ITS avec rDer p 2 sur des petites souris chinoises…

lundi 19 janvier 2009 par Dr Alain Thillay820 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > ITS avec rDer p 2 sur des petites souris chinoises…

ITS avec rDer p 2 sur des petites souris chinoises…

ITS avec rDer p 2 sur des petites souris chinoises…

lundi 19 janvier 2009, par Dr Alain Thillay

L’immunothérapie spécifique par voie injectable existe de longue date. Au cours du temps, elle n’a cessé d’être améliorée passant du stade de l’extrait incertain aqueux à l’extrait standardisé retard. Ici, les auteurs chinois de cette étude cherchent à démontrer l’efficacité d’un recombinant de Der p 2 encapsulé ou non sur un modèle murin. Une voie d’avenir pour l’ITS ?

L’immunothérapie spécifique avec un allergène recombinant d’acarien domestique du groupe 2 inhibe l’inflammation allergique des voies respiratoires chez la souris. : Yu HQ, Liu ZG, Yu KY, Xu ZQ, Qiu J.

Allergy and Immunology Institute , Shenzhen University, Shenzhen 518060, China.

dans Zhongguo Ji Sheng Chong Xue Yu Ji Sheng Chong Bing Za Zhi. 2006 Dec ;24(6):414-9.

- Objectifs :

  • Etudier l’efficacité et le mécanisme de l’administration sous-cutanée de Der p 2 recombinant encapsulé dans un polymère microsphérique de type PLGA poly(lactic-co-glycolic acid) avec des nanoparticules DEPN (N-tert-butyl-N-[1-diethylphosphono(2,2-dimethylpropyl)] nitroxide) sur un modèle murin d’inflammation allergique des voies respiratoires.

- Méthodes :

  • 40 souris BALB/c ont été aléatoirement réparties en 5 groupes, les souris du groupe A (contrôle) ont été traitées avec une solution saline (100 microlitres) tout le temps, les souris des groupes B, C, D et E ont été sensibilisées par voie intrapéritonéale avec de l’extrait brut d’acariens (10 microgrammes), puis ont été traitées par voie sous-cutanée respectivement avec du PBS (100 microlitres), 2 mg de PLGA vide, 100 microgrammes de rDer p2, et de 2 mg de DEPN (chargé de 100 microgrammes rDer p 2) une fois par jour pendant 3 jours, ensuite toutes les souris ont subi un test de provocation nasale avec 50 microgrammes de Der p 2.
  • Un jour après le test de provocation nasale, les souris ont été sacrifiées et le liquide de lavage broncho-alvéolaire (LBA) a été recueilli.
  • Le nombre total des cellules et des éosinophiles a été déterminé, l’inflammation des voies respiratoires et la sécrétion de mucus ont été analysées par la coloration hématoxyline-éosine et la coloration PAS (acide périodique Schiff).
  • Le taux des cytokines dans le surnageant de culture de splénocytes a été dosé par ELISA.
  • Le taux des IgG2a et des IgE spécifiques sériques de rDer p 2 a été déterminé par ELISA.

- Résultats :

