Arrière Bellérophon ! Cette chimère là ne vomit pas de flamme ni ne dévore les êtres humains se tenant sur son passage...Elle chatouille les lymphocytes, c’est tout !

vendredi 22 décembre 2006 par Dr Hervé Couteaux976 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Arrière Bellérophon ! Cette chimère là ne vomit pas de flamme ni ne dévore les (...)

Arrière Bellérophon ! Cette chimère là ne vomit pas de flamme ni ne dévore les êtres humains se tenant sur son passage...Elle chatouille les lymphocytes, c’est tout !

Arrière Bellérophon ! Cette chimère là ne vomit pas de flamme ni ne dévore les êtres humains se tenant sur son passage...Elle chatouille les lymphocytes, c’est tout !

vendredi 22 décembre 2006, par Dr Hervé Couteaux

Seul traitement ayant fait la preuve de sa capacité à modifier la marche naturelle de l’allergie, la désensibilisation n’en a pas moins ses limites, que la recherche essaye avec opiniâtreté de faire reculer. Voie d’administration muqueuse et prévention des multisensibilités sont au menu du jour...

Recombinant de chimère d’allergène comme candidat pour un nouveau vaccin muqueux dans la prévention des multi-sensibilités. : C. Wild1, M. Wallner2, K. Hufnagl1, H. Fuchs3, K. Hoffmann-Sommergruber3, H. Breiteneder3, O. Scheiner3, F. Ferreira2, U. Wiedermann1

1Department of Specific Prophylaxis and Tropical Medicine, Center for Physiology and Pathophysiology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria ; 2Department of Allergy and Immunology, Institute of Molecular Biology, University of Salzburg, Austria ; 3Department of Pathophysiology, Center for Physiology and Pathophysiology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria

dans Allergy 62 (1), 33-41.

- Contexte :

  • Comme l’immunothérapie conventionnelle est moins efficace pour les patients présentant des multi-sensibilités allergiques comparées aux sujets mono-sensibilisés, de nouvelles stratégies d’intervention sont nécessaires.
  • Par conséquent, une chimère d’allergène a été produite par génie génétique pour le traitement de la multi-sensibilisation incluant pollens de bouleau et de graminées sur la base de l’induction d’une tolérance muqueuse.

- Méthodes :

  • L’allergène majeur du pollen de bouleau Bet v 1 a servi de squelette pour la liaison avec les extrémités N- et C-terminale des peptides immunodominants des allergènes de pollen de graminées Phl p 1 et Phl p 5 et cette nouvelle construction a été copié et exprimé en Escherichia coli.
  • Après purification, caractérisation physico-chimique et immunologique la chimère a été utilisée pour l’induction intranasale de tolérance avant la poly-sensibilisation avec Bet v 1, Phl p 1 et Phl p 5.

- Résultats :

  • La caractérisation immunologique a indiqué que la conformation de Bet v 1 dans la chimère était comparable à celle de nBet v 1, aussi bien qu’à celle de rBet v 1.
  • La chimère était immunogène chez la souris pour les réponses des cellules T et B aux trois allergènes.
  • L’application intranasale de la chimère avant la poly-sensibilisation a significativement supprimé les réponses humorales et cellulaires Th2 allergène-spécifiques et a empêché le développement de l’inflammation des voies aériennes lors de tests de provocation allergéniques.
  • De plus, des anticorps locaux d’IgA spécifiques de l’allergène ont été induits par la chimère.
  • Les mécanismes de l’induction de poly-tolérance ont paru être médiés par des cytokines régulatrices, puisque TGF-bêta et mRNA IL-10 étaient « up » régulées dans les splénocytes et que la tolérance était transmissible par ces cellules.

- Conclusion :

  • Les données indiquent que de telles chimères d’allergène comportant plusieurs allergènes non reliés ou des peptides d’allergène pourraient servir de vaccins polyvalents muqueux dans la prévention des multi-sensibilités.

Une chimère d’allergènes obtenue par génie génétique s’est avérée capable d’induire une poly-tolérance par voie muqueuse.

La désensibilisation est une vieille dame de plus d’un siècle que l’on ne traite pas toujours avec les mêmes égards : certains la réservent aux monosensibilisés (mais que veut dire ce terme s’il s’adresse à une source allergénique et non à une molécule ?...) d’autres font appel à des algorithmes personnels leur permettant de trier ceux des patients polyréactifs qui leur paraissent pouvoir bénéficier de ses bienfaits.

Rappelons que la polyallergie n’est nullement une contre indication de la désensibilisation, et que si certains affirment que la polysensibilisation est une cause d’échec, il est bien difficile de retrouver la bibliographie sur laquelle ils s’appuient pour lancer de telles affirmations ...

Il reste qu’une désensibilisation entrainant une réponse préventive large, moins spécifique serait en pratique d’une réelle utilité pour nombre de patients, pour peu que ses modalités ne soient pas particulièrement contraignantes.