Asthme et atopie chez les bambini…

mercredi 21 mars 2007 par Dr Geneviève DEMONET1468 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Asthme et atopie chez les bambini…

Asthme et atopie chez les bambini…

Asthme et atopie chez les bambini…

mercredi 21 mars 2007, par Dr Geneviève DEMONET

Une étude italienne s’est intéressée à la prévalence de l’atopie et de l’asthme chez les adolescents de 13 à 14 ans d’une ville industrielle du nord du pays. Le rôle des facteurs familiaux et environnementaux a particulièrement été examiné…

Prévalence élevée de l’atopie mais pas de l’asthme, parmi les enfants d’une zone industrielle du nord de l’Italie : rôle des facteurs familiaux et environnementaux – une étude de population : Marzia Duse, Francesco Donato, Vera Porteri, Francesco Pirali, Vania Spinoni, Cinzia Tosoni, Manuela Vettore, Carlo Lombardi

Department of Paediatrics and Department of Experimental and Applied Medicine, Institute of Hygiene, Epidemiology and Public Health, University of Brescia, Italy, Department of Clinical Immunology, Spedali Civili, Italy, Department of Pneumology, Fatebenefratelli Hospital, Brescia, Italy

dans Pediatric Allergy and Immunology (OnlineEarly Articles).
doi:10.1111/j.1399-3038.2006.00523.x

La prévalence de l’atopie et de l’asthme, et leur association avec des facteurs familiaux et environnementaux, ont été explorées chez des enfants de 13 à 14 ans vivant à Brescia, une ville industrielle du nord de l’Italie.

- L’ensemble des 1450 enfants fréquentant l’école primaire dans cette ville a été sollicité et 967 d’entre eux (66,7%, 493 garçons) ont fourni un questionnaire valide rempli à la maison par les parents.
- Nous avons utilisé une version modifiée du questionnaire adopté dans l’Etude Italienne des Troubles Respiratoires dans l’enfance et Environnement, qui est une version étendue du questionnaire de l’Etude Internationale de l’Asthme et des Allergies chez l’Enfant (ISAAC).
- Des prick-tests cutanés (PTC) ont été réalisés chez 628 sujets, et 308 d’entre eux (49%) avaient au moins un test positif pour un des 15 extraits allergéniques utilisés communément.

- Un diagnostic d’asthme a été établi par un médecin chez 99 enfants (10,2%) – 12,4% des garçons et 8,0% des filles (p = 0,03).
- La prévalence d’un épisode de sifflements dans les 12 mois passés était de 6,2%.
- Une atopie a été trouvée chez 76,8% des sujets ayant eu un diagnostic d’asthme et chez 45,6% des non asthmatiques (p < 0,001).
- Une analyse par régression logistique multiple a montré

  • une association inverse entre l’asthme diagnostiqué par un médecin
    • et le sexe féminin (odds ratio, OR = 0,5) ;
    • la présence de parents dans la chambre dans les premières années de vie (OR = 0,6),
    • la fréquentation d’une crèche (OR = 0,4) et de l’école maternelle (OR = 0,4) ;
  • une association positive a été établie
    • avec des antécédents parentaux de sifflements (OR = 2,5) et d’asthme (OR = 3,8) ;
    • et avec les antécédents de l’enfant de bronchite asthmatique (OR = 31,9) et d’eczéma atopique (OR = 3,8) dans les 2 premières années de vie.
  • La force des associations n’a pas varié lorsque l’analyse a été limitée à l’asthme atopique.

En conclusion,
- l’atopie et l’asthme clinique parmi les adolescents de 13 à 14 ans sont significativement associés avec certains facteurs familiaux et environnementaux, apportant une contribution à l’hypothèse hygiéniste.
- La prévalence de l’atopie, mais pas de l’asthme, est grande dans cette zone industrielle.
- La forte association trouvée entre l’atopie et l’asthme clinique suggère que l’atopie pourrait jouer un rôle dans la survenue d’un asthme uniquement chez les enfants génétiquement prédisposés.


Une étude de population a été menée dans une ville industrielle du nord de l’Italie chez des adolescents de 13 à 14 ans en utilisant un questionnaire (967 sujets) et les résultats de prick-tests cutanés (628 sujets).

La prévalence de l’atopie est grande : 45,6% des sujets non asthmatiques et 76,8% des asthmatiques.

Un diagnostic d’asthme a été posé par un médecin chez 12.4% des garçons et 8.0% des filles.

Les antécédents familiaux d’asthme et personnels de bronchites sifflantes et d’eczéma atopique étaient des facteurs de risque d’asthme alors que le sexe féminin et les facteurs classiquement associés à la théorie hygiéniste étaient protecteurs (collectivité…).

Une étude qui confirme le caractère multifactoriel de l’asthme et de l’allergie, génétique et environnemental…