Les asthmatiques obèses sont-ils oxydés par le stress ?

mardi 3 novembre 2009 par Dr Philippe Carré643 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Les asthmatiques obèses sont-ils oxydés par le stress ?

Les asthmatiques obèses sont-ils oxydés par le stress ?

Les asthmatiques obèses sont-ils oxydés par le stress ?

mardi 3 novembre 2009, par Dr Philippe Carré

L’obésité est un facteur de risque d’asthme, en particulier chez la femme. De nombreuses hypothèses sont évoquées ; on sait que stress oxydant est augmenté chez la femme, dans l’obésité et dans l’asthme. Cette étude a évalué l’hypothèse que le stress oxydatif systémique puisse expliquer cette association non fortuite.

Association asthme et obésité : est-elle expliquée par le stress oxydatif systémique ? : Akshay Sood, MD, MPH, FCCP, Clifford Qualls, PhD, Alexander Arynchyn, MD, PhD, William S. Beckett, MD, MPH, FCCP, Myron D. Gross, PhD, Michael W. Steffes, MD, PhD, Lewis J. Smith, MD, Paul Holvoet, PhD, Bharat Thyagarajan, MD, PhD and David R. Jacobs, Jr, PhD

From the Department of Medicine (Dr. Sood) and Clinical Translational Sciences Center (Dr. Qualls), University of New Mexico Health Sciences Center, Albuquerque, NM ; Department of Preventive Medicine (Dr. Arynchyn), University of Alabama at Birmingham, Birmingham, AL ; Department of Medicine (Dr. Beckett), Mount Auburn Hospital, Cambridge, MA ; Department of Laboratory Medicine and Pathology (Drs. Gross, Steffes, and Thyagarajan) and Division of Epidemiology (Dr. Jacobs), University of Minnesota, Minneapolis, MN ; Department of Medicine (Dr. Smith), Feinberg School of Medicine, Northwestern University, Chicago, IL ; Department of Experimental Surgery and Anesthesiology (Dr. Holvoet), Katholieke Universiteit Leuven, Leuven, Belgium ; and Institute for Nutrition Research (Dr. Jacobs), University of Oslo, Oslo, Norway

dans 2009, doi : 10.1378/chest.09-0493

- Contexte :

  • Le mécanisme de l’association asthme et obésité est inconnu
  • Cette étude a évalué l’hypothèse que le stress oxydatif systémique explique cette association.

- Méthodes :

  • Cette étude transversale a utilisé les données d’une cohorte d’évaluation sur 20 ans de 2865 sujets participant à la cohorte Cardia (risques de développement d’une atteinte coronarienne chez de jeunes adultes)
  • L’asthme courant a été évalué par l’interrogatoire
  • Le stress oxydatif a été évalué par les concentrations plasmatiques de F2-isoprostane
  • Les mesures de l’obésité incluaient les catégories d’index de masse corporelle (IMC), d’index de masse grasse (IMG) évalué par absorptiométrie radiologique à double énergie, et d’index de masse maigre (IMM)
  • Les régressions logistique et linéaire étaient utilisées pour l’analyse.

- Résultats :

  • L’asthme était associé à des concentrations plasmatiques plus élevées de F2-isoprostane (p=0.049)
  • Mais cette association n’était pas significative si elle était ajustée pour le sexe et l’IMC
  • L’association IMC-asthme se retrouvait uniquement chez les femmes (p=0.03 ; interaction spécifique au sexe 0.01), et elle n’était pas expliquée par les taux plasmatiques de F2-isoprostane
  • De la même façon, l’IMG et l’IMM étaient associés positivement avec l’asthme chez les femmes (respectivement p=0.20 et 0.01)
  • Ces associations n’étaient pas non plus expliquées par les taux de F2-isoprostane plasmatique
  • Des résultats similaires étaient obtenus si les taux plasmatiques de lipoprotéines oxydées de faible densité étaient utilisés à la place des taux de F2-isoprostane pour étudier l’association IMC-asthme à l’âge de 15 ans.

- Conclusions :

  • Le stress oxydatif systémique, évalué d’abord par les concentrations plasmatiques de F2-isoprostane, n’était pas associé de façon indépendante à l’asthme et, donc, ne peut pas expliquer l’association asthme-obésité chez les femmes
  • L’association asthme-stress oxydatif est indépendante du sexe ou de l’obésité
  • Cette étude est limitée par l’impossibilité de mesurer le stress oxydatif des voies aériennes
  • Il est possible qu’une autre mesure du stress oxydatif systémique (encore non déterminée) puisse être plus appropriée dans l’asthme.

Cette étude transversale d’une cohorte de 2865 sujets a étudié les relations entre asthme, obésité et stress oxydatif systémique.

Les critères d’étude étaient :

  • pour la prévalence de l’asthme : l’interrogatoire
  • pour l’obésité : l’IMC, l’IMG et l’IMM
  • pour le stress : la concentration plasmatique de F2-isoprostane.

Les résultats montrent que :

  • l’asthme est associé à une élévation de la F2-isoprostane, mais sans rapport avec le sexe et l’IMC
  • les trois indices d’obésité sont associés positivement à l’asthme chez la femme, mais sans rapport avec la F2-isoprostane
  • en utilisant un autre marqueur de stress que la F2-isoprostane (le taux plasmatique de lipoprotéines oxydées de faible densité, les résultats étaient similaires.

Les auteurs en concluent que le stress oxydatif systémique ne peut pas expliquer l’association asthme-obésité chez les femmes, et que l’association asthme-stress oxydatif est indépendante du sexe ou de l’obésité.

Les mécanismes de l’association asthme/obésité restent inconnus, et l’hypothèse d’un lien avec le stress oxydatif a été évoquée ; ce stress représente un état d’équilibre entre une production augmentée de radicaux libres et une réduction de l’activité anti-oxydante ; plusieurs études ont montré qu’il était augmenté chez la femme, dans l’obésité, dans l’asthme et avec l’utilisation de corticoïdes inhalés, mais aucune étude épidémiologique n’avait été réalisée.

Cette étude épidémiologique ne permet pas de retenir cette hypothèse, et d’autres mécanismes pourraient faire intervenir des facteurs mécaniques, génétiques, immunologiques, hormonaux ou environnementaux.

Cette étude comporte un certains nombre de biais possibles : la présence de l’asthme repose sur l’interrogatoire, dont on connaît la fiabilité limitée dans ce type d’études ; par ailleurs le niveau de stress oxydatif n’a pas pu être mesuré dans les voies aériennes, mais par une mesure plasmatique qui est une technique délicate qui peut conduire à des erreurs de mesure.

D’autres explications doivent donc être évaluées pour expliquer l’association asthme/obésité ; il est aussi possible qu’une autre technique de mesure du stress oxydatif puisse être plus appropriée chez les patients asthmatiques.