Anhydrides d’acide chez l’ouvrier suédois : attention danger !

jeudi 1er juin 2006 par Dr Geneviève DEMONET2730 visites

Accueil du site > Pratique > Travail > Anhydrides d’acide chez l’ouvrier suédois : attention danger !

Anhydrides d’acide chez l’ouvrier suédois : attention danger !

Anhydrides d’acide chez l’ouvrier suédois : attention danger !

jeudi 1er juin 2006, par Dr Geneviève DEMONET

Une étude prospective a été menée en Suède pendant 8 ans chez des ouvriers exposés aux anhydrides d’acide (durcisseurs des résines époxy) pour surveiller l’apparition de symptômes oculaires et respiratoires.

Symptômes oculaires et respiratoires liés à l’exposition aux anhydrides d’acide organiques - une étude prospective : J. Nielsen, H. Welinder, I. Bensryd, L. Rylander, S. Skerfving

Department of Occupational and Environmental Medicine, University Hospital Lund, Lund, Sweden

dans Allergy 61 (6), 743-749.

- Contexte :

  • Les anhydrides d’acide organiques (AAO) sont utilisés comme durcisseurs dans l’industrie des résines époxy.
  • Ce sont des sensibilisants puissants provoquant fréquemment rhinite et asthme chez les ouvriers exposés.
  • L’incidence des symptômes est inconnue.
  • Nous présentons ici la première étude prospective sur les associations entre exposition aux AOO, symptômes et effets des facteurs confondants.

- Méthodes :

  • Tous les nouveaux employés de 3 usines manipulant les AAO ont été suivis pendant 8 ans et demi.
  • Avant l’embauche, un questionnaire a été rempli sur les symptômes oculaires et respiratoires, le tabagisme et l’atopie.
  • Les sujets ont régulièrement été examinés médicalement au sujet de leur travail et des symptômes liés au travail.
  • Des anticorps sériques spécifiques des AAO ont été recherchés.

- Résultats :

  • La moyenne d’exposition a varié entre 6 et 39 μg/m3.
  • L’incidence des symptômes liés au travail était de 91, 64, 46 et 31 pour 1000 années d’exposition en ce qui concerne les yeux, le nez, le pharynx et les voies aériennes inférieures respectivement.
  • Les symptômes étaient fréquents même à un taux d’exposition moyen < 10 μg/m3.
  • Le tabagisme et l’atopie augmentaient le risque de symptômes.
  • Les ouvriers ayant des IgE avaient un risque significativement augmenté de symptômes oculaires, pharyngés et de rhinorhée/éternuements.

- Conclusions :

  • L’exposition aux anhydrides d’acide organiques est associée avec de fréquents symptômes oculaires et respiratoires même à des taux d’exposition moyens < 10 μg/m3.
  • La détermination d’un seuil limite d’exposition professionnelle est nécessaire.
  • Une valeur limite inférieure à 5 μg/m3 est proposée.

Une étude prospective a été menée en Suède sur les ouvriers embauchés sur 3 sites utilisant des anhydrides d’acide. Un suivi a été mené avant l’embauche et pendant 8 ans et demi après.

Les ouvriers exposés avaient un risque significativement augmenté de symptômes oculaires, pharyngés et de rhinite et ce, même avec un taux d’exposition moyen < 10 μg/m3. Le risque de symptômes était plus élevé en cas de tabagisme, d’atopie et de développement d’IgE spécifiques.

Les anhydrides d’acide organiques sont utilisés dans plusieurs domaines (dentisterie, industrie pharmaceutique, des adhésifs, des colorants, des composants électroniques, des matières plastiques et des résines époxy).

Ces composés sont multiples et il semblerait que l’incidence de la sensibilisation varie en fonction du produit.

En dehors des mécanismes immunologiques, ils sont également responsables de phénomènes irritatifs et toxiques. Rhinite et conjonctivite précèdent l’asthme qui survient après une exposition d’au moins 10 ans.

Il est intéressant de noter que les symptômes sont survenus, dans ce travail, pour des taux d’expositions relativement faibles. Les auteurs proposent donc d’adopter un seuil d’exposition inférieur à 5 μg/m3. Il n’y a pas de détails, dans le résumé, sur les mesures de protection utilisées chez les ouvriers.