Pollinique ? moi, jamais...

jeudi 8 février 2007 par Dr Geneviève DEMONET821 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > Pollinique ? moi, jamais...

Pollinique ? moi, jamais...

Pollinique ? moi, jamais...

jeudi 8 février 2007, par Dr Geneviève DEMONET

Une sensibilisation pollinique peut très bien être asymptomatique. Cependant, à distance de la saison pollinique, l’interrogatoire du patient peut induire en erreur : l’allergique ne se souvient pas toujours très bien, il a la mémoire qui flanche...

Les symptômes de pollinose aux graminées interfèrent avec la mémoire des symptômes de pollinose au bouleau - une étude prospective de sensibilisation cutanée asymptomatique. : K. Assing, U. Bodtger, L. K. Poulsen, H. J. Malling

Kristian Assing, MD, PhD Copenhagen Blood Transfusion Center Section 2031 National University Hospital Blegdamsvej 9 DK-2100 Copenhagen
Denmark

dans Allergy (OnlineEarly Articles).
doi:10.1111/j.1398-9995.2006.01280.x

- Contexte :

  • Une sensibilisation cutanée asymptomatique (SA) est un facteur de risque de développement de symptômes allergiques.
  • Une définition précise de cet état de fait nécessite une évaluation systématique des symptômes cliniques avant inclusion.

- Objectifs :

  • Examiner la concordance entre l’évaluation rétrospective des symptômes d’allergie saisonnière et le repérage prospectif de symptômes saisonniers parmi des sujets ayant une SA.

- Méthodes :

  • A l’automne 2002, sur la base d’une étude de population incluant des prick-tests cutanés (positifs si > 3 mm) et un questionnaire de dépistage, on a inclus, de janvier à mars 2003, 87 sujets ayant une SA au pollen de bouleau et/ou au pollen de graminées, 63 sujets symptomatiques au pollen de bouleau et/ou au pollen de graminées et 40 sujets contrôles sains.
  • Un journal a été tenu sur la symptomatologie et la prise médicamenteuse pendant les saisons polliniques correspondantes en 2003 et un examen a été pratiqué lors de l’étude de suivi à l’automne 2003.
  • Allergie : prick-test cutané positif et symptômes > 7 jours dans le journal

- Résultats :

  • Onze sujets SA (bouleau : n = 10) ont, par la suite, développé des symptômes allergiques, pourtant neuf ont admis, lors du suivi, avoir eu des symptômes avant l’inclusion ou même ont démenti avoir présenté des symptômes polliniques en dépit d’un journal significatif.
  • Les sujets SA au pollen de bouleau avaient des réactions aux prick-tests cutanés significativement plus grandes et avaient des symptômes polliniques plus sévères et plus souvent comparativement aux sujets SA aux pollens de graminées.

- Conclusion :

  • Dans le contexte d’une double sensibilisation, l’évaluation rétrospective des symptômes n’est pas une méthode fiable pour être sûr que les sujets classés comme sensibilisés et asymptomatiques sont réellement asymptomatiques.
  • Ce fait devrait être pris en considération dans les études sur le développement de l’allergie.

Une étude prospective a été menée sur 87 sujets sensibilisés aux pollens de bouleau et/ou de graminées mais asymptomatiques, 63 sujets polliniques symptomatiques et 40 sujets contrôles sains.

Après inclusion, pendant la saison pollinique, les patients ont tenu un journal de bord rapportant les symptômes présentés puis ils ont été revus à l’automne suivant.

L’évaluation rétrospective des symptômes ne s’est pas avérée fiable dans un contexte de double sensibilisation.

Des résultats qui n’étonneront personne mais qu’il était bon de démontrer. La mémoire nous joue souvent des tours...