Prévention de l’allergie : lait de vache contre hydrolysat…

mardi 27 mars 2007 par Dr Geneviève DEMONET2244 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Prévention de l’allergie : lait de vache contre hydrolysat…

Prévention de l’allergie : lait de vache contre hydrolysat…

Prévention de l’allergie : lait de vache contre hydrolysat…

mardi 27 mars 2007, par Dr Geneviève DEMONET

La prévention primaire de l’allergie reste un sujet débattu ! L’utilisation d’hydrolysats de protéines peut-elle prévenir la survenue de l’allergie chez le nourrisson à risque ? Un travail allemand apporte de l’eau (voire du lait) au moulin…

Certaines formules hydrolysées réduisent l’incidence de la dermatite atopique mais pas celle de l’asthme : Résultats sur 3 ans de l’Etude Allemande sur l’Intervention Nutritionnelle chez le Nourrisson : Andrea von Berg, MDa, Sibylle Koletzko, MDb, Birgit Filipiak-Pittroff, MScc, Birgit Laubereau, MDc, Armin Grübl, MDd, Heinz-Erich Wichmann, PhD, MDc, Carl-Peter Bauer, MDd, Dietrich Reinhardt, MDb, Dietrich Berdel, MDa

From the Department of Paediatrics, Marien-Hospital Wesel
Department of Paediatrics, Ludwig Maximilians University, Munich
GSF-National Research Center for Environment and Health, Institute of Epidemiology, Neuherberg, Department of Paediatrics, Technical University of Munich, and Landesversicherungsanstalt Oberbayern, Munich

dans JACI Volume 119, Issue 3, Pages 718-725 (March 2007)

- Contexte :

  • Les recommandations pour la prévention primaire des maladies allergiques chez les enfants à haut risque comprennent l’alimentation avec des formules hydrolysées lorsque l’allaitement maternel est insuffisant.

- Objectif :

  • L’objectif premier de l’Etude allemande sur l’Intervention Nutritionnelle chez le Nourrisson était d’explorer l’effet préventif sur l’allergie de 3 formules hydrolysées comparées à une formule de lait de vache, dans les 3 premières années de vie, à l’aide d’un essai randomisé en double aveugle.

- Méthodes :

  • Entre 1995 et 1998, 2252 nouveau-nés ayant une hérédité atopique ont été inclus dans un groupe recevant, comme substitut de lait, pendant les 4 premiers mois et en cas d’insuffisance de l’allaitement maternel, une formule de lait de vache, une formule hydrolysée partiellement ou de façon extensive, ou une formule de caséine à l’hydrolyse extensive.
  • Les principaux paramètres, en terme de résultats, portaient sur les manifestations allergiques, la dermatite atopique (DA) et l’asthme.

- Résultats :

  • Après 3 ans, 396 des 2252 enfants (17,6%) étaient sortis de l’étude.
  • Les enfants allaités au sein de façon exclusive sans utilisation de formule (n = 889) ont été considérés de façon séparée.
  • Une réduction significative de l’incidence de la DA a été obtenue avec la formule de caséine à l’hydrolyse extensive pour les analyses en intention de traiter (ITT ; n = 1363) et par protocole (PP ; n = 904) (ITT : population odds ratio [IC 95%], 0.67 [0.45-0.99] ; PP : odds ratio ajusté [ORadj], 0.53 [0.32-0.88]), et avec la formule de lactosérum partiellement hydrolysée dans l’analyse PP (ITT : population odds ratio, 0.76 [0.52-1.11] ; PP : ORadj, 0.60 [0.37-0.97]).
  • Aucune des formules n’a réduit l’incidence de l’asthme.

- Conclusion :

  • Le risque de DA mais pas celui d’asthme peut être réduit avec certains hydrolysats de lait de vache chez les nourrissons à haut risque lorsque l’allaitement maternel est insuffisant.

- Implications cliniques :

  • Une intervention nutritionnelle précoce chez les enfants à haut risque a une influence significative sur l’incidence de la dermatite atopique mais pas sur l’asthme.

Une étude allemande a inclus 2252 nouveaux-nés ayant une hérédité allergique. Ils ont été randomisés et ont reçu, en cas d’insuffisance de l’allaitement maternel et pendant les 4 premiers mois, soit du lait de vache, soit une formule hydrogénée partiellement ou de façon extensive, soit une formule de caséine à l’hydrolyse extensive.

Les enfants ont été suivis pendant 3 ans.

Le risque de dermatite atopique, mais pas celui d’asthme, était réduit avec certains hydrolysats de lait de vache.

Ce travail va dans le sens d’une récente Cochrane review qui a montré qu’il existe des preuves limitées qu’une alimentation prolongée avec une formule hydrolysée réduit l’allergie du nourrisson et de l’enfant à haut risque, comparativement à une formule au lait de vache.

Qu’en est-il des 889 nourrissons exclusivement allaités par leur mère ? L’abstract ne le dit pas, il faudra donc lire l’article…