Allergique au beurre de cacahuète : à défaut d’en manger vous pouvez vous tartiner !!

jeudi 31 mai 2007 par Dr Stéphane Guez3903 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Allergique au beurre de cacahuète : à défaut d’en manger vous pouvez vous (...)

Allergique au beurre de cacahuète : à défaut d’en manger vous pouvez vous tartiner !!

Allergique au beurre de cacahuète : à défaut d’en manger vous pouvez vous tartiner !!

jeudi 31 mai 2007, par Dr Stéphane Guez

Nos jeunes patients allergiques présentent souvent une réaction immédiate au simple contact cutané avec, par exemple, l’arachide à laquelle ils sont allergiques. Est-ce que ce contact cutané pourrait à lui seul induire une réaction anaphylactique ? Est-ce que cette réaction peut prédire qu’un test de provocation oral sera positif ?

Fréquence et signification d’une réaction de contact immédiate à l’arachide chez des enfants sensibilisés à l’arachide : B. K. Wainstein, S. Kashef, M. Ziegler, D. Jelley, J. B. Ziegler (2007)

*Department of Immunology and Infectious Diseases, Sydney Children’s Hospital, Sydney, NSW, Australia and School of Women’s and Children’s Health, University of New South Wales, Sydney, NSW, Australia

dans Clinical & Experimental Allergy
Volume 37 Issue 6 Page 839 - June 2007

- Introduction :

  • Les parents d’enfants atopiques rapportent souvent, et en sont inquiétés, des réactions au contact d’aliments.
    _*Des écoles éliment certains aliments en raison de la crainte qu’un simple contact alimentaire puisse induire une réaction générale.

- Objectifs :

  • Les auteurs ont cherché :
    • à déterminer la fréquence avec laquelle les enfants sensibilisés à l’arachide réagissent au contact avec du beurre de cacahuète
    • à évaluer la signification de telles réactions.

- Matériel et méthode :

  • 1 gramme de beurre de cacahuète a été appliqué directement sur la peau de 281 enfants qui avaient des prick-tests positifs à l’arachide.
  • Le test a été considéré comme positif si une ou plusieurs papules étaient visibles lorsque le patch a été enlevé après 15 minutes.
  • Un sous-groupe d’enfants a eu également un test de provocation oral ouvert avec des quantités croissantes d’ingestion de protéines d’arachide.

- Résultats :

  • Au cours de 3515 examens cliniques, 330 tests de contact ont été réalisés avec l’arachide : 136 soit 41% ont été positifs.
  • Le diamètre moyen du prick-test est de 10 mm chez les enfants ayant un test de contact cutané positif, et de 8.5mm chez les enfants ayant un test de contact cutané négatif (t-tests, p<0.0001).
  • Aucun enfant n’a présenté de réaction systémique au cours de l’application cutanée de beurre de cacahuète.
  • 84 enfants ont eu des tests de provocation orale après un test de contact cutané en aveugle contre placebo :
    • Le test de provocation a été positif chez 26 des 32 enfants ayant un test de contact positif, et négatif seulement chez 6 enfants sur 32.
    • Le test de provocation a été également positif chez 26 enfants sur 53, et négatif chez 27 enfants sur 53 enfants ayant un test de contact cutané négatif (sensibilité 50%, spécificité 82%, X2 : p=0.003).

- Conclusion :

  • Une minorité d’enfants sensibilisés à l’arachide (prick-test positif) développent une urticaire localisée lors d’un contact cutané prolongé avec du beurre de cacahuète.
  • Aucun enfant testé, incluant ceux ayant une réaction systémique lors d’un test de provocation orale, ne développent une réaction systémique après exposition cutanée prolongée à l’arachide.
  • De ce fait, les réactions systémiques qui pourraient survenir au simple contact cutané avec de l’arachide semble très peu probables.

Les auteurs démontrent que les enfants sensibilisés à l’arachide, même s’ils font des réactions systémiques lors d’un test de provocation orale avec de l’arachide, tolèrent parfaitement un contact cutané avec du beurre d’arachide. Même si ce test de contact entraîne une urticaire locale il n’a été observé aucune réaction générale.

Ce travail est très intéressant et répond à une question fréquemment posée en pratique quotidienne et dont jusqu’à présent il n’y avait pas de réponse claire.

Ainsi, très souvent les enfants ayant une sensibilisation ou une allergie alimentaire présentent, lors d’un contact cutané direct avec un aliment, une réaction locale de type urticaire.

Est-ce qu’un contact prolongé pourrait induire une réaction anaphylactique ? Est-ce qu’il faut absolument recommander une éviction stricte de l’aliment en empêchant également tout contact cutané avec cet aliment ?
Ce travail permet de répondre à ces interrogations.

Il a porté sur un nombre important d’enfants sensibilisés à l’arachide et qui ont eu un test de contact avec un gramme de beurre de cacahuète sur la peau.

Ce qui est intéressant c’est que les auteurs ont proposé à un sous-groupe d’enfants un test de provocation orale qui a permis de repérer les enfants ayant une allergie authentique. Quels que soient les enfants qui ont le test de contact cutané, aucun n’a fait une réaction générale : la seule réponse est une urticaire localisée.

Il n’est donc pas nécessaire d’interdire formellement le contact avec l’arachide, ou du moins il n’y a pas de risque à ce que l’enfant ait un contact cutané accidentel à ce produit. Il ne faut donc pas le « bannir » totalement de l’environnement, en particulier scolaire, ce qui viendrait encore compliquer la mise en place des PAI.

Par ailleurs, le test de contact cutané, par apposition d’arachide sur la peau, ne peut laisser présager de la positivité ou non du test de provocation orale, car il a une très mauvaise sensibilité de l’ordre de 50%.