Allaitement et tabagisme maternels : l’un compense-t-il l’autre ?

lundi 23 février 2009 par Dr Geneviève DEMONET1535 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Allaitement et tabagisme maternels : l’un compense-t-il l’autre (...)

Allaitement et tabagisme maternels : l’un compense-t-il l’autre ?

Allaitement et tabagisme maternels : l’un compense-t-il l’autre ?

lundi 23 février 2009, par Dr Geneviève DEMONET

Encore une étude sur l’effet protecteur de l’allaitement sur l’allergie de l’enfant… Mais c’est son association au tabagisme maternel qui est ici étudiée. On soupçonne qu’il est préjudiciable à l’enfant. Mais que disent les statistiques brésiliennes ?

L’exposition au tabagisme maternel dans la première année de vie interfère sur l’effet protecteur de l’allaitement maternel sur la survenue d’une allergie respiratoire de la naissance à l’âge de 5 ans : H. T. V. Guedes 1,2 and L. S. F. Souza 1

1 School of Medicine-Salvador, Bahia, Brazil, Faculdade de Tecnologia e Ciências (FTC) , 2 Pediatric Allergy and Clinical Immunology Ambulatory Unit, University Hospital – Universidade Federal da Bahia UFBA, Salvador, Bahia

dans Pediatric Allergy and Immunology
Volume 20 Issue 1, Pages 30 - 34

- Le but de cette étude était d’évaluer l’interaction entre l’effet protecteur de l’allaitement maternel exclusif et l’exposition à la fumée de tabac au domicile dans la première année de vie, sur la survenue d’une allergie respiratoire (asthme et rhinite) chez l’enfant de moins de 5 ans.

- Il s’agit d’une étude de cohorte prospective, observationnelle, institutionnelle.
- Trois cent enfants nés dans un hôpital public de Salvador-Bahia (Brésil) ont été suivis de la naissance jusqu’à l’âge de 5 ans.
- Les données sur 268 enfants de 60 mois ont pu être analysées.
- Les symptômes allergiques survenus chez ces enfants ont été étudiés et corrélés au sexe, à l’existence de parents au premier degré allergiques, à la durée de l’allaitement exclusif, au tabagisme maternel et à la présence d’autres fumeurs au domicile dans la première année de vie de l’enfant.

- Une protection contre la survenue d’une allergie respiratoire de la naissance de l’enfant jusqu’à l’âge de 5 ans, a été mise en évidence pour un allaitement maternel exclusif d’au moins 6 mois (p<0.05) ; odds ratio (OR) : 0.33 (IC 95% : 0.18–0.59).
- Les enfants allaités par leur mère pendant une durée inférieure à 6 mois présentaient un risque légèrement supérieur de développer des symptômes d’allergie respiratoire avant l’âge de 5 ans que ceux ayant été allaités pendant 6 mois ou plus (OR : 2.34–IC 95% : 1.4–3.74)
- L’effet protecteur de l’allaitement maternel exclusif prolongé sur la survenue d’une allergie respiratoire chez l’enfant de la naissance à l’âge de 5 ans était perdu lorsque les mères étaient fumeuses (OR : 2.50–IC 95% 1.19–5.19).
- Cependant l’effet protecteur de l’allaitement dans la première année de vie sur la survenue de symptômes d’allergie jusqu’à l’âge de 5 ans était confirmé.

- Cette étude suggère un effet confondant du tabagisme maternel sur cet effet protecteur : les enfants allaités de façon exclusive par leur mère fumeuse pendant au moins 6 mois ont un risque supérieur de symptômes allergiques avant l’âge de 5 ans


Une étude de cohorte prospective a été menée au Brésil sur 268 enfants suivis de la naissance jusqu’à l’âge de 5 ans.

Les enfants allaités par leur mère de façon exclusive pendant au moins 6 mois avaient un risque inférieur de développer des symptômes d’allergie respiratoire (rhinite et asthme) de la naissance jusqu’à l’âge de 5 ans.

Les enfants allaités moins de 6 mois avaient un risque légèrement supérieur à ceux allaités 6 mois ou plus.

Par contre, l’effet bénéfique de l’allaitement maternel exclusif était supprimé par le tabagisme maternel.

Les études sur l’allaitement maternel se suivent et sont parfois contradictoires : elles mettent en évidence tantôt un effet protecteur sur la survenue de l’allergie, tantôt un effet transitoire voire une augmentation du risque. La durée de l’allaitement est également discutée. Ici, il doit être d’au moins 6 mois alors qu’ailleurs
une durée de plus de 6 mois serait associée à une augmentation du risque…

L’impact de l’allaitement maternel pourrait varier selon le type d’allergie considérée (respiratoire ou eczéma), la composition du lait maternel en acides gras, le sexe de l’enfant et ses antécédents familiaux et donc peut-être aussi le tabagisme maternel. L’exposition aux antibiotiques lors de l’allaitement maternel serait associée, d’autre part, à une augmentation du risque de sifflements mais seulement chez le petit enfant…

Les choses ne sont pas simples : après une revue systématique des données actuelles incluant des paramètres aussi divers que les scores de poids et de taille pour l’âge, le périmètre crânien, la morbidité par infection respiratoire et digestive, l’eczéma atopique, l’asthme et le développement psychomoteur, aucune conclusion définitive n’a pu être énoncée mais l’OMS recommande malgré tout un allaitement d’une durée minimale de 6 mois.

Un article paru dans Curr Opin Allergy Clin Immunol (2008 (8) 398–405) fait une bonne synthèse du sujet…