Après les agriculteurs, les OGM proposés aux allergologues et aux allergiques.

mercredi 7 septembre 2005 par Dr Stéphane Guez980 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Après les agriculteurs, les OGM proposés aux allergologues et aux (...)

Après les agriculteurs, les OGM proposés aux allergologues et aux allergiques.

Après les agriculteurs, les OGM proposés aux allergologues et aux allergiques.

mercredi 7 septembre 2005, par Dr Stéphane Guez

On parle de plus en plus de ces nouveaux allergènes génétiquement modifiés qui permettraient de proposer des désensibilisations sans risque de réaction allergique. Mais ces extraits ont ils une efficacité comparable aux extraits classiques et induisent-ils des réponses immunologiques significatives ?

La production d’IgG spécifiques nasales induites par vaccination avec des allergènes génétiquement modifiés est corrélée à une réduction de la sensibilité nasale allergénique. : Jürgen Reisinger, MSca, Friedrich Horak, MDa, Gabrielle Pauli, MDe, Marianne van Hage, MDd, Oliver Cromwell, PhDf, Franz Königc, Rudolf Valenta, MDb, Verena Niederberger, MDa

a From the Department of Otorhinolaryngology
b Department of Pathophysiology, Center for Physiology and Pathophysiology, Vienna General Hospital
c Department of Medical Statistics, Medical University of Vienna
d Department of Medicine, Clinical Immunology and Allergy Unit, Karolinska Institutet and Hospital, Stockholm
e Service de Pneumologie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg
f Allergopharma Joachim-Ganzer KG, Reinbek

dans JACI Volume 116, Issue 2, Pages 347-354 (August 2005)

- Introduction :

  • Les auteurs ont réalisé une étude en double aveugle contre placebo d’une immunothérapie avec des extraits allergéniques génétiquement modifiés du pollen de bouleau Bet v 1 (bet v 1-trimère, Bet v 1- fragments).

- Objectif de l’étude :

  • Il a été de chercher si la vaccination à l’aide de ces allergènes génétiquement modifiés induit des anticorps spécifiques des allergènes dans les sécrétions nasales
  • Et d’étudier si ces anticorps ont un effet sur la sensibilité allergénique nasale.

- Méthodologie :

  • Un sous groupe de patients randomisés a été extrait (23 patients dont 10 sous placebo, 10 sous trimères et 3 sous fragments) et ont eu une étude approfondie avec :
    • analyse de prélèvements sériques,
    • des prélèvements nasaux et
    • test de provocation nasale.
  • Les taux de Bet v 1 spécifique, IgG 1à 4 et IgA ont été mesurés :
    • dans les prélèvements sériques avant et après immunothérapie,
    • après la saison pollinique du bouleau
    • et 1 an après le début de la désensibilisation
    • ainsi qu’au niveau des prélèvements des sécrétions nasales après la saison pollinique et 1 an après le début de l’immunothérapie,
    • l’ensemble par méthode ELISA.
  • La sensibilité nasale à l’allergène naturel et à l’allergène modifié du pollen de bouleau a été évaluée par rhino manométrie antérieure après la saison pollinique et 1 an après la vaccination.

- Résultats :

  • La vaccination avec les extraits modifiés de Bet v 1, mais pas avec le placebo, induit des IgG1, IgG2 et IgG4 spécifiques de Bet v 1 et des taux bas d’IgA dans le sérum
  • production d’IgG qui apparaît également au niveau des sécrétions nasales, mais il n’y a pas d’IgG3.
  • Les taux d’IgG4 induits dans les sécrétions nasales par l’immunothérapie sont associés de façon significative (p<0.05) à une réduction de la sensibilité nasale au pollen naturel et à l’extrait pollinique modifié lors des tests de provocation.

- Conclusion :

  • Cette étude démontre que la vaccination avec des extraits allergéniques génétiquement modifiés, induit une production d’IgG spécifiques contre l’allergène naturel non seulement au niveau sérique mais également au niveau des sécrétions nasales locales,
  • et qu’ils pourraient protéger de l’inflammation induite par les allergènes.

Dans ce travail, les auteurs ont étudié la production d’IgG spécifiques à l’allergène naturel et modifié du pollen de bouleau Bet v1 après une immunothérapie seulement avec l’extrait allergénique modifié.

La protection est efficace avec une production d’IgG non seulement sérique mais également au niveau des sécrétions nasales.

Ce travail est intéressant et s’inscrit dans la perspective du développement de nouveaux produits de désensibilisation à l’aide d’allergènes modifiés.

L’objectif est de proposer une désensibilisation encore plus efficace mais avec des allergènes inactifs sur le plan de la réaction allergique mais bien entendu actif sur le plan immunologique pour protéger efficacement le patient vacciné.

Les auteurs ont donc étudié la production d’IgG, anticorps dits bloquants, après une immunothérapie ou vaccination à l’aide de 2 extraits modifiés génétiquement du pollen de bouleau.

L’essai est concluant avec un recul de 1 an, la production d’IgG spécifiques étant corrélée à une bonne protection démontrée par la pratique de tests de provocation.

On peut regretter le faible nombre de patients inclus qui ne permet pas une analyse statistique puissante, il faudra donc d’autres études pour apprécier réellement l’efficacité de l’immunothérapie avec ces nouveaux extraits génétiquement modifiés.