Les enfants asthmatiques qui toussent ont un tempérament neutrophile.

lundi 9 octobre 2006 par Dr Philippe Carré1338 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Les enfants asthmatiques qui toussent ont un tempérament neutrophile.

Les enfants asthmatiques qui toussent ont un tempérament neutrophile.

Les enfants asthmatiques qui toussent ont un tempérament neutrophile.

lundi 9 octobre 2006, par Dr Philippe Carré

La toux est un symptôme très fréquent en pathologie respiratoire. En particulier dans l’asthme infantile. Sa mesure est cependant difficile. Les auteurs ont cherché à mesurer sa fréquence à l’aide d’un système portable enregistreur validé, et à la corréler au degré et au type d’inflammation des voies aériennes.

La fréquence de la toux, chez les enfants ayant un asthme léger, est corrélée au compte des neutrophiles dans l’expectoration. : A M Li, T W T Tsang, D F Y Chan, H S Lam, H K So, R Y T Sung and T F Fok

Department of Paediatrics, Prince of Wales Hospital, The Chinese University of Hong Kong, Shatin, Hong Kong

dans Thorax 2006 ;61:747-750

- Objectifs

  • Mesurer la fréquence de la toux chez des enfants ayant un asthme stable, en utilisant un système de surveillance validé
  • Etudier la corrélation entre la fréquence de la toux et le degré et le type de l’inflammation des voies aériennes.

- Méthodes

  • 36 enfants d’un âge moyen de 11.5 ans (9-14 ans) avec un asthme stable ont été recrutés
  • Ont été réalisés chez eux des tests spiromètriques, une mesure du NO exhalé, une mesure du compte cellulaire sur une expectoration induite, et un monitorage ambulatoire de la toux sur 24 heures.
  • Les épisodes de toux ont été comptés à la fois de façon individuelle et globale.

- Résultats

  • Tous les enfants avaient un asthme intermittent
  • Leur volume expiratoire forcé médian en une seconde et le NO expiré étaient respectivement de 83.3% (81.1-97.6) et 56.1 ppb (37.4-105)
  • Le nombre médian d’épisodes de toux par jour était de 25.5 (16-42.8)
  • L’expectoration induite a été efficace dans 69% des cas
  • La fréquence de la toux était corrélée positivement de façon significative avec le compte des neutrophiles dans l’expectoration (r=0.833, p=0.0001).

- Conclusion

  • Les enfants ayant un asthme léger stable ont une fréquence augmentée de la toux, qui pourrait être en relation avec un processus inflammatoire à neutrophiles.

Le but de cette étude était de mesurer la fréquence des épisodes de toux dans un groupe d’enfants ayant un asthme léger stable et de le corréler au type d’inflammation bronchique.

Ont été utilisés à cet effet d’une part, un système portable de mesure des épisodes de toux (déjà validé par ailleurs) et d’autre part, un compte des cellules éosinophiles et neutrophiles sur une expectoration induite.

Le nombre d’épisodes de toux par jour était d’environ 25.

Ces épisodes étaient corrélés de façon significative avec le compte des neutrophiles de l’expectoration chez les enfants où cette mesure a été faite (69% d’entre eux).

Cette étude montre donc que, même chez des enfants dont l’asthme est stabilisé, il persiste un nombre important d’épisodes de toux, par rapport à ce qu’on trouve chez des enfants non asthmatiques dans d’autres études antérieures.

Par ailleurs, alors que l’asthme est caractérisé habituellement par une inflammation à éosinophiles, ce sont ici des neutrophiles qui sont mis en évidence dans les expectorations, ce que l’on retrouve en règle dans les phases aigues d’aggravation de l’asthme, ce qui n’était pas le cas ici. Peut-être existe-t-il un phénotype particulier d’asthme, caractérisé par une toux fréquente en rapport avec une inflammation persistante à neutrophiles, dont la signification n’est pas aujourd’hui claire ?

Cependant, cette étude n’était que transversale, à un moment donné, et ne reflète pas forcément l’évolutivité au long cours de la maladie. Par ailleurs, on n’a pas de données sur l’état clinique précis des enfants ni sur leurs prises médicamenteuses. Enfin, l’échantillon de population était faible (36 enfants) et il n’y avait pas de groupe témoin. Ces données restent donc à confirmer dans des études ultérieures plus ciblées.