Une raison de plus d’être allergique !!

mercredi 20 décembre 2006 par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU1049 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Une raison de plus d’être allergique !!

Une raison de plus d’être  allergique !!

Une raison de plus d’être allergique !!

mercredi 20 décembre 2006, par Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU

Les maladies allergiques et leur expression, nous le savons bien, dépendent de nombreux facteurs intriqués allant de la prédisposition génétique ou familiale aux facteurs environnementaux (allaitement maternel, collectivité précoce, animaux domestiques, habitat,....). Des facteurs tel que le divorce des parents (ou leur séparation), le chômage ou une maladie grave d’un membre de la famille ont-ils un impact sur ces maladies allergiques ?

Eczéma atopique de l’enfant : une autre conséquence négative du divorce. : A. Bockelbrink1, J. Heinrich2, I. Schäfer3, A. Zutavern2,4, M. Borte5,6, O. Herbarth7,8, B. Schaaf9, A. von Berg9, T. Schäfer10 for the LISA Study Group*

1Department of Medical Statistics and Epidemiology, Technical University Munich, Munich ; 2GSF-National Research Centre for Environment and Health, Institute of Epidemiology, Neuherberg ; 3Department of Dermatology, Hamburg University, Hamburg ; 4Institute of Medical Data Management, Biometrics and Epidemiology, Ludwig-Maximilians-University of Munich, Munich ; 5Department of Pediatrics, University of Leipzig, Leipzig ; 6Children’s Hospital, Municipal Hospital ’’St. Georg’’ Leipzig, Leipzig ; 7UFZ-Centre for Environmental Research, Department of Human Exposure Research and Epidemiology, Leipzig ; 8Faculty of Medicine, Environmental Hygiene and Environmental Medicine, University of Leipzig, Leipzig ; 9Department of Pediatrics, Marien-Hospital Wesel, Wesel ; 10Department of Social Medicine, Medical University Lübeck, Lübeck, Germany

dans Allergy 61 (12), 1397-1402.

- Introduction

  • Différents facteurs de la vie semblent être associés à des risques de maladies atopiques et quelques études suggèrent que le stress augmente le risque de sensibilisation allergique, l’asthme et l’eczéma atopique.
  • Seulement quelques études ont étudié l’association entre les événements précoces stressants de la vie et l’eczéma atopique (AE) chez les enfants.

- Sujets et méthodes

  • On a demandé aux parents des participants à l’étude de la cohorte de naissance en cours LISA de donner des informations sur les événements de leur vie, comme des maladies graves ou des décès des membres de la famille ou encore le chômage ou le divorce des parents.
  • La prévalence de l’AE pendant et l’incidence, après la période d’évaluation, des événements de la vie, étaient comparés.

- Résultats

  • La prévalence de l’AE jusqu’à l’âge de 4 ans était de 21,4%. Pendant les 2 premières années, les événements rapportés étaient : maladie grave (17,5%) ou mort (8,4%) d’un membre de la famille, divorce ou séparation (3,4%), et le chômage (2,7%).
  • Au cours des 2 années suivantes, divorce et séparation étaient associés à une augmentation significative de l’AE (odds ratio (OR) 3,59 ,95%CI.1.69-7.66)et la maladie à une diminution (OR0.29,95%CI 0.13-0.68)de l’incidence de l’AE .On ne notait aucun effet du chômage.

- Conclusions

  • Le divorce, la séparation des parents et les maladies graves des membres de la famille influencent le risque de développer l’AE.

Les auteurs concluent leur étude en mettant en évidence le rôle aggravant de la séparation des parents ainsi que la maladie grave d’un des membres de la famille sur l’expression de l’eczéma atopique.

Est-ce la relative insécurité psychologique qui intervient ou le changement d’habitat qui découle cette nouvelle situation parentale ?

Le chômage d’un des parents ne semble pas avoir d’influence, le parent plus souvent à la maison est-il plus disponible pour les soins ,les mesures d’éviction ?

Autant de questions qui mériteraient une réponse !