Bifido et autres : marketing ou réel bienfait sur la santé ??

mardi 21 mars 2006 par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU1711 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Bifido et autres : marketing ou réel bienfait sur la santé ??

Bifido et autres : marketing ou réel bienfait sur la santé ??

Bifido et autres : marketing ou réel bienfait sur la santé ??

mardi 21 mars 2006, par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU

La colonisation du tube digestif des nouveau-nés est relativement stéréotypée et indépendante du type d’alimentation pendant les premières 48 heures. À la fin du premier mois, il existe des différences très nettes dans la composition de cette flore intestinale selon le type d’alimentation reçue par le nouveau-né ; dès que l’alimentation est diversifiée cette différence s’estompe. Peut-on reproduire chez les enfants nourris artificiellement, la bactériologie intestinale des enfants nourris au sein ? Et à l’âge adulte, cela présente-t-il un intérêt ?

Probiotiques et symbiotiques : deux approches prometteuses pour le traitement de la dermatite atopique chez les enfants âgés de deux ans environ. : T. Passeron1, J.-P. Lacour1, E. Fontas2, J.-P. Ortonne1

1Department of Dermatology and 2Department of Public Health, CHU de Nice, Nice, France

dans Allergy 61 (4), 431-437

- Introduction

  • L’usage approprié des prébiotiques et des combinaisons optimales de probiotiques et de prébiotiques (symbiotiques) devrait permettre d’avoir significativement de meilleurs résultats dans le traitement de la dermatite atopique(AD).

- Objectif

  • Pour évaluer l’efficacité des symbiotiques comparés aux prébiotiques utilisés seuls (groupe témoin) dans le traitement de la AD modérée à sévère chez des enfants de 2 ans et plus.

- Méthodes

  • Une étude randomisée en double aveugle a été initiée sur des enfants ayant au moins deux ans et présentant une AD avec un score de dermatite atopique (SCORAD) de 15.
  • Une dose de 1,2 X 109 unités de Lactobacillus rhamnosus Lcr 35 plus une préparation prébiotique ou une préparation identique de prébiotiques seule était donnée 3 fois par jour pendant 3 mois.
  • Le régime alimentaire et le traitement habituel de la AD des patients sont restés inchangés pendant la période de l’étude.
  • L’efficacité était évaluée par le score SCORAD .
  • L’utilisation de topiques était notée.

- Résultats

  • Un total de 48 patients était inscrit ; 9 n’ont pas fini l’étude.
  • Dans le groupe des symbiotiques, les valeurs moyennes du SCORAD total étaient de 39.1 avant le traitement vs 20.7 après 3 mois de traitement (p<0.0001).
  • Dans le groupe des prébiotiques, la moyenne du SCORAD total était de 39.3 avant traitement vs 24.0 après les 3 mois (p<0.0001).
  • Après 3 mois de traitement, au regard du total des scores de SCORAD, aucune différence statistiquement significative n’était notée entre les deux groupes de traitement (p=0.535).
  • Il n’y avait pas non plus de différence statistiquement significative dans l’utilisation des traitements locaux entre le groupe recevant les prébiotiques et celui recevant les symbiotiques (p=0.966) pendant la période d’étude.
  • La tolérance était excellente dans les 2 groupes.

- Conclusion

  • Symbiotiques et prébiotiques utilisés séparément semblent tous les deux capables d’améliorer de façon significative les manifestations de AD chez des enfants âgés de deux ans et plus.

La flore des enfants allaités est essentiellement constituée de bifido-bactéries ; cette bactérie anaérobie semble capable d’avoir un rôle immuno-régulateur.

Il semble donc intéressant de moduler la composition de la flore microbienne intestinale, et pour se faire nous disposons à l’heure actuelle :

  • des prébiotiques (dont la présence dans la lumière intestinale stimule la croissance sélective d’une flore considérée comme bénéfique en terme de santé),
  • des probiotiques (micro-organismes qui restent vivants lors du transit intestinal),
  • des symbiotiques (solution alliant à la fois pré et probiotiques ; l’addition de prébiotiques dans une solution comportant un probiotique, permettrait d’en favoriser l’action en en favorisant le développement).

Les auteurs concluent à l’effet positif sur les manifestations de dermatite atopique des symbiotiques et prébiotiques chez les enfants de 2 ans et plus.

On peut regretter le manque d’études à l’heure actuelle et espérer que des études scientifiques basées sur une méthodologie indiscutable soient faites, nous permettant d’avoir la certitude d’effets positifs et de faire modifier alors la réglementation actuelle.

Nous pourrions ajouter des prébiotiques dans le lait infantile (après démonstration notamment de l’absence d’effet délétère en terme de fermentation abusive).