Alerte : la pilule contraceptive pourrait boucher le nez des enfants !!

vendredi 15 décembre 2006 par Dr Stéphane Guez2677 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Alerte : la pilule contraceptive pourrait boucher le nez des enfants (...)

Alerte : la pilule contraceptive pourrait boucher le nez des enfants !!

Alerte : la pilule contraceptive pourrait boucher le nez des enfants !!

vendredi 15 décembre 2006, par Dr Stéphane Guez

L’augmentation de la prévalence des maladies allergiques dans les pays développés reste mystérieuse même si de nombreuses hypothèses sont avancées. L’une d’elles concerne un lien possible entre contraception orale chez la femme et risque allergique chez les futurs enfants. Qu’en est-il réellement ?

Est-ce que la pilule fait une différence ? Prise antérieure de la pilule contraceptive et maladie allergique ultérieure chez les enfants. : L. Keski-Nisula1,2, J. Pekkanen3, B. Xu1, T. Putus1, P. Koskela4

1Environmental Epidemiology Unit, National Public Health Institute, Kuopio, Finland ; 2Departments of Obstetrics and Gynaecology, Kuopio University Hospital, Kuopio, Finland ; 3Department of Public Health and Clinical Nutrition, University of Kuopio, Kuopio, Finland ; 4Laboratory of Prenatal Serology, National Public Health Institute, Oulu, Finland

dans Allergy 61 (12), 1467-1472.

- Introduction :

  • L’utilisation d’une pilule contraceptive orale (OCP) pourrait augmenter la prévalence des affections allergiques de la progéniture.

- Objectif de l’étude :

  • Le but de ce travail a été de vérifier s’il existe des différences entre les OCP dans cette association

- Méthodologie :

  • Les objectifs principaux étaient l’asthme, la rhinite allergique et un eczéma atopique parmi 1182 enfants (618 asthmatiques et 564 témoins) âgés de 5 à 6 ans.

- Résultats :

  • L’utilisation antérieure de desogestrel, gestodene, ou acetate de cyproterone avant la grossesse, chacune étant combinée à de l’ethinyloestradiol (EO) augmente le risque de rhinite allergique parmi la progéniture par rapport aux enfants dont les mères n’ont pas utilisées les OCP (OR 1.67, 95%IC 1.07-2.59, p<0.024)
  • Et ce risque est augmenté :
    • largement chez les enfants ayant des parents allergiques (OR 1.78, 95% IC 1.11-2.86, p<0.018),
    • spécialement chez les garçons (OR 2.12, 95%IC 1.17-3.84, p<0.014).
  • Aucune association n’a été observée entre l’utilisation maternelle d’OCP avant la grossesse et asthme ou eczéma atopique dans la progéniture.
  • L’association entre l’utilisation antérieure d’OCP et la rhinite allergique n’est pas médiée par le taux des hormones sexuelles stéroïdiennes de la mère durant le début de la grossesse, mais les femmes qui ont utilisé plus de formule progestative de type androgène ont des taux sériques plus élevés de progestérone durant le début de la grossesse.

- Conclusion :

  • L’utilisation antérieure par la mère de desogestrel, gestodene ou acetate de cyproterone avant la grossesse, chacune en combinaison avec EO, augmente le risque de rhinite allergique dans la progéniture par rapport aux enfants dont les mères n’ont pas utilisées d’OCP et le risque est détecté surtout chez les garçons et chez les enfants ayants des parents allergiques.

Dans ce travail, les auteurs démontrent qu’il existe un lien entre contraception orale chez la femme et risque ultérieur d’avoir des enfants présentant une rhinite allergique, surtout s’il y a association progestatif et oestrogènes, si les enfants sont des garçons et s’il existe des antécédents d’atopie chez les parents.

Depuis plusieurs années des publications font état de travaux concernant l’hypothèse d’une relation entre utilisation de la pilule contraceptive chez les femmes et augmentation de la prévalence des maladies allergiques chez les futurs enfants. Jusqu’à présent les conclusions de ces travaux ne permettaient pas d’étayer cette hypothèse.

Dans ce travail, les auteurs ont étudié le devenir allergique d’enfants dont les mères ont pris des contraceptifs oraux associant progestatif et oestrogène avant leurs grossesses. Les résultats sont en faveur d’une association significative entre pilule et rhinite allergique surtout s’il existe des co-facteurs que sont le sexe masculin de l’enfant et la présence d’antécédents d’allergie chez les parents.

Le nombre de patients inclus est certainement un peu juste pour réellement apporter une conclusion définitive. Il faudrait savoir également depuis combien de temps la pilule a été arrêtée avant la conception ce qui rendrait compatible ou non la présence d’un taux résiduel hormonal chez le nouveau-né.

D’un autre coté, effectivement la contraception orale est un agent médicamenteux spécifique des pays développés : mais cela représente par la même un risque de biais dans la sélection de la population et il n’est pas exclu que d’autres facteurs confondants n’ait pas été identifiés dans ce travail.

Cependant, l’hypothèse mérite d’autres discussions.