Scoop : le muscle érectile du patient souffrant de dermatite atopique est relié aux zygomatiques !!

mercredi 11 mars 2009 par Dr Stéphane Guez1586 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Scoop : le muscle érectile du patient souffrant de dermatite atopique est (...)

Scoop : le muscle érectile du patient souffrant de dermatite atopique est relié aux zygomatiques !!

Scoop : le muscle érectile du patient souffrant de dermatite atopique est relié aux zygomatiques !!

mercredi 11 mars 2009, par Dr Stéphane Guez

Il y a peu d’études qui abordent le problème de la sexualité chez les patients souffrant de la dermatite atopique, une affection chronique qui est à la fois gênante sur le plan fonctionnel et qui modifie l’apparence physique. Mais surtout, comment améliorer les choses alors même que l’affection perdure ?

Amélioration à court terme de la fonction érectile par la visualisation de films humoristiques chez les patients ayant une dermatite atopique. : Kimata H.

Department of Allergy, Moriguchi-Keijinkai Hospital, Moriguchi City, Osaka Prefecture, Japan.

dans J Sex Med. 2008 Sep ;5(9):2107-10.

- Introduction :

  • La dermatite atopique (DA) est une affection chronique inflammatoire de la peau caractérisée par un eczéma, un prurit et une hyper-réactivité cutanée à des stimulants allergéniques.
  • Les auteurs et d’autres ont rapporté que des stress psychologiques aggravent ces symptômes, alors que la visualisation de films comiques les soulagent.
  • Les auteurs ont également montré que les patients atteints de DA souffrent d’une dysfonction érectile (DE).
  • La DE repose sur de multiples facteurs étiologiques incluant le stress psychologique et la réduction du taux de testostérone sérique.

- Objectif de l’étude :

  • Ce travail a évalué les effets de la visualisation de films comiques sur la DE de patients ayant une DA.

- Critère principal d’évaluation :

  • Il a été d’étudier les effets de la vue de films comiques sur l’échelle IIEF (Index international de la fonction érectile : fonction érectile, orgasme, désir sexuel, satisfaction de l’acte sexuel, satisfaction globale).

- Matériel et méthode :

  • Les patients sont composés de 36 hommes ayant une DA ainsi que leurs épouses en bonne santé.
  • La randomisation a consisté à faire :
    • un groupe de 18 patients avec leurs épouses en bonne santé, qui ont visualisés pendant 3 jours des films humoristiques.
    • L’autre groupe de 18 patients avec épouses ont d’abord vu des films non humoristiques pendant 3 jours, puis après 2 semaines ils ont également vu les films comiques pendant 3 jours consécutifs.
  • La sévérité de la DE et les taux de testostérone et œstradiol sériques ont été évalués 1 jour avant la vue des films et 1 et 4 jours après la vue des films.

- Résultats :

  • Voir des films humoristiques augmente significativement l’échelle IIEF en association avec une augmentation des taux de testostérone et une diminution des taux d’œstradiol au 4ème jour, alors que la vue des films contrôles n’entraine aucune modification.
  • Cependant cet effet est court.
  • Après le 4ème jour de la vue des films, il n’y a plus d’amélioration de la DE ou de modification des taux sériques des hormones sexuelles.

- Conclusions :

  • Voir des films humoristiques améliore la DE de patients ayant une DA en association avec une augmentation des taux sériques de testostérone et une diminution des taux d’œstradiol.
  • Ces résultats peuvent être intéressants pour l’étude et le traitement des DE.

Dans ce travail, les auteurs montrent que la vue de films humoristiques améliore la fonction érectile des patients ayant une dermatite atopique.

Cet effet est court et il est lié de façon objective à une augmentation des taux de testostérone et une diminution des taux sériques d’œstradiol.

Ainsi ce travail confirme que l’homme est bien cérébral et que, plus qu’un film pornographique, c’est les films humoristiques qui le rendent heureux au lit.

Encore que l’on puisse regretter qu’il n’y ait pas eu un bras (de patients) pour contrôler cette hypothèse.

Mais il n’y a pas non plus de mention de l’effet du film sur l’épouse ? Est-ce que ce n’est pas elle qui est plus « disponible » pour son mari eczémateux après avoir bien rit lors d’une séance de cinéma ? Le stress est de quel coté des 2 « moitiés » ?

Il faudrait faire une étude de corrélation entre la programmation de films comiques à la télévision est le nombre de naissance dans les 9 mois qui suivent, chez tous les individus et en particulier chez les patients qui souffrent d’une affection chronique pour vérifier la validité de ce travail.

Question subsidiaire : est-ce que la sécurité sociale acceptera de rembourser des cartes de fidélité de cinéma aux patients atteints de dermatite atopique ?