Interrogation métaphysique : est-ce que gagner la foi peut rendre allergique ?

mardi 15 décembre 2009 par Dr Stéphane Guez1511 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Interrogation métaphysique : est-ce que gagner la foi peut rendre allergique (...)

Interrogation métaphysique : est-ce que gagner la foi peut rendre allergique ?

Interrogation métaphysique : est-ce que gagner la foi peut rendre allergique ?

mardi 15 décembre 2009, par Dr Stéphane Guez

La greffe d’organe est considérée comme un facteur de risque de transmission d’une allergie possible du donneur au receveur. Ici, les auteurs ont étudié le lien possible entre transplantation hépatique chez des enfants et risque de développement d’une allergie alimentaire dans les mois qui suivent.

Allergie alimentaire après transplantation hépatique chez les enfants : une étude prospective. : Ozlem Yilmaz Ozbek 1 , Figen Ozcay 2 , Zekai Avci 3 , Aysegul Haberal 4 and Mehmet Haberal 5

1 Department of Pediatric Allergy, Baskent University Faculty of Medicine, Ankara, Turkey , 2 Departments of Pediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition, Baskent University Faculty of Medicine, Ankara, Turkey , 3 Department of Pediatrics, Baskent University Faculty of Medicine, Ankara, Turkey , 4 Biochemistry Laboratory, Baskent University Faculty of Medicine, Ankara, Turkey , 5 Department of General Surgery, Baskent University Faculty of Medicine, Ankara, Turkey

dans Pediatric Allergy and Immunology
Volume 20 Issue 8, Pages 741 - 747

- Introduction :

  • Les allergies alimentaires (AA) ont été rapportées de façon croissante chez les enfants qui ont eu une transplantation hépatique

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont conduit une étude prospective pour :
    • étudier la prévalence de la sensibilisation et de l‘allergie alimentaire dans une population pédiatrique de transplantés hépatiques,
    • identifier les facteurs de risque potentiels du développement de cette allergie.

- Matériel et méthode :

  • Le groupe étudié est formé de 28 enfants (14 garçons et 14 filles, moyenne d’âge : 4.96 +/- 0.76 ans).
  • Les comptes :
    • des éosinophiles totaux,
    • des IgE totales
    • et des IgE spécifiques
  • ont été étudiés avant et aux 3ème, 6ème et 12ème mois après la greffe.

- Résultats :

  • 6 patients ont développé (21%) des allergies alimentaires multiples.
  • La moyenne d’âge de ces 6 patients est plus jeune que celle du groupe non allergique (10.2 mois versus 68.9 mois, p<0.05).
  • L’allergie alimentaire s’est développée dans l’année chez 5 patients et dans les 20 mois après la greffe chez un patient.
  • Les 6 patients ont développé une allergie au lait de vache et aux œufs après cette greffe.
  • 5 enfants ont développé également une allergie au blé, un aux lentilles et un autre une allergie à la pêche en plus de celles au lait et aux œufs.
  • Parmi ces 6 enfants, 4 ont présenté une infection à virus EBV antérieurement aux allergies alimentaires.
  • Avant la greffe, les taux des éosinophiles et des IgE totaux ne sont pas différents parmi les patients ayant ou non une allergie alimentaire (p>0.05).
  • Le taux moyen des éosinophiles totaux est significativement plus élevé dans le groupe ayant une allergie alimentaire par rapport au groupe des non allergiques à chaque moment du contrôle après la greffe hépatique (p<0.05).
  • Bien que statistiquement non significatif, le taux moyen des IgE totales est également plus élevé dans le groupe ayant une allergie alimentaire (p> à.05).

- Conclusions :

  • Ces données suggèrent que l’allergie alimentaire doit être envisagée après une greffe hépatique chez des enfants de moins de 1 an, qui développent :
  • une hyper éosinophilie,
  • une augmentation du taux des IgE totales
  • ou une virémie de type EBV.

Dans ce travail prospectif les auteurs ont cherché à étudier la relation entre greffe hépatique et risques de développer une allergie alimentaire.

Sur 28 patients, 21% font une allergie alimentaire dans l’année qui peut être rapidement diagnostiquée par une élévation des éosinophiles et des IgE totales sériques.

Des cas rapportés dans la littérature ont évoqué l’hypothèse d’une transmission possible d’une allergie alimentaire par le biais d’une transplantation hépatique par transfert dans le même geste de lymphocytes sensibilisés.

Les auteurs de ce travail ont voulu étudier la réalité de cette hypothèse.

Si 21% des enfants ayant eu une transplantation hépatique développent une allergie alimentaire dans l’année celle-ci est acquise car n’existant pas chez les donneurs, ni chez les enfants avant la greffe.

Mais compte tenu de la nature des allergènes impliqués et du jeune âge des enfants, il n’est pas non plus illogique de penser qu’il puisse s’agir d’une rencontre fortuite avec le développement d’une allergie alimentaire sur un terrain prédisposé à l’atopie.

Les auteurs pensent que 2 facteurs pourraient jouer un rôle facilitant : les traitements immunosuppresseurs qui pourraient induire une rupture de tolérance, celle-ci pouvant aussi être expliqué par une infection à virus EBV.

Le plus important est finalement la prise de conscience de la réalité de l’allergie alimentaire dans des spécialités encore peu impliquées comme la chirurgie digestive et hépatobiliaire.

Décidément l’allergologie s’invite partout !!