Mères de famille, hygiène ou non pour vos nourrissons ?

mardi 10 mai 2005 par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU2017 visites

Accueil du site > Sciences > Hygiène > Mères de famille, hygiène ou non pour vos nourrissons ?

Mères de famille, hygiène ou non pour vos nourrissons ?

Mères de famille, hygiène ou non pour vos nourrissons ?

mardi 10 mai 2005, par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU

Nous avons longtemps pensé que des mesures d’éviction stricte des allergènes dans la petite enfance réduisent le développement des sensibilisations allergéniques ; plus récemment certaines études ont abouti au résultat contraire à savoir que des contacts allergéniques multiples préviennent l’atopie et les signes respiratoires chez les enfants. Au fait, qu’en est-il exactement ?

Association inverse entre salmonellose dans l’enfance et rhino conjonctivite et asthme à l’âge scolaire : une étude longitudinale. : U. Pelosi1, G. Porcedda1, F. Tiddia2, S. Tripodi3, A. E. Tozzi4, V. Panetta3, C. Pintor1, P. M. Matricardi5

1Unità di Pneumologia e Malattie Allergiche, Clinica Pediatrica, Università di Cagliari, Cagliari ; 2Laboratorio Microbiologia, Cagliari ; 3Unità di Allergologia Pediatrica, Ospedale Sandro Pertini ; 4Unità di Epidemiologia and 5Unità di Ricerca per le Allergie e l’Asma, UOC Allergologia, Ospedale Pediatrico Bambino Gesù, IRCCS, Roma, Italy

dans Allergy 60 (5), 626-630.

- Introduction :

  • Les allergies respiratoires sont inversement proportionnelles à l’acquisition précoce d’infections alimentaires et des infections oro-fécales ,à la consommation de lait non pasteurisé ,à la fréquentation précoce des écuries et à l’exposition à des concentrations élevées d’endotoxines dans l’environnement d’une ferme.
  • Nous avons donc étudié si une infection par Salmonelle très tôt dans la vie peut protéger du développement d’allergies respiratoires à un stade ultérieur dans la vie.

- Méthodes :

  • En 2003 nous avons étudié 2 groupes d’enfants de Sardaigne (de 6 à 18 ans) qui avaient été hospitalisés avant l’âge de 4 ans (entre 1989 et 2001) avec une paratyphoïde à Salmonelle (n=148)ou avec une entérite aigue d’étiologie non bactérienne(NB-entérite)(n=167).
  • La rhino conjonctivite allergique(AR) et l’asthme ont été évalués par des interrogatoires téléphoniques avec le questionnaire ISAAC ; les patients rapportant une AR et/ou un asthme étaient en outre examinés par le biais d’un travail diagnostique pour confirmer ou exclure objectivement une maladie évolutive.
  • Les courbes de Kaplan-Meier et les modèles de proportionnalité de Cox ont été utilisés pour analyser le rôle des différents types d’entérite sur le risque de développer une rhino conjonctivite ou un asthme allergique supplémentaire.

- Résultats :

  • Les enfants qui ont été hospitalisés avec une salmonellose ont une prévalence plus basse de rhino conjonctivite allergique ( 8 sur 148 ;5,4% contre 23 de 167,13,8% ;P=0.019) ou asthme (5 de 148,3,4% contre 21 de 167,12,6% ;P=0. 006) que ceux qui ont été hospitalisés avec une NB entérite.
  • Le risque proportionnel de salmonellose pour l’asthme était 0.23 (95%Cl :0.08_0.67 ;P<0.01) et pour la rhino conjonctivite allergique était 0.40 (95%Cl :0.17_0.95 ;P=0.04) après ajustement des cofacteurs.

- Discussion :

  • La puissance des associations observées suggère que la Salmonellose contribue à modifier l’histoire naturelle des allergies respiratoires.
  • Cependant davantage d’études est nécessaire pour tester dans d’autres lieux l’association observée chez les enfants de Sardaigne.
  • Nous pensons qu’une infection clinique ou subclinique à Salmonelle semble contribuer à une protection contre l’atopie au même titre que la fréquentation précoce des fermes ou les infections orofécales.
  • Une bonne hygiène alimentaire et une prévention des infections à salmonelle doit rester cependant une priorité de santé publique.

On peut concevoir que les infections virales surviennent principalement chez les nourrissons ayant une prédisposition particulière et que le terrain et les infections contribuent au développement de pathologies respiratoires sifflantes ou autre pathologies chroniques.

Des études plus récentes ont montré une relation inverse entre asthme et infections respiratoires ; il y aurait une relation dose-réponse avec une prévalence de l’asthme allergique d’autant plus faible que les infections orofécales étaient fréquentes.

Une autre étude montre que la survenue d’un asthme entre 5 et 14 ans était diminuée si l’enfant provient d’une famille de petite taille et intègre la crèche entre 6 et 11 mois.

Dans nos conseils ,pour nos patients ,essayons de rester clairs ,simples et pleins de bon sens !