Nouveau traitement de la dermatite atopique : les vacances aux Iles Canaries !

vendredi 8 décembre 2006 par Dr Alain Thillay3007 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Nouveau traitement de la dermatite atopique : les vacances aux Iles (...)

Nouveau traitement de la dermatite atopique : les vacances aux Iles Canaries !

Nouveau traitement de la dermatite atopique : les vacances aux Iles Canaries !

vendredi 8 décembre 2006, par Dr Alain Thillay

Nombre d’études ont pu faire la démonstration de l’effet bénéfique de la photothérapie sur la dermatite atopique. Ici, les auteurs ont comparé la gravité de la dermatite atopique, la qualité de vie, la colonisation par le staphylocoque doré et la consommation des stéroïdes cutanés chez des petits norvégiens qui allaient passer 4 semaines dans les Iles Canaries ou qui restaient chez eux en Norvège.

Effet du changement climatique chez des enfants atteints de dermatite atopique. : G. Byremo*, G. Rød, K. H. Carlsen

Voksentoppen, Department of Paediatrics, Rikshospitalet-Radiumhospitalet, University of Oslo, Oslo, Norway

dans Allergy 61 (12), 1403-1410.

- Objectif :

  • Évaluer l’effet du déplacement d’une zone climatique subarctique tempérée à une zone climatique subtropicale ensoleillée sur l’eczéma atopique de l’enfant.

- Méthodes :

  • Des enfants, âgés de 4 à 13 ans, atteints d’eczéma atopique grave, ont été randomisés en deux groupes, soit pour séjourner 4 semaines dans en Grande Canarie (Iles Canaries) (patients= 30) ou soit pour rester chez eux en Norvège (contrôles = 26), avec un suivi de 3 mois.
  • Tous les enfants ont été évalués d’abord par la variabilité du SCORAD (SCORing of Atopic Dermatitis), secondairement, par le CDLQI (Children’s Dermatology Life Quality Index), la colonisation par staphylococcus aureus et l’utilisation des traitements cutanés.

- Résultats :

  • Le SCORAD a diminué de 37,2 (29,4-44,9) à 12,2 (9,0-15,4) (IC=95%) après 4 semaines et après 3 mois à 21,2 (17,2-25,1) chez les patients ayant séjourné aux Iles Canaries (p< 0.0005), mais pas chez les enfants du groupe contrôle.
  • L’index de qualité de la vie dermatologique pédiatrique dans le groupe Iles Canaries a été amélioré de 8,7 à 2,2 et à 4,5 après 4 semaines et après 3 mois (p < 0.0005), pas chez les enfants du groupe de contrôle.
  • La colonisation bactérienne de la peau à staphylococcus aureus a diminué dans le groupe des enfants du groupe Iles Canaries de 23/30 (77%) à 12/30 (40% ; p = 0.001) et 12/30 (40% ; p= 0.005) après 1 mois et 3 mois, l’utilisation des stéroïdes locaux a diminué dans le groupe Iles Canaries mais pas dans le groupe de contrôle.

- Conclusions :

  • Le changement d’un climat subarctique tempéré à un climat subtropical pendant 4 semaines a amélioré sensiblement les symptômes cutanés (SCORAD) et la qualité de la vie, même durant les 3 mois qui suivent le retour.

Nous le savons, la photothérapie est utilisée en traitement d’appoint de la dermatite atopique. Ainsi, la PUVAthérapie (UVA+psoralène), UVAB thérapie et l’UVB thérapie à spectre étroit ont montré un effet positif.

Ici les auteurs ont envoyé des enfants norvégiens atteints de DA passer 4 semaines dans l’Ile Grande Canarie, climat subtropical ensoleillé. Ils ont comparé l’évolution de l’atteinte cutanée à des petits norvégiens qui eux, sont restés en Norvège, climat subarctique tempéré.

L’évaluation au retour et pendant les 3 mois suivants s’est faite à l’aide du SCORAD, d’un index de qualité de vie dermatologique pédiatrique, du taux de colonisation par le staphylocoque doré et la consommation de dermocorticoïdes.

Globalement, tous ces indices d’évaluation sont significativement meilleurs chez les enfants qui ont séjourné aux Canaries au retour mais, 3 mois encore après comparativement aux enfants étant restés en Norvège.

Les auteurs de conclure que le climat subtropical ensoleillé des Iles Canaries est efficace sur la DA par rapport au climat subarctique tempéré de la Norvège.

Bien sûr, il y a sans nul doute plus de soleil aux Canaries qu’en Norvège, d’autant que l’on doit plus volontiers s’y déshabiller pour mieux s’exposer.

Le facteur UV thérapie est-il le seul ? L’ambiance vacances, le beau temps doivent agir sur le facteur stress.

La « bronzette » raisonnable est donc un facteur bénéfique sur la DA, c’est plus sympa que la cabine d’UV thérapie.