arbres et « post-sensibilisés » par les pollens des Composés (armoise, Ambroise et plantain) et d’Urticacées. C’est pourquoi la pollinose est devenue une maladie presque pérenne.

Le fait d’être allergique au Bouleau augmente le risque de se sensibiliser à l’Ambroisie et inversement.

Une immunothérapie spécifique (ITS) aurait-elle modifier le cours de cette évolution ?

Quand on sait qu’une ITS a un effet sur les manifestations allergiques en diminuant la fréquence et l’intensité des manifestations allergiques et modifie le cours normal de la maladie en limitant le risque de se sensibiliser à un autre allergène.