ITS par allergoïde en Turquie : le voile est levé !

lundi 2 octobre 2006 par Dr Alain Thillay783 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > ITS par allergoïde en Turquie : le voile est levé !

ITS par allergoïde en Turquie : le voile est levé !

ITS par allergoïde en Turquie : le voile est levé !

lundi 2 octobre 2006, par Dr Alain Thillay

La désensibilisation par allergoïde reçoit régulièrement des « bons points », efficacité et sécurité. Les auteurs turcs de cette étude ont cherché à vérifier le bien fondé de cette voie nouvelle de l’immunothérapie spécifique chez l’enfant. Dommage que l’étude n’ait pas été faite en double aveugle contre placebo. Mais les résultats sont intéressants.

Effet de l’immunothérapie par un allergoïde de pollen de graminées sur les paramètres cliniques et immunologiques chez des enfants atteints de rhinite allergique. : Özlem Keskin, Ayfer Tuncer, Gonul Adalioglu, Bulent E. Sekerel, Cansýn Saçkesen and Omer Kalaycý

Pediatric Allergy and Asthma Unit, Hacettepe University School of Medicine, Hacettepe, Ankara, Turkey

dans Pediatric Allergy and Immunology 17 (6), 396-407

- Contexte :

  • L’immunothérapie par allergoïde est une nouvelle forme d’immunothérapie spécifique permettant l’administration des doses élevées d’allergène en toute sécurité.
  • Peu d’informations existent sur les effets de l’immunothérapie par allergoïde chez l’enfant atteint de rhinite allergique.

- Objectif :

  • Etudier les effets immunologiques et cliniques de l’immunothérapie par allergoïde chez des enfants atteints de rhinite allergique aux pollens de graminées.

- Méthodes :

  • Des enfants rhinitiques allergiques ont été affectés soit au groupe immunothérapie allergoïde (n = 27) soit au groupe contrôle (n = 26, aucune immunothérapie).
  • Les enfants du groupe immunothérapie ont reçu sept injections d’allergoïde de pollen de graminées avant la saison pollinique et ont continué à recevoir l’immunothérapie d’entretien pendant 27 mois.
  • Tous les patients disposaient d’un plan thérapeutique symptomatique à employer à la demande pendant les saisons polliniques.
  • Dans chaque groupe, les paramètres cliniques et biologiques ont été comparés.

- Résultats :

  • Le score symptôme-médicament de la rhino-conjonctivite et le score symptomatique de l’asthme étaient inférieurs dans le groupe immunothérapie après 1 an d’entretien (p < 0.01 pour tous les deux).
  • La réactivité des tests cutanés et la réactivité nasale déterminée par la provocation nasale aux pollens de graminées ont été sensiblement diminuées après 1 an d’immunothérapie (p < 0.001 pour tous les deux).
  • L’augmentation saisonnière de la réactivité bronchique et celle de l’ECP (protéine cationique éosinophilique) au niveau du lavage nasal ont été prévenues après la première année d’immunothérapie (p < 0.05 pour tous les deux).
  • L’augmentation saisonnière des IgE a diminué (p < 0.05) et les IgG, IgG1 et IgG4 spécifiques des graminées ont augmenté significativement dès la fin de la phase d’attaque des sept injections (p < 0.001, pour tous).
  • Les taux d’Interleukine (IL) - 4 mesurés dans le surnageant de culture a montré un déclin régulier de l’état basal à la deuxième année de l’immunothérapie (p < 0.001) mais sont restés inchangés dans le groupe de contrôle.

- Conclusions :

  • L’immunothérapie spécifique par allergoïde est une méthode efficace dans le traitement de la rhinite allergique aux pollens de graminées chez l’enfant et s’oppose à l’augmentation saisonnière de l’hyperréactivité bronchique.
  • Les modifications des niveaux d’IgE et d’IgG spécifiques et la diminution de la production d’IL4 dans le surnageant de culture de cellules mononuclées du sang périphérique peuvent expliquer les effets cliniques observés.

Les allergoïdes sont des allergènes qui ont subi des modifications par un processus chimique et associés à une molécule adjuvante. Ce traitement permet d’obtenir une meilleure efficacité immunogène tout en réduisant l’allergénicité.

Des études antérieures ont déjà montré leur intérêt, particulièrement pour les pollens.

L’objectif de cette étude était de vérifier l’efficacité et la sécurité d’un allergoïde de pollens de graminées chez l’enfant.

Il est dommage que les auteurs, dans le résumé, ne précisent pas de quel type d’allergoïde il s’agit. Un ou plusieurs pollens de graminées, il faudra lire le texte complet pour le savoir.

Il s’agit d’une étude prospective sur un nombre total de 53 enfants, un groupe thérapeutique, un groupe contrôle sans immunothérapie spécifique donc pas de groupe placebo, pas de situation aveugle. Et c’est bien dommage.

Les résultats sont édifiants. Le score symptomatique et consommation médicamenteuse pour la rhino-conjonctivite sont significativement meilleurs dans le groupe allergoïde. Il en est de même pour le score symptomatique de l’asthme.

La réactivité des tests cutanés ainsi que la réactivité TPN diminuent dans le groupe immunothérapie spécifique. Et ainsi de suite pour tous les critères comme l’hyperréactivité bronchique et l’ECP durant la saison pollinique, la diminution des IgE spécifiques et l’IL-4.

Si certes, cette étude nécessite une confirmation sur un plus grand groupe en double aveugle contre placebo, elle va dans le sens de l’intérêt de cette forme d’ITS. Il restera in fine, à la comparer à nos extraits classiques sur phosphate de calcium et d’hydroxyde d’alumine.

Alors Allerbio-ALK , alors STALLERGENES, à quand des extraits thérapeutiques allergoïdes ?