Allergologue si ton cœur balance pas d’hésitation : pique ton patient !!

vendredi 26 septembre 2008 par Dr Stéphane Guez1155 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Allergologue si ton cœur balance pas d’hésitation : pique ton patient (...)

Allergologue si ton cœur balance pas d’hésitation : pique ton patient !!

Allergologue si ton cœur balance pas d’hésitation : pique ton patient !!

vendredi 26 septembre 2008, par Dr Stéphane Guez

Le développement spectaculaire de l’immunothérapie par voie sublinguale a relégué la voie injectable au rang des pratiques obsolètes voir légèrement sadiques. Mais qu’en est-il vraiment lorsqu’on compare objectivement l’efficacité de ces 2 types d’immunothérapie chez des patients allergiques ayant une rhinite aux acariens ?

Comparaison de l’efficacité à long terme de l’immunothérapie par voie sublinguale et par voie injectable dans la rhinite perannuelle. : Tahamiler R, Saritzali G, Canakcioglu S, Ozcora E, Dirican A.

Department of Otolaryngology, Cerrahpasa Medical Faculty, University of Istanbul, Istanbul, Turkey

dans ORL J Otorhinolaryngol Relat Spec. 2008 ;70(3):144-50

- Introduction :

  • L’immunothérapie par voie sublinguale (SLG) et par voie injectable (INJ) ont toutes deux démontrées leur efficacité.
  • Mais il y a très peu d’études qui ont comparé leurs résultats.

- Objectif de l’étude :

  • Evaluer et comparer les effets à long terme d’une immunothérapie par voie SLG et par voie INJ.

- Matériel et Méthode :

  • 193 patients ayant une allergie aux acariens domestiques, parmi un totale de 230 patients :
    • ont été traités par voie SLG ou par voie INJ pendant 3 ans,
    • puis ils ont été suivis pendant les 3 années après l’arrêt de l’immunothérapie.
  • Les patients ont été randomisés en 2 groupes :
    • groupe SLG (n=97)
    • et groupe INJ (n=96).
  • Le sucés thérapeutique a été évalué sur :
    • le score symptomatique,
    • les résultats des tests cutanés en prick,
    • et sur le score d’un test de provocation par voie nasale.
  • Les patients ont été évalués :
    • au début de l’étude,
    • ainsi qu’à la fin des 3 premières années
    • puis à la fin de la première et de la 3° année qui a suivi l’arrêt de la désensibilisation.

- Résultats :

  • L’immunothérapie induit une amélioration significative pendant le traitement et durant la période de suivie.
  • Les auteurs notent une grande amélioration dans le groupe traité par voie INJ par rapport au groupe traité par voie SLG lorsque les résultats sont examinés de façon comparative sur les 6 ans de suivi.

- Conclusion :

  • Les auteurs suggèrent de faire une immunothérapie par voie INJ chez les patients ayant une rhinite allergique aux acariens en raison des meilleurs résultats obtenus durant leur 6 ans de suivi.
  • Mais de toute façon la voie SLG est maintenant admise par la WHO comme une méthode alternative validée à la voie INJ, et qui peut être utilisée chez tous les patients qui nécessitent une immunothérapie mais qui n’acceptent pas la voie INJ.

Dans ce travail clinique les auteurs ont comparé les résultats d’une immunothérapie spécifique dans la rhinite perannuelle par allergie aux acariens soit par voie sublinguale soit par voie sous-cutanée.

Si les 2 sont efficaces jusqu’à 3 ans après l’arrêt, les meilleurs résultats sont obtenus par la voie injectable.

Cette étude est très importante pour les cliniciens qui s’interrogent sur le choix de la méthode d’immunothérapie la plus bénéfique pour ses patients.

L’impression d’une meilleure efficacité de la voie injectable est confirmée par ce travail.

Il n’est donc pas logique actuellement de privilégier uniquement la voie sublinguale qui a des indications bien précises mais qui a de résultats plus faibles que la voie injectable.

Plus que la technique, c’est certainement la différence d’observance qui est en cause : rarement plus d’un tiers des patients suivraient réellement le protocole de désensibilisation prescrit par voie sublinguale. Le fait d’avoir une injection contrôlée par le médecin pourrait expliquer les meilleurs résultats obtenus par la voie injectable.

C’est d’ailleurs la conclusion implicite des auteurs qui rappellent à juste titre que sur le plan immunologique et allergologique, l’efficacité des deux voies d’administration des allergènes a été validée.