Vivement les « mamans éprouvettes » pour mettre un terme à la sensibilisation des fœtus !!

mardi 21 octobre 2008 par Dr Stéphane Guez1419 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Vivement les « mamans éprouvettes » pour mettre un terme à la sensibilisation (...)

Vivement les « mamans éprouvettes » pour mettre un terme à la sensibilisation des fœtus !!

Vivement les « mamans éprouvettes » pour mettre un terme à la sensibilisation des fœtus !!

mardi 21 octobre 2008, par Dr Stéphane Guez

La question n’est pas résolue chez les jeunes enfants allergiques de savoir s’ils sont précocement sensibilisés à partir de l’environnement, ou s’ils naissent avec un système immunitaire ayant déjà commencé à se sensibiliser in utéro avec production avant la naissance d’IgE spécifiques. Le sort de la mère en dépend…

Les taux d’IgE spécifiques du cordon sont associé à une réduction de production d’IFN-gamma par les cellules du cordon : résultats de l’étude PASTURE (protection de l’allergie, étude en milieu rural) : Petra Ina Pfefferle, PhD, DrPHa∗, Serdar Sel, MDa∗, Markus Johannes Ege, MDb, Gisela Büchele, MPHc, Nicole Blümer, PhDa, Susanne Krauss-Etschmann, MDbd, Ileana Herzum, MDa, Christoph E. Albersa, Roger P. Lauener, MDe, Marjut Roponen, PhDf, Maija-Riitta Hirvonen, PhDf, Dominique A. Vuitton, MDg, Josef Riedler, MDh, Bert Brunekreef, PhDi, Jean-Charles Dalphin, MD, PhDj, Charlotte Braun-Fahrländer, MDk, Juha Pekkanen, MDfl, Erika von Mutius, MDb, Harald Renz, MDaCorresponding Author Informationemail address, PASTURE Study Groupm

a Department of Clinical Chemistry and Molecular Diagnostics, Philipps University of Marburg, Marburg, Germany
b University Children’s Hospital, Munich, Germany
c Institute of Epidemiology, University of Ulm, Ulm, Germany
d Heimholtz-Zentrum München–National Research Center for Environment and Health, Neuherberg, Germany
e Zurich University Children’s Hospital, Zurich, Switzerland
f Department of Environmental Health, National Public Health Institute, Kuopio, Finland
g Research Unit Health and Rural Environment, Université de Franche-Comté, Besançon, France
h Children’s Hospital, Schwarzach, Austria
i Institute for Risk Assessment Sciences and Julius Center for Health Sciences and Primary Care, University Medical Center, Utrecht, The Netherlands
j Department of Respiratory Disease, University Hospital, Besançon, France
k Institute of Social and Preventive Medicine, University of Basel, Basel, Switzerland
l School of Public Health and Clinical Nutrition, University of Kuopio, Kuopio, Finland
m Protection against Allergy—Study in Rural Environments Study Group : Gertraud Weiß, Ellen Üblagger, Claudia Humer, Manuela Rußegger (Austria) ; Raija Juntunen, Reetta Tiihonen, Pekka Tiittanen, Anne Hyvärinen, Timo Kauppila, Aino Nevalainen, Sami Remes (Finland) ; Marie-Laure Dalphin, Renaud Piarroux, Gabriel Reboux, Sandrine Roussel, Bertrand Sudre (France) ; Susanne Schmid, Sabina Illi, Nicola Korherr, (Germany) ; Sondhja Bitter, Felix H. Sennhauser, Susanne Loeliger, Johanna Steinle, and Remo Frei (Switzerland)

dans JACI Volume 122, Issue 4, Pages 711-716 (October 2008)

- Introduction :

  • Actuellement, l’hypothèse d’une sensibilisation allergénique qui pourrait débuter in utero sous l’influence de l’immunité maternelle et de certains déterminants de l’environnement est discutée.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’étudier les relations entre :
    • les taux d’IgE spécifiques du cordon,
    • la sensibilisation allergénique des parents,
    • la production de cytokines par les cellules du cordon
    • et l’influence de l’environnement.

- Matériel et méthodes :

  • A partir des données d’une étude multicentrique d’une cohorte suivie depuis la naissance, les IgE spécifiques contre 20 allergènes communs de l’environnement saisonnier et perannuel et des allergènes alimentaires ont été mesurées dans des prélèvements de sang de cordon de 922 nouveaux nés, chez 922 mères et 835 pères.
  • Le surnageant de cellules stimulées de cordon a été étudié avec dosage de la production des cytokines suivantes : IL5, IFN-gamma, IL10 et TNF alpha.

- Résultats :

  • Des IgE spécifiques aux allergènes sont détectées chez 29.3% des nouveaux nés.
  • La contamination par du sang maternel a été exclue à la suite de différents moyens d’analyse, incluant l’absence d’IgA.
  • Une corrélation évidente entre les IgE de la mère et de l’enfant a été trouvée seulement pour l’œuf de poule, le lait de vache et le soja.
  • Les IgE fœtales sont corrélées négativement avec le taux d’IFN-gamma, mais pas avec celui de l’IL5 et de l’IL10.

- Conclusion :

  • Des IgE spécifiques aux allergènes d’origine probablement fœtales sont détectables dans le sang du cordon et sont corrélées à une diminution de production d’IFN gamma.

Les premières données d’une grande étude en cours montrent qu’il y a, dès la naissance, présence d’IgE spécifiques dans le sang du cordon de nouveaux nés avec une association entre sensibilisation de la mère et de l’enfant vis-à-vis de certains allergènes.

Il y a également une diminution de production d’IFN gamma.

Ce travail est très intéressant car il démontre que presque 30% des enfants ont des IgE spécifiques dés la naissance prouvant ainsi une sensibilisation in utéro.

La sensibilisation de la mère explique celle de l’enfant pour des allergènes alimentaires : œuf, lait et soja.

Ainsi il y a bien un tiers des enfants qui sont sensibilisés avant d’avoir eu un quelconque contact avec l’environnement.

L’influence du système immunitaire de la mère est donc évidente de même qu’un contact entre le milieu extérieur et le milieu amniotique pendant la grossesse.

Les actions de prévention devraient donc être étudiées chez les femmes enceintes certainement avant la conception pour savoir s’il est possible de modifier l’impact de l’environnement sur le futur statut allergique des nouveaux nés.

Enfin, le dernier apport de ce travail est de montrer qu’être allergique ne résulte pas d’une production excessive de cytokines développant la production d’IgE mais bien de l’absence d’un facteur régulateur : l’interféron gamma. Il y a donc bien un déséquilibre de production des Immunoglobulines en faveur des IgE chez les enfants atopiques.