Femmes et hommes asthmatiques, même combat ?

mardi 14 février 2006 par Dr Alain Thillay1630 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Femmes et hommes asthmatiques, même combat ?

Femmes et hommes asthmatiques, même combat ?

Femmes et hommes asthmatiques, même combat ?

mardi 14 février 2006, par Dr Alain Thillay

Il s’agit d’une étude américaine comptant une cohorte de plus de 1200 patients hospitalisés pour asthme aigu. Le but était, après analyse du dossier hospitalier, de mettre en évidence les différences de prévalence, de sévérité et de prise en charge thérapeutique de l’asthme en fonction du sexe. Que cela peut-il apporter au clinicien ?

Différences liées au sexe dans la présentation et l’évolution de l’hospitalisation pour asthme. : Michael Schatz, MD, MS ; Sunday Clark, MPH and Carlos A. Camargo, Jr, MD, DrPH

* From the Department of Allergy (Dr. Schatz), Kaiser-Permanente Medical Care Program, San Diego, CA ; and the Department of Emergency Medicine (Ms. Clark and Dr. Camargo), Massachusetts General Hospital, Boston, MA.

dans Chest. 2006 ;129:50-55

- Objectif

  • Mettre en évidence les différences en terme de prévalence, sévérité et traitement de l’asthme afin d’expliquer les différences en fonction du sexe chez des patients hospitalisés en raison d’un asthme.

- Méthodes

  • Il s’agit d’une revue de données médicales réalisée dans trente hôpitaux américains faisant partie du « University Healthsystem Consortium Asthma Clinical Benchmarking Project ».
  • Nous avons sélectionné un échantillon randomisé de patients âgés de 2 à 54 ans admis à l’hôpital pour asthme aigu de 1999 à 2000.
  • Les éléments pris en compte sont la démographie, les antécédents médicaux, la saturation en oxygène initiale, le DEP initial (adultes), l’index pulmonaire initial (enfants), l’évolution lors du séjour dans le service des urgences, la durée de l’hospitalisation et le plan thérapeutique à la sortie de l’hôpital.

- Résultats

  • La cohorte incluait 606 patients pédiatriques (âgés de 2 à 17 ans) et 680 adultes (âgés de 18 à 54 ans).
  • Le sexe ratio variait significativement en fonction de l’âge : 40% de filles entre 2 et 17 ans et 68% de femmes entre 18 et 54 ans (p<0,001).
  • Parmi les enfants, les filles ne différaient pas des garçons pour ce qui concerne les antécédents d’asthme, l’index pulmonaire ou la durée de l’hospitalisation.
  • Parmi les adultes, les femmes avaient une plus grande probabilité de recours aux soins primaires (90% contre 73%, p<0,001) mais ne différaient pas pour ce qui concerne les antécédents d’asthme ou l’usage récent de médicaments.
  • Les femmes avaient une plus grande moyenne initiale de DEP comparativement aux hommes (43% de la valeur prédite contre 36%, p<0,001) et une plus grande moyenne initiale de la saturation en oxygène (95% contre 93%, p=0,002) mais ne différaient pas quant à la durée de l’hospitalisation.
  • Pas de différence liée au sexe concernant le plan thérapeutique de sortie d’hospitalisation chez les enfants et les adultes.

- Conclusions

  • Parmi des patients américains hospitalisés pour asthme aigu, les enfants de sexe masculin étaient plus atteints que les enfants de sexe féminin, alors que les femmes sont moins représentées à l’âge adulte.
  • Les résultats chez l’enfant sont probablement expliqués par les différences de prévalence, du fait qu’il n’existait pas de différence liée au sexe pour les marqueurs de la sévérité de l’asthme ou du traitement.
  • Chez l’adulte, les symptômes augmentaient, pour un niveau donné d’obstruction des voies respiratoires chez la femme, ce qui peut contribuer à la prédominance féminine de l’hospitalisation pour asthme.

Nombre d’études ont déjà mis en évidence les différences de la prévalence de l’asthme en fonction de l’âge et du sexe. Ici, il s’agissait, à partir de dossiers de patients hospitalisés pour asthme aigu, d’évaluer la prévalence et les éléments de sévérité, d’évolutivité et du traitement de l’asthme en fonction du sexe et de l’âge.
Ainsi, cette étude retrouve la prédominance des garçons chez les enfants et des femmes à l’âge adulte.

Chez l’enfant, cette différence de prévalence reste l’élément prépondérant.
Chez l’adulte, pour un niveau donné d’obstruction respiratoire, chez la femme la symptomatologie asthmatique est plus bruyante ce qui explique peut-être l’excès d’hospitalisation des femmes.

De fait, si cette étude n’apporte rien de neuf à l’allergologue praticien dans le domaine de l’enfance, il aura son attention attirée par le fait que l’adulte de sexe masculin aurait une symptomatologie asthmatique moins bruyante que la femme pour un même niveau obstructif. Un élément important pour éviter de passer à côté du diagnostic d’asthme chez certains patients.

Étude intéressante, pour que cliniquement, l’allergologue devienne plus performant.