Faut-il jouer les prolongations dans l’allaitement maternel ?

mercredi 3 octobre 2007 par Dr Clément FOURNIER1099 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Faut-il jouer les prolongations dans l’allaitement maternel ?

Faut-il jouer les prolongations dans l’allaitement maternel ?

Faut-il jouer les prolongations dans l’allaitement maternel ?

mercredi 3 octobre 2007, par Dr Clément FOURNIER

Les liens entre allaitement maternel et asthme continuent d’être discutés. Cette étude a analysé les relations entre la durée de l’allaitement maternel, le surpoids, et la survenue d’un asthme.

Relations entre allaitement maternel, surcharge pondérale, et asthme chez les préadolescents. : Xiao-Mei Mai, PhDab, Allan B. Becker, MDb, Elizabeth A.C. Sellers, MDb, Joel J. Liem, MDb, Anita L. Kozyrskyj, PhDabc

Faculty of Pharmacy, University of Manitoba, Winnipeg, Manitoba, Canada
Department of Pediatrics and Child Health and the Manitoba Institute of Child Health, University of Manitoba, Winnipeg, Manitoba, Canada
Department of Community Health Sciences, University of Manitoba, Winnipeg, Manitoba, Canada

dans JACI Volume 120, Issue 3, Pages 551-556 (September 2007)

- Contexte :

  • Il a été suggéré chez les enfants que l’allaitement maternel était associé au surpoids et à l’asthme.
  • Le surpoids et l’asthme doivent donc partager des influences environnementales communes dont l’allaitement maternel.

- Objectifs :

  • Les auteurs ont évalué si une durée limitée d’allaitement maternel exclusif et un surpoids conséquent étaient associés à l’asthme.

- Méthodes :

  • Etude cas – contrôle incluant des enfants âgés de 8 à 10 ans avec 246 enfants asthmatiques (diagnostic par un allergo-pédiatre) et 477 contrôles sans asthme.
  • Les données sur l’allaitement maternel exclusif étaient obtenues à partir d’un questionnaire.
  • Le surpoids sur la tranche d’âge 8 – 10 ans était défini par un IMC (Indice de Masse Corporelle) supérieur au 85ème percentile des normales théoriques en fonction de l’âge et du sexe.
  • On recherchait par analyse de régression logistique les associations entre « asthme » et « allaitement maternel exclusif < 12 semaines + surpoids », ceci après ajustement sur le sexe, l’existence d’un asthme parental, l’origine indigène, le tabagisme passif à la naissance, le lieu de résidence, le niveau de revenus.

- Résultats :

  • L’allaitement maternel exclusif < 12 semaines était étroitement associé au surpoids sur la tranche d’âge 8 - 10 ans (p < 0,001).
  • L’item « allaitement maternel exclusif < 12 semaines + surpoids » était significativement associé à de l’asthme (Odds ration ajusté (OR) = 1,81 ; IC95% 1,11 – 2,95 ; p= 0,018).
  • Cette association semblait être forte chez les enfants dont la mère présentait un asthme (OR ajusté = 3,93 ; IC95% 1,17 – 13,2), et chez les garçons (OR ajusté = 2,22 ; IC95% 1,14 – 4,34).
  • Il n’y avait pas d’association entre l’asthme et l’allaitement maternel exclusif < 12 semaines ou le surpoids de façon isolé.

- Conclusion :

  • Une durée courte d’allaitement maternel exclusif et un surpoids conséquent sont associés à l’asthme chez les enfants prédisposés, suggérant une voie commune.

- Implications cliniques :

  • Ces résultats vont dans le sens de la promotion d’un allaitement maternel prolongé dans le cadre de la prévention de l’asthme et du surpoids.

Cette étude montre qu’un allaitement maternel exclusif de moins de 3 mois est un facteur de risque de surpoids.

Elle retrouve également un lien statistique entre l’association « allaitement maternel exclusif < 12 semaines + surpoids » et l’asthme, avec un OR de 1,81. Ce lien augmente chez les garçons et en cas de terrain asthmatique maternel.

Les auteurs en concluent qu’un allaitement maternel prolongé est nécessaire dans le cadre de la prévention du surpoids et de l’asthme.

Il est cependant dommage que les auteurs n’aient pas distingué, parmi les enfants, ceux n’ayant pas bénéficié d’allaitement maternel, autant dans le groupe des asthmatiques que dans le groupe contrôle.

Les enfants étaient uniquement classés selon la durée de l’allaitement (< ou > à 12 semaines).

Dans le groupe < 12 semaines, il y a forcément des enfants qui n’ont pas été allaités, qu’en est il d’eux ? Présentent-ils un risque accru de surpoids et d’asthme ? Ce risque est-il différent de celui d’un enfant allaité moins de 12 semaines ?

Ces données auraient permis d’alimenter le débat sur le rôle préventif de l’allaitement maternel sur les allergies.

Du coup la vraie conclusion de cette étude devrait être ; si l’on choisit d’allaiter son enfant pour prévenir la survenue d’allergies ou d’un surpoids, il faut l’allaiter plus de 3 mois…