Plaidoyer pour la natation ou le golf chez les petits asthmatiques.

mercredi 10 décembre 2008 par Dr Philippe Carré1276 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Plaidoyer pour la natation ou le golf chez les petits asthmatiques.

Plaidoyer pour la natation ou le golf chez les petits asthmatiques.

Plaidoyer pour la natation ou le golf chez les petits asthmatiques.

mercredi 10 décembre 2008, par Dr Philippe Carré

Des études antérieures ont montré que les programmes d’activité physique étaient bénéfiques chez les enfants asthmatiques. Cette étude s’est attachée à vérifier l’effet d’une activité physique intense (la natation) ou modérée (le golf) en terme de tolérance et d’efficacité symptomatique, ainsi que la satisfaction des parents.

Programmes d’exercice modérés et intenses chez des enfants asthmatiques : sécurité, satisfaction parentale, et évolution de l’asthme. : Weisgerber M, Webber K, Meurer J, Danduran M, Berger S, Flores G.

Department of Pediatrics, Medical College of Wisconsin, Children’s Research Institute, Children’s Hospital of Wisconsin, Milwaukee, Wisconsin 53226, USA

dans Pediatr Pulmonol. 2008 Dec ;43(12):1175-82

- Contexte

  • Des recherches antérieures suggèrent que les programmes d’activité physique peuvent améliorer le confort et réduire les symptômes chez les enfants asthmatiques
  • Mais peu d’études ont inclus des asthmatiques sévères et se sont intéressées à la sécurité et à la satisfaction des parents concernant ces programmes.

- Objectifs

  • Examiner la sécurité, la satisfaction des parents, et les changements dans les symptômes et la qualité de vie (QV) avant et après la réalisation des programmes
  • Dans une étude pilote concernant l’impact d’une activité physique intense (natation) et une activité physique modérée (golf) chez des enfants asthmatiques urbanisés.

- Méthodes

  • Des enfants asthmatiques de 7 à 14 ans, résidant dans des zones de forte prévalence d’asthme dans le Milwaukee, étaient randomisés dans un programme de 9 semaines de natation ou de golf
  • Les données ont été recueillies, avant et après réalisation des programmes, sur la sécurité, la satisfaction des parents, les symptômes d’asthme, la qualité de vie, et les visites en urgence chez le médecin pour asthme.

- Résultats

  • 28 enfants dans le groupe natation et 17 dans le groupe golf ont complété le programme
  • L’analyse de groupe combinée (n=45) a montré que seulement 6 exacerbations sont survenues au cours des 1125 sessions de natation et de golf (toutes résolutives sous traitement bronchodilatateur)
  • 92% des parents étaient très ou extrêmement satisfaits du programme
  • les scores de sévérité de symptômes d’asthme étaient diminués après l’exercice (9.3-7.3, p<0.001),de même que la qualité de vie des parents était améliorée (4.9-5.4, p<0.001) et le recours en urgence au médecin diminué (1.3-0.2 visite par personne, p=0.04)
  • L’étude manquait de puissance suffisante pour faire des comparaisons intergroupe.

- Conclusions

  • Les résultats de cette étude pilote montrent que les programmes d’activité physique intense (natation) et modérée (golf) sont bien tolérés, sécuritaires, et s’accompagnent d’une satisfaction importante des parents
  • Les enfants participants et les parents rapportaient des symptômes d’asthme et des visites chez le médecin diminués, de même qu’une amélioration de la qualité de vie des parents.
  • Ces résultats suggèrent que l’activité physique modérée ou intense, chez les enfants asthmatiques, a un rôle potentiellement bénéfique.

Cette étude a évalué 45 enfants asthmatiques qui étaient randomisés pour suivre un programme d’entraînement physique pendant 9 semaines, soit par la natation : n=28 (effort considéré comme intense) soit par la pratique du golf : n=17 (effort considéré comme modéré).

Au cours de ce programme où 1125 sessions sportives ont été effectuées, seules 6 exacerbations ont été recensées, toutes résolutives sous bronchodilatateurs.

La quasi-totalité des parents (92%) étaient très satisfaits des résultats.

Ont été améliorés à la fin du programme d’entraînement :
- les scores de symptômes d’asthme
- le recours en urgence au médecin
- la qualité de vie des parents.

Aucune comparaison intergroupe n’a pu être effectuée compte tenu du manque de puissance de l’étude.

Les auteurs concluent que les programmes d’activité physique, qu’ils soient intenses ou plus modérés, sont bien tolérés et bénéfiques, à la fois chez les enfants asthmatiques qui sont moins symptomatiques, et chez leurs parents dont la qualité de vie est améliorée.

Cette étude confirme les bienfaits bien connus de l’activité physique régulière chez les enfants asthmatiques, quel que soit le degré de l’effort. Une autre étude publiée très récemment confirme que l’entraînement régulier n’augmente pas l’inflammation allergique chez des enfants asthmatiques ayant une maladie contrôlée (Moreira et al. Eur Respir J 2008 ;32 :1570-1575).

De plus, les programmes d’entraînement, qui sont spécifiquement adaptés aux particularités de la maladie asthmatique, sont une solution idéale chez les asthmatiques sévères, qui seraient peut-être enclins à ne pas avoir d’activité physique en dehors de ces programmes. Pour ceux ayant un asthme équilibré et peu sévère, une activité autonome est suffisante, d’autant que l’accessibilité à ces programmes est peu développée en dehors de structures spécialisées.

Enfin, cette étude aborde un point particulier et inhabituel : celui du bénéfice ressenti par les parents, dont la qualité de vie est aussi améliorée par la pratique sportive de leur enfant, certainement par la constatation de l’épanouissement de leur enfant et peut-être aussi de voir que le sport est un facteur de contrôle et d’équilibre de la maladie qu’ils n’imaginaient peut-être pas. Mais les raisons précises ne sont pas abordées dans cet article.