Prendre du poids ou des hormones : un choix difficile pour les femmes asthmatiques.

samedi 18 février 2006 par Dr Philippe Carré3223 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Prendre du poids ou des hormones : un choix difficile pour les femmes (...)

Prendre du poids ou des hormones : un choix difficile pour les femmes asthmatiques.

Prendre du poids ou des hormones : un choix difficile pour les femmes asthmatiques.

samedi 18 février 2006, par Dr Philippe Carré

Des associations de plus en plus fréquentes sont décrites entre le risque de l’asthme, et le surpoids ou un traitement hormonal substitutif (TSH). Une étude a été menée sur les relations entre l’asthme et l’allergie et le THS dans une population de femmes autour de la ménopause, en prenant en compte l’index de masse corporelle.

Traitement hormonal substitutif, index de masse corporelle et asthme chez les femmes en période de ménopause : étude de surveillance transversale. : F Gómez Real1,2, C Svanes2,3, E H Björnsson4, K Franklin5, D Gislason4, T Gislason4, A Gulsvik2,3, C Janson6, R Jögi7, T Kiserud1,10, D Norbäck6, L Nyström8, K Torén9, T Wentzel-Larsen11 and E Omenaas3,11

1 Department of Gynecology and Obstetrics, Haukeland University Hospital, 5021 Bergen, Norway
2 Institute of Medicine, University of Bergen, Norway
3 Department of Thoracic Medicine, Haukeland University Hospital, 5021 Bergen, Norway
4 Department of Pulmonary Medicine, Landspitali University Hospital, 105 Reykjavik, Iceland
5 Department of Pulmonary Medicine and Allergology, Umeå University, 90185 Umeå, Sweden
6 Department of Medical Sciences, Uppsala University, 75185 Uppsala, Sweden
7 Foundation Tartu University Clinics, Lung Clinic, 51014 Tartu, Estonia
8 Department of Public Health, Clinical Medicine and Epidemiology, Umeå University, 90185 Umeå, Sweden
9 Department of Occupational and Environmental Medicine, Sahlgrenska University Hospital, 41266 Gothenburg, Sweden
10 Institute of Clinical Medicine, University of Bergen, Norway
11 Centre for Clinical Research, Haukeland University Hospital, Bergen, Norway

dans Thorax 2006 ;61:34-40

- Contexte :

  • Le traitement substitutif hormonal (TSH) et l’obésité semblent augmenter le risque d’asthme.
  • Cette étude cherche à explorer l’association entre le TSH , l’asthme et le rhume des foins dans une population de femmes autour de la ménopause, en cherchant particulièrement une possible interaction avec l’index de masse corporelle (IMC).

- Méthodes :

  • Un questionnaire postal a été envoyé à des échantillons d’une population au Danemark, en Estonie, en Islande, en Norvège et en Suède dans les années 1999-2001 et 8588 femmes âgées de 25 à 54 ans ont répondu (77%).
  • Les femmes enceintes, les femmes sous contraceptif oral et les femmes de moins de 46 ans ont été exclues.
  • L’étude a inclus 2206 femmes âgées de 46 à 54 ans, parmi lesquelles 884 étaient en période de ménopause et 540 sous THS.
  • Les résultats ont été stratifiés en fonction des percentiles d’IMC.

- Résultats :

  • Le TSH était associé avec un risque accru d’asthme (OR 1.57, IC 95% : 1.07 à 2.3) et de rhume des foins (OR 1.48, IC : 1.15 à 1.9).
  • Les associations avec l’asthme et les sifflements étaient significativement plus fortes chez les femmes avec un IMC au troisième tercile ((OR d’asthme 2.41, IC : 1.21 à 4.77), (OR des sifflements 2.04, IC : 1.23 à 3.36)) que chez les femmes plus lourdes (asthme : p= 0.03 ; sifflements : p= 0.042).
  • Un IMC plus élevé était associé avec plus d’asthme (OR 1.08 par kg/m2, IC : 1.05 à 1.12).
  • Cet effet était retrouvé uniquement chez les femmes ne prenant pas de TSH (OR 1.1 par kg/m2, IC : 1.05 à 1.14) ; il n’y avait pas cette association chez les femmes prenant un TSH (OR 1 par kg/m2, IC : 0.92 à1.08), p= 0.046.
  • La ménopause n’était pas associée de façon significative avec l’asthme, les sifflements ou le rhume des foins.

- Conclusions :

  • Chez les femmes autour de la ménopause, il y a une interaction entre le TSH et l’IMC pour ce qui est des effets sur l’asthme.
  • Les femmes maigres qui étaient sous TSH avaient un risque élevé d’asthme comme les femmes en surpoids ne prenant pas de TSH.
  • Ceci suggère que le TSH et le surpoids augmentent le risque d’asthme par des mécanismes partiellement communs.

Cette étude par enquête postale a intéressé 2206 femmes d’Europe du Nord, entre 46 et 54 ans dont 884 étaient en période de ménopause, et 540 sous TSH.

Un TSH en cours d’une part, et un IMC élevé d’autre part, étaient globalement associés à un risque accru d’asthme ; mais le risque était moins élevé chez les femmes les moins obèses.

Par ailleurs l’association entre l’asthme et un IMC élevé était présente seulement chez les femmes ne prenant pas de TSH.

Il n’y avait pas d’association entre la ménopause et un risque accru d’asthme, de sifflements ou de rhume des foins.

Les auteurs en concluent que les femmes moins obèses sous TSH ont un risque d’asthme identique à des femmes plus obèses ne prenant pas de TSH. Ce qui laisse penser que des mécanismes communs sont associés entre le risque accru d’asthme, et le surpoids ou un TSH en cours.