Allergiques aux hyménoptères attention : vous pouvez tomber sur un os !!!

jeudi 2 avril 2009 par Dr Stéphane Guez1631 visites

Accueil du site > Allergènes > Venins > Allergiques aux hyménoptères attention : vous pouvez tomber sur un os (...)

Allergiques aux hyménoptères attention : vous pouvez tomber sur un os !!!

Allergiques aux hyménoptères attention : vous pouvez tomber sur un os !!!

jeudi 2 avril 2009, par Dr Stéphane Guez

Il a été proposé aux allergologues d’apprécier la sévérité d’une anaphylaxie aux hyménoptères par le dosage de la tryptasémie de base. Mais il y avait jusqu’ici peu de précisions concernant l’exoration spécifique de cette élévation de la tryptasémie chez ces patients. Cet article explique la nécessité d’explorations complémentaires.

Anomalies clonales des cellules mastocytaires chez les patients présentant une réaction systémique aux hyménoptères avec une augmentation du taux sérique de tryptase. : Patrizia Bonadonna, MDai, Omar Perbellini, MDbi, Giovanni Passalacqua, MDcCorresponding Author Informationemail address, Beatrice Caruso, MDd, Sabrina Colarossi, BSei, Daniela Dal Fior, MDf, Luca Castellani, MDg, Chiara Bonetto, MSch, Francesco Frattini, MDb, Annarita Dama, MDa, Giovanni Martinelli, MDei, Marco Chilosi, MDf, Gianenrico Senna, MDa, Giovanni Pizzolo, MDb, Roberta Zanotti, MDbi

a Allergy Unit, Verona General Hospital, Verona, Italy

b Department of Clinical and Experimental Medicine, Haematology Section, University of Verona, Verona, Italy

c Allergy and Respiratory Diseases, DIMI, University of Genoa, Genoa, Italy

d Clinical Chemistry and Haematology, Verona General Hospital, Verona, Italy

e Department of Haematology/Oncology, L. and A. Seragnoli, University of Bologna, Bologna, Italy

f Department of Pathology, University of Verona, Verona, Italy

g Department of Dermatology, Santa Maria del Carmine Hospital, Rovereto, Italy

h Department of Medicine and Public Health, Section of Psychiatry and Clinical Psychology, University of Verona, Verona, Italy

i Rete Italiana Mastocitosi (RIMA), Bologna, Italy

dans JACI Volume 123, Issue 3, Pages 680-686

- Introduction :

  • L’anaphylaxie au venin d’hyménoptères a été rapportée chez des patients ayant une mastocytose, mais peu de données existent concernant la prévalence de ce type de patients dans la population des allergiques à ces insectes.

- Objectif de l’étude :

  • L’incidence des anomalies clonales mastocytaires (MC) chez les patients ayant à la fois des réactions systémiques lors de piqures d’hyménoptère et une élévation du taux de base de la tryptase sérique a été évaluée par ponction biopsie osseuse.

- Matériel et méthode :

  • Les patients ayant des antécédents de réactions systémiques au venin d’hyménoptère ont eu :
    • un diagnostic standard allergologique de l’allergie aux hyménoptères
    • une mesure du taux de base de la tryptase sérique.
    • pour les patients ayant un taux de tryptase élevé, il y a de plus :
      • une ponction biopsie osseuse avec
      • histologie et cytologie
      • une étude en cytométrie de flux
      • et détection des mutations du KIT

- Résultats :

  • 44 (11.6%) des 379 patients allergiques ont une augmentation de la tryptase de base (> 11.4 ng/ml) et 31 (70.5%) de ces patients ont des antécédents d’anaphylaxie.
  • 34 des patients avec tryptase augmentée ont eu une analyse par ponction biopsique osseuse.
  • L’histologie permet de mettre en évidence un infiltrat mastocytaire chez 22 (65%) des 34 patients.
  • Les mastocytes anormaux sont mis en évidence respectivement par cytométrie de flux et cytologie chez 26 (78.8%) des 33 patients et 20 (58.8%) des 34 patients.
  • Une mutation du KIT est détectée chez 17 (54.8%) des 31 patients.
  • Le diagnostic de mastocytose indolente a été porté chez 21 (61.7%) des 34 patients et un syndrome d’activation monoclonale mastocytaire chez 9 (26.5%) des 34 patients.
  • Tous les patients ayant une anaphylaxie avaient l’un de ces 2 types d’affection mastocytaire.

- Conclusion :

  • La présence concomitante d’une réaction systémique (en particulier d’une anaphylaxie) au venin d’hyménoptère et une élévation du taux de base de la tryptase devraient faire l’objet d’investigations complémentaires en particulier de la moelle osseuse pour faire le diagnostic d’une affection mastocytaire clonale.

Dans ce travail, les auteurs montrent que les patients qui ont à la fois une anaphylaxie au venin d’hyménoptère et un taux sérique de base élevé en tryptase peuvent avoir une mastocytose indolente ou agressive.

Il faut donc faire des investigations complémentaires, en particulier une étude médullaire osseuse.

Les données de cet article sont importantes car plusieurs publications ont fait état d’une relation entre la sévérité de l’anaphylaxie aux hyménoptères et un taux de base de la tryptase sérique augmenté.

En réalité il s’agit de patient ayant une double pathologie.

En plus de l’allergie, ils sont porteurs d’une mastocytose qui sur le plan clinique est distinguée en : formes indolentes et formes agressives.

Ces mastocytes ont une morphologie anormale et ils ont donc des caractéristiques histologiques qui permettent de les mettre en évidence avec des spécificités en immuno-marquage. Ils peuvent être porteurs de mutations du c-kit expliquant alors un défaut de régulation avec une autonomisation.

Dans les formes sévères il s’agit donc d’une hémopathie authentique avec des formes monoclonales prolifératives.

Les chiffres de patients atteints dans cette population ayant à la fois allergie et tryptase élevée sont impressionnants : l’allergie au venin d’hyménoptère permet donc en réalité de mettre en évidence une affection mastocytaire chez 11.6% d’entre eux.

En conclusion, les allergologues doivent faire de façon systématique une étude de la tryptasémie de base chez les patients ayant des antécédents d’anaphylaxie pour dépister une mastocytose qui devra faire alors l’objet d’une ponction biopsique osseuse.