  • L’histologie pulmonaire a montré le développement d’une infiltration à éosinophiles des voies respiratoires des souris des groupes B et C.
  • L’inflammation pulmonaire et la sécrétion de mucus dans les groupes D et E étaient significativement plus faibles que dans les groupes B et C.
  • Le nombre total de cellules (63,50 +/-5,12) et des éosinophiles (15,32 +/-3,04) dans le LBA était diminué dans le groupe B.
  • Par rapport au groupe B, le nombre total de cellules du groupe D (55,3 +/-5,20) x10 (4)/ ml et du groupe E (41,00 +/-4,91) x 10(4)/ml avait fortement diminué (P <0,05) et celui des éosinophiles dans les groupes D (9,56 +/-1,09)x10(4) / ml et E (3,22 +/-0,31) x 10(4)/ml.
  • Les IgE et IgG2a spécifiques de rDer p 2 du groupe B étaient de 1,14 +/ -0,105 et 0,14 +/-0,07 respectivement.
  • Le taux des IgE spécifiques était nettement inférieure (P <0,01) dans les groupes D (0,93 +/-0,04) et E (0,77 +/-0,09) et le taux des IgG2a des groupes D (1,02 +/-0,01) et E (1,17 +/-0,46) était significativement plus élevé (P <0,01) que dans le groupe B.
  • Le taux d’IL-4 et de l’IFN-gamma dans le LBA du groupe B étaient de (78,90 +/-6,07) pg/ml et de (27,30 +/-3,51) pg/ml, respectivement.
  • L’IL-4 dans les groupes D et E était de (55,6 +/-3,79) pg/ml et de (48,6 +/-4,50) pg/ml, respectivement, sensiblement inférieure (P <0,01) que dans le groupe B, tandis que l’IFN-gamma était de (68,50 +/-2,87) pg/ml dans le groupe E significativement plus élevé que dans le groupe B (P <0,01).
  • L’IL-4 libérée de la culture de splénocytes des groupes D et E était de (56,30 +/-4,85) pg/ml et de (40,20 +/-4,36) pg/ml, respectivement, sensiblement inférieure à celle du groupe B (81,2 +/-6,84 pg/ml) (P <0,01).
  • La libération d’IFN-gamma était dans le groupe E de (70,20 +/-3,85) pg/ml, nettement plus élevée que dans le groupe B (34,60 +/-2,25) pg/ml (P <0,01).

- Conclusion :

  • Le DEPN peut inhiber l’inflammation allergique des voies respiratoires dont le mécanisme peut relever du rééquilibrage de la balance Th1 et Th2.

A l’encontre d’autres sources allergéniques, les allergènes des acariens se répartissent sur 4 ou 5 groupes particulièrement les groupes 1, 2, 5 et 14 ainsi Der p 1 et Der p 2 ne représentent que 60 à 80% de l’IgE-réactivité d’un extrait. (Données recueillies sur www.allerdata.com).

Les auteurs chinois de ce travail ont fait une recherche fondamentale afin de démontrer quel était le pouvoir vaccinant le meilleur entre un rDer p 2 et ce même extrait encapsulé. Ils ont eu recours à un modèle murin BALB/c, souris qui se sensibilisent facilement.

Elles ont été réparties en 5 groupes :

  • Groupe A : contrôle, les souris n’ont reçu que du sérum physiologique même durant la phase de sensibilisation.

Les souris des autres groupes après avoir été sensibilisées par voie péritonéale avec un extrait brut d’acariens ont eu des vaccinothérapies différentes.

  • Groupe B : PBS, solution phosphate tampon ;
  • Groupe C : capsules vides ;
  • Groupe D : rDer p 2 seul ;
  • Groupe E : rDer p 2 encapsulé.

Après la phase vaccinale, les souris subissaient un TPN puis étaient euthanasiées.

Tous les critères retenus objectivent clairement un état inflammatoire significativement moins important chez les souris des groupes D et E, le résultat est encore plus probant pour ce groupe E. Ce qui fait dire aux auteurs le plus grand bien des nanoparticules. Toutefois, le groupe B a été vacciné avec du rDer p 2 sans adjuvant (hydroxyde d’aluminium ou phosphate de calcium). Il aurait sans doute utile de créer un groupe avec adjuvant.

Enfin, sur le plan mécanisme, les groupe D et E montrent un rééquilibrage de la balance TH1/TH2, diminution de l’IL-4 et augmentation de l’IFN-gamma.

Tout cela tendrait à soutenir aussi l’idée qu’un sujet sensibilisé naturellement (par un extrait brut d’acarien) pourrait être vacciné avec efficacité par un recombinant type rDer p 2 qui théoriquement n’est responsable que d’une seule partie de l’IgE-réactivité.

Bien sûr, il ne s’agit que d’un modèle murin, il reste encore beaucoup de chemin exploratoire pour arriver à l’homme.