Angoisses.

dimanche 18 octobre 2009 par Dr Hervé Masson243 visites

Accueil du site > Editorial > Edito Abonnés > Angoisses.

Angoisses.

Angoisses.

dimanche 18 octobre 2009, par Dr Hervé Masson

Depuis fin 2006, la liste des allergènes alimentaires à déclaration obligatoire a été portée à 14 : les protéines de lait de vache, l’œuf, le blé, l’arachide, le soja, les sulfites, les mollusques, les crustacés, les fruits à coque, la moutarde, le sésame, le lupin, le poisson et le céleri.

Mais cette « déclaration obligatoire » prend encore, malheureusement, une forme non standardisée.

Pour l’allergique à l’arachide, autant il est évident que l’éviction d’un aliment étiqueté « Contient de l’arachide » sera obligatoire, autant il est difficile d’être serein lorsque l’étiquette mentionne « Traces d’arachide » ou «  Fabriqué dans un atelier ayant contenu de l’arachide ».

Dans notre esprit pourraient se glisser de mauvaises pensées.

Les professionnels de l’industrie alimentaire ne penseraient qu’à se protéger d’éventuelles poursuites avec les mentions imprécises sus-citées. En « ouvrant le parapluie », ils s’éviteraient de faire des efforts dans leurs processus de fabrication.

Le problème est beaucoup plus compliqué.

Pour pouvoir étiqueter correctement les produits, les industriels ont besoin qu’on leur fournisse officiellement un seuil légal pour les dénominations « Traces … » ou « Contient … ».

Ce n’est pas à eux de décider, par exemple, que moins de 5 µg d’arachide, c’est une « Trace » et qu’au dessus de cette dose il faut écrire « Contient ».

La solution serait de fixer le seuil de produit qui correspond à la mention « Traces » ou « Fabriqué dans un atelier… » ou « Contient du… ».

Si les responsables européens décidaient qu’un produit alimentaire contenant de 0 à 5 µg d’arachide sera étiqueté « Fabriqué dans un atelier… », que de 5 µg à 100 µg c’est « Traces » et qu’au delà c’est « Contient », les choses seraient assurément plus simples.

A la limite, les étiquettes pourraient être encore plus simples : « Contient moins de 5 µg d’arachide » ; « Contient de 5 µg à 100 µg d’arachide » ; « Contient plus de 100 µg d’arachide ».

Ces doses sont, bien sûr, fantaisistes et données uniquement à titre d’exemple mais il existe actuellement des techniques fiables de dosage d’ingrédients allergisants dans les aliments industriels, comme celle présentée sur www.allergique.org qui permettraient de classer finement les produits manufacturés.

Ces seuils pourraient être fixés à partir des études épidémiologiques européennes.

Ensuite, aux allergologues d’évaluer la dose réactogène de chaque patient et de lui dire précisément ce qui est autorisé ou interdit.

Compliqué ? Long ? Trop cher ? Pas faisable ? Délirant ?

Intéressant ? En cours d’étude ? Ça va venir ?

En tant qu’allergologue cela m’éviterait des angoisses, celles de gâcher la vie d’un enfant avec une éviction trop stricte ou de prendre un risque potentiellement vital avec une éviction trop laxiste.