Les enfants asthmatiques ont-ils une dent contre leur émail dentaire ?

lundi 22 juin 2009 par Dr Philippe Carré870 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Les enfants asthmatiques ont-ils une dent contre leur émail dentaire (...)

Les enfants asthmatiques ont-ils une dent contre leur émail  dentaire ?

Les enfants asthmatiques ont-ils une dent contre leur émail dentaire ?

lundi 22 juin 2009, par Dr Philippe Carré

Des études ont montré que la prévalence des défauts de l’émail dentaire était plus grande chez les enfants asthmatiques, sans que les études épidémiologiques aient analysé les facteurs de risque. Cette étude visait à évaluer la prévalence de ces défauts par rapport aux caractéristiques cliniques et thérapeutiques de l’asthme.

Prévalence des défauts de développement de l’émail chez les enfants et les adolescents asthmatiques. : Guergolette RP, Dezan CC, Frossard WT, Ferreira FB, Cerci Neto A, Fernandes KB.

Londrina State University, Londrina, Brazil.

dans J Bras Pneumol. 2009 Apr ;35(4):295-300

- Objectif :

  • Cette étude visait à évaluer la prévalence des défauts de développement de l’émail (DDE) en fonction de la sévérité de l’asthme, du début des symptômes et du traitement pharmacologique chez des patients asthmatiques en milieu pédiatrique.

- Méthodes :

  • Des enfants et des adolescents (68 asthmatiques et 68 contrôles), âgés de 5 à 15 ans et habitant à Londrina au Brésil, ont été inclus dans cette étude
  • L’histoire médicale et dentaire était recueillie par des questionnaires structurés
  • Chaque participant a subi un examen dentaire où le dentiste utilisait l’index DDE

- Résultats :

  • Dans le groupe des 68 sujets asthmatiques, 61 (89.7%) présentaient des défauts de l’émail dentaire, comparativement à seulement 26 sujets (38.2%) dans le groupe contrôle
  • En utilisant de régression logistique multivariée, le risque de DDE était estimé dans la dentition permanente être 11 fois plus élevé chez les sujets pédiatriques ayant un asthme que ceux sans asthme (OR=11.88, p=0.0001)
  • La survenue de défauts de l’émail dentaire était corrélé à une sévérité plus grande de l’asthme (p=0.0001) et à un début plus précoce des symptômes (p=0.0001)
  • Cependant, les défauts de l’émail dentaire n’étaient pas corrélés à la mise en place d’un traitement (p=0.08) ou à la fréquence de l’utilisation de médicaments (p=0.93).

- Conclusion :

  • Les patients pédiatriques ayant un asthme sévère et à début précoce ont un risque accru de défauts de l’émail dentaire et nécessitent donc en priorité des soins dentaires.

Cette étude a évalué, dans un groupe de 68 enfants et adolescents asthmatiques, la corrélation entre des défauts de développement de l’émail dentaire et certaines caractéristiques de l’asthme, comparativement à 68 enfants contrôles.

Chez tous les enfants ont été réalisés un recueil de l’histoire médicale et dentaire ainsi qu’un examen dentaire spécialisé.

Dans le groupe des enfants asthmatiques, près de 90% avaient des DDE contre 38% dans le groupe contrôle ; le risque de DDE était 11 fois plus élevé chez les enfants asthmatiques.

L’existence de DDE était corrélée positivement à la sévérité et à la précocité de l’asthme (en particulier un début avant l’âge de 3 ans), mais pas à l’existence d’un traitement anti-asthmatique.

Les auteurs en concluent que les enfants ayant un asthme sévère et précoce doivent avoir en priorité un dépistage d’éventuelles anomalies dentaires, de façon à réduire les anomalies esthétiques et dento-faciales et prévenir la survenue de caries dentaires.

Les cellules synthétisant l’émail sont hautement sensibles au manque d’oxygène, ce qui pourrait renforcer l’hypothèse que les anomalies de DDE soient en rapport avec un défaut d’oxygénation secondaire aux crises d’asthme de la petite enfance.

Le tissu dentaire est particulier en ce sens qu’une fois formé, il ne peut plus être remodelé ; son altération est donc définitive et pourrait servir de marqueur clinique et épidémiologique de la sévérité de l’asthme.