Les ophtalmos découvrent l’allergie…

mercredi 29 octobre 2008 par Dr Geneviève DEMONET2620 visites

Accueil du site > Maladies > Conjonctivites > Les ophtalmos découvrent l’allergie…

Les ophtalmos découvrent l’allergie…

Les ophtalmos découvrent l’allergie…

mercredi 29 octobre 2008, par Dr Geneviève DEMONET

Des ophtalmos turques se sont intéressés à la conjonctivite allergique et ont dosé les IgE spécifiques de leurs patients. Ceux-ci avaient tous une conjonctivite saisonnière, perannuelle ou vernale. Les allergènes concernés sont ….? Les paris sont ouverts !

Taux d’immunoglobulines spécifiques sériques chez les patients ayant une conjonctivite allergique : Kocabeyoglu S, Bozkurt B, Bilen O, Irkec M, Orhan M.

Department of Ophthalmology, Hacettepe University School of Medicine, Ankara - Turkey

dans Eur J Ophthalmol. 2008 Sep-Oct ;18(5):675-9

- Objectifs :

  • Evaluer les taux d’immunoglobulines E (IgE) spécifiques sériques chez les patients ayant différents types de conjonctivite allergique.

- Méthodes :

  • On a inclus dans cette étude 25 patients ayant une conjonctivite allergique saisonnière (CAS), 17 patients ayant une conjonctivite allergique perannuelle (CAP) et 10 patients ayant une conjonctivite vernale (CV).
  • Les IgE spécifiques de Dermatophagoïdes pteronyssinus (Dp), Dermatophagoïdes farinae (Df), mélange de pollens de graminées et de phanères d’animaux ont été dosées à l’aide du CAP système Pharmacia (Pharmacia Diagnostic AB, Uppsala, Sweden).

- Résultats :

  • Le pourcentage de sujets ayant des IgE spécifiques de Dp et Df était significativement plus élevé dans la CV (30%) comparativement à la CAP (5.9%) et la CAS (0%) (p =0.03).
  • Des IgE spécifiques du mélange de pollens de graminées ont été trouvées dans 30% des CV et 40% des CAS, alors que 10% des patients avec CV et 8% des patients avec CAS avaient une hypersensibilité aux phanères d’animaux.

- Conclusions :

  • Une réaction allergique aux acariens de poussière de maison et aux pollens était commune dans la CV, alors que les IgE spécifiques des pollens de graminées ont été remarquées dans la CAS.
  • Les taux d’IgE spécifiques de plusieurs antigènes pourraient être mesurés par le système UNICAP, qui est rapide et pratique de réalisation.

Vingt-cinq patients ont été inclus dans ce travail. Ils avaient soit une conjonctivite vernale, soit une conjonctivite perannuelle, soit une conjonctivite saisonnière.

Un dosage d’IgE spécifiques (CAP Pharmacia) a été réalisé pour acariens, graminées et animaux.

Une sensibilisation aux acariens et aux pollens a fréquemment été retrouvée dans la conjonctivite vernale. Une sensibilisation aux graminées était fréquente dans la conjonctivite saisonnière.

Deux conclusions s’imposent : d’une part, il doit y avoir très peu de conjonctivites allergiques dans le pays (seulement 25 patients ont pu être trouvé…), d’autre part, les ophtalmos viennent de découvrir en même temps le dosage des IgE dans l’allergie et du même coup que les pollens sont responsables d’allergie saisonnière !

Réaction un peu sévère peut-être. Il est possible que l’article lu en son intégralité recèle des trésors insoupçonnés…