Lorsque la relation mère-enfant se fait par IgE spécifiques interposées...

mercredi 15 novembre 2006 par Dr Geneviève DEMONET1082 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Lorsque la relation mère-enfant se fait par IgE spécifiques interposées...

Lorsque la relation mère-enfant se fait par IgE spécifiques interposées...

Lorsque la relation mère-enfant se fait par IgE spécifiques interposées...

mercredi 15 novembre 2006, par Dr Geneviève DEMONET

Les IgE totales du sang du cordon ont beaucoup été étudiées dans le passé mais beaucoup moins les IgE spécifiques. Une équipe italienne a recherché une relation entre la présence d’IgE spécifiques du lait de vache chez la mère et dans le sang du cordon...

Relation entre les IgE spécifiques maternelles et fœtales : Enrico Bertino1, Carolina Bisson2, Claudio Martano1, Alessandra Coscia1, Claudio Fabris1, Giovanna Monti1, Tiziana Testa2 and Amedeo Conti3

1Neonatal Unit - Department of Pediatric Sciences, University of Turin, Piazza Polonia 94, Turin, Italy, 2Institute of Science of Food Production - CNR, Turin, Italy, 3Food Allergy Service - Department of Pediatric Sciences, University of Turin, Italy

dans Pediatric Allergy and Immunology 17 (7), 484-488.

- But :

  • Une corrélation positive entre les taux d’IgE de la mère et du sang du cordon est bien documentée pour les IgE totales mais pas pour les IgE spécifiques.
  • La faible concentration est responsable de la difficulté de détection des IgE spécifiques du sang du cordon par des méthodes de faible sensibilité.
  • L’étude avait pour but de corréler les IgE spécifiques maternelles et fœtales, vis-à-vis des protéines du lait de vache, détectées par des techniques hautement sensibles et spécifiques.

- Méthodes :

  • La détection des IgE spécifiques du lait de vache a été réalisée par chémoluminescence sur 52 échantillons de sang maternel et cordal après séparation des protéines de lait par électrophorèse 1D et 2D sur gel.
  • Les antigènes des protéines de lait (PLV) ont été identifiés par des techniques de spectrométrie de masse.

- Résultats :

  • Des IgE spécifiques pour les PLV ont été trouvées dans 25/52 (48,1%) des sérums maternels et dans 19/52 (37%) des sérums du cordon.
  • Les protéines trouvées étaient, par ordre décroissant, sérum albumine bovine, chaîne lourde d’IgG, caséines et dans un seul cas b-lactoglobuline.
  • Dans tous les cas, un résultat positif dans le sang du cordon correspondait à un résultat maternel positif ; les schémas d’immunoréactivité maternels et fœtaux étaient étroitement liés.
  • De plus, il n’y a eu aucun cas de réponse cordale positive avec une réponse maternelle négative.

- Conclusion :

  • L’étude montre une relation étroite entre les types d’IgE spécifiques maternelles et cordales.
  • Le phénomène observé pourrait fournir un modèle pour élucider la production générale d’IgE fœtale, qui pourrait être produite seulement en présence à la fois de l’IgE maternelle et de l’allergène correspondant.

Un dosage d’IgE spécifiques des protéines du lait de vache a été effectué sur 52 échantillons de sang maternel et cordal.

Ces IgE ont été trouvées dans 48,1% des sérums maternels et dans 37% des sérums du cordon.

Tous les résultats positifs dans le sang du cordon étaient associés à une positivité maternelle.

La production d’IgE fœtale pourrait se faire seulement en présence à la fois de l’IgE maternelle et de l’allergène correspondant.

Quelles sont les conséquences pratiques ? Ces enfants ont-ils un avenir particulier d’un point de vue allergique ?

L’histoire (ou au moins le résumé) ne le dit pas